23 avril 2020

Brèves d’Europe

Par Patrick Parment

Union européenne. Les Vingt-Sept ont fini par trouver un accord sur la réponse économique à la crise du coronavirus en mettant au pot 540 millions d’euros. Mais les coronabonds proposés par la France notamment sont écartés.

coronavirus

Allemagne. Angela Merkel a opté pour un déconfinement par étapes en dix-neuf points. Premiers bénéficiaires, les commerces d’une surface inférieure à 800 m2 et ce à partir du 20 avril. Sauf les établissements de service de proximité comme les coiffeurs qui devront attendre le 4 mai. Le 4 également, ce sera le tour des établissements scolaires. Les grands rassemblements demeurent interdits jusqu’au 31 août.

Mais, il y a derrière ces décisions des raisons politiques. Angela Merkel est prise en tenaille au sein de sa propre famille politique. Elle a donc choisi une voie médiane visant à satisfaire ceux qui sont pour et contre un déconfinement rapide.

Angleterre. Après une semaine d’hospitalisation, dont quatre jours en soins intensifs, Boris Johnson, testé positif au Covid-19, a pu quitter l’hôpital Saint-Thomas de Londres. Amaigri, il a regagné la résidence gouvernementale de Chequers, au nord-ouest de la capitale, afin de poursuivre sa convalescence.

Danemark. Le jubilé de la reine Margrethe pour ses 80 ans, n’aura pas lieu pour cause de coronavirus. Toutes les célébrations officielles ont été annulées. C’est dans le cadre familial, entourée de ses deux fils, leurs épouses et ses huit petits-enfants que la monarque soufflera ses bougies. Un drame pour les Danois très attachés à leur reine.

Espagne. La journée des Femmes le 8 mars a largement favorisé la propagation du virus Covid-19 où 130 000 nanas à Madrid et 50 000 à Barcelone chantant et vociférant ont distribué moult postillons les unes sur les autres. Tout ça pour dénoncer la « domination hétéro-patriarcale et l’étouffement cisgenre ».

Grèce. Le pays compte moins de 100 morts du Covid-19, pour 10 millions d’habitants et moins de 2000 cas confirmés. Un résultat sans doute provisoire, mais qui mérite d’être salué.

Des migrants cantonnés au camp de Moria sur l’île de Lesbos ont abattu en guise de représailles 5 000 oliviers. Le traumatisme est d’autant plus grand qu’un olivier doit attendre 65 à 80 ans pour donner un rendement stable.

Hongrie. Le Premier ministre Viktor Orban qui s’est fait voter les pleins pouvoirs pour lutter contre le coronamachin est passé aux travaux pratiques. Il prépare une loi pour mettre fin à la reconnaissance du statut de personne transgenre.

Islande. Ce petit pays de 364 000 habitants, mais qui voit passer 7 millions de passagers par an, a enregistré 1727 cas de coronamachin. 6 % de la population du pays a fait l’objet de tests, ce qui en fait l’une des populations les plus dépistées au monde. Il ressort que la proportion de tests positifs croît graduellement avec l’âge.

Italie. Dans le sud de l’Italie, les mafias locales prennent le gouvernement de vitesse pour livrer aux familles pauvres des denrées de première nécessité et alimenter en liquidités les PME à court de trésorerie. « Nous risquons la contagion criminelle » dénonce le maire de Naples.

Russie. Vladimir Poutine a annoncé le report du défilé militaire du 9 mai qui devait commémorer les 75 ans de la victoire sur l’Allemagne nazie, en raison de la pandémie. Les organisations d’anciens combattants russes avaient appelé le Président à le reporter.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99