François-Marie Arouet, dit Voltaire.

François-Marie Arouet, dit Voltaire.

Pour donner suite aux plaintes dĂ©posĂ©es par les secrĂ©tariats des groupes parlementaires en voie de dĂ©composition, du Conservatoire National des Institutions et de son institut mĂ©dico-lĂ©gal, du Conseil de surveillance de l’odieux visuel, de l’Association des futurs anciens Ă©lĂšves de l’École Nationale d’Administration, de la ConfrĂ©rie du Bon Sauvage et de la Fraternelle de la Repentance,

Pour avoir écrit que :

« La politique a sa source dans la perversité plus que dans la grandeur de l’esprit humain » ;

« La politique est le moyen pour les hommes sans scrupule de diriger des hommes sans mémoire » ;

« La politique, c’est l’art de mentir Ă  propos » ;

« Il est Ă  propos que le peuple soit guidĂ© et non pas qu’il soit instruit ; il est indigne de l’ĂȘtre » ;

« Quand la populace se mĂȘle de raisonner, tout est perdu » ;

« Le systĂšme de l’égalitĂ© a toujours paru l’orgueil d’un fou » ;

« Je ne connais guĂšre que Jean-Jacques Rousseau Ă  qui on puisse reprocher ces idĂ©es d’égalitĂ© et d’indĂ©pendance et toutes ces chimĂšres qui ne sont que ridicules » ;

« On n’a jamais fait croire de sottises aux hommes que pour les soumettre » ;

« On trouve en bonne politique le secret de faire mourir de faim ceux qui cultivent la terre et font vivre les autres » ;

« L’art de gouverner consiste Ă  prendre le plus d’argent possible Ă  une catĂ©gorie de citoyens afin de le donner aux autres » ;

« La multitude des lois est, dans un État, ce qu’est le nombre des mĂ©decins : signe de maladie et de faiblesse » ;

« Chaque science, chaque Ă©tude, a son jargon inintelligible, qui semble n’ĂȘtre inventĂ© que pour en dĂ©fendre les approches. »

Le sieur François-Marie Arouet, dit Voltaire, nĂ© le 21 novembre 1694 Ă  Paris, employĂ© comme allumeur de rĂ©verbĂšres Ă  la Compagnie europĂ©enne des LumiĂšres, mort chrĂ©tiennement Ă  Paris, le 30 mai 1778, en l’hĂŽtel du marquis de Villette, quai de Seine, demeurant ce jour, Ă  titre posthume et par effraction, Ă  l’HĂŽtel des Grands Hommes, place du PanthĂ©on, est condamnĂ© Ă  aller se faire inhumer dans la fosse commune d’un lazaret Ă  dĂ©terminer par ses ayants droit. Les lieux devront ĂȘtre dĂ©sinfectĂ©s et laissĂ©s dans l’état de propretĂ© constatĂ© lors de l’inhumation initiale.

Par ailleurs et pour tenir compte de ses condamnations antĂ©rieures pour propos racistes, anti-mahomĂ©tans, antisĂ©mites et homophobes, la totalitĂ© de son Ɠuvre sera brĂ»lĂ©e. L’autodafĂ© sera exĂ©cutĂ© par la caserne de pompiers « ÉlysĂ©e-Beauvau » sous le contrĂŽle du commissaire de la pensĂ©e Farenheit 451.

Le boulevard qui porte son nom sera impĂ©rativement dĂ©baptisĂ© pour honorer dĂ©sormais une figure incontestable de l’ouverture au monde et du vivre ensemble.

Au titre de peine accessoire, les fauteuils Voltaire devront ĂȘtre rĂ©formĂ©s dans les trente jours suivant le prononcĂ© du jugement. Il appartient de droit Ă  la magistrature assise (qui ne manque pas de ressort) de veiller Ă  l’exĂ©cution de ladite peine, compte tenu de l’épaisseur du dossier.

Les attendus seront publiĂ©s dans Gali, VoilĂ , L’Homo ça pince, La vie cathodique illustrĂ©e, La Mazette du Parlement et La Loge en folie (organe syndical des concierges homosexuels maçons).

Anna Stasi, Présidente de la 10e Chambre ardente.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.