Pour l’ensemble des commentateurs, parmi les candidats Ă  la primaire du Parti socialiste, des radicaux de gauche et de quelques Ă©cologistes dissidents, le plus Ă  gauche est BenoĂźt Hamon.

D’ailleurs, il est de bon ton d’indiquer que la surprise viendra de lui, il sera le « Fillon » de la gauche, celui qui s’imposera par la fermetĂ© et la certitude de ses convictions.

Notre ancien ministre (de 2012 Ă  2014) a d’ailleurs quittĂ© le gouvernement de Manuel Valls qu’il jugeait en pleine dĂ©rive nĂ©olibĂ©rale. Cet Ă©lu de la circonscription des Yvelines qui a vu naĂźtre – et prospĂ©rer – Djamel Debbouze et Omar Sy est un homme tolĂ©rant (forcĂ©ment tolĂ©rant
), de gauche et ne saurait accepter les dĂ©rives droitiĂšres d’oĂč qu’elles viennent. Et pour Hamon, la droite c’est dĂ©jĂ  Valls


Candidat d’ouest en est de la France (Morbihan, Essonne, circonscription « Est » aux europĂ©ennes de 2009, puis enfin Yvelines), ce politique baroudeur considĂ©rĂ© comme le chef de file de l’aile gauche du PS au congrĂšs de Reims de 2008 (oĂč sa motion recueillit prĂšs de 19 % des suffrages) fut mĂȘme adoubĂ© par le lider minimo (admirateur du lider maximo cubain) MĂ©lenchon, avant qu’il ne fonde le Parti de gauche (PG) aprĂšs son dĂ©part du PS. Le futur reprĂ©sentant de « La France insoumise » qualifia alors d’« évĂšnement historique » l’union des forces de gauche sous la banniĂšre de BenoĂźt Hamon. À gauche toute


En 2012, BenoĂźt Hamon est Ă©lu dĂ©putĂ© de la 11e circonscription des Yvelines, mandat pour lequel il ne siĂ©gera qu’à partir de 2014 aprĂšs sa dĂ©mission du gouvernement.

Entre les deux, il cĂ©dera son mandat de dĂ©putĂ© Ă  un certain Jean-Philippe MallĂ©. Compte tenu du tempĂ©rament et de la force de conviction de BenoĂźt Hamon, on pouvait penser qu’il fut secondĂ© par un homme de gauche, un vrai, « à la Hamon ». Pas un social-dĂ©mocrate Ă  la remorque de l’aile modĂ©rĂ©e du PS


Suppléant de Benoßt Hamon, Jean-Philippe Mallé ne pouvait que suivre cette ligne impulsée par cet homme de gauche, adoubé par Mélenchon. Non ?

Or, cet attachĂ© territorial fondateur d’Esprit critique, club politique se rĂ©clamant du christianisme social, semble ĂȘtre le pendant, un peu plus Ă  gauche, du dĂ©putĂ© de la circonscription voisine, Jean-FrĂ©dĂ©ric Poisson, prĂ©sident du Parti chrĂ©tien-dĂ©mocrate et successeur Ă  ce poste de l’ancienne ministre Christine Boutin, elle-mĂȘme ancienne Ă©lue des Yvelines.

Encore plus Ă©tonnant, durant son court mandat de parlementaire, Jean-Philippe MallĂ© s’est opposĂ© Ă  la loi sur le « Mariage pour tous ». Oui, comme Marion MarĂ©chal-Le Pen, vous vous rendez compte ? Il ne l’a pas votĂ© car il est fondamentalement « opposĂ© Ă  la thĂ©orie du genre ». Son credo, terme adaptĂ© pour cet ancien Ă©lu socialiste qui prĂ©fĂšre donner des entretiens Ă  la chaĂźne catholique KTO qu’à LibĂ©ration, est le suivant : « C’est non pour le mariage, non pour l’adoption, non pour la procrĂ©ation mĂ©dicalement assistĂ©e. »

Sur l’Union europĂ©enne, l’ancien dĂ©putĂ© des Yvelines ne veut pas que les nations se dissolvent dans l’Europe. VoilĂ  qui a le mĂ©rite de la clartĂ©.

Toujours supplĂ©ant du candidat vraiment de gauche, l’ancien dĂ©putĂ© MallĂ© en appelle dĂ©sormais, dans un rĂ©cent entretien Ă  l’hebdomadaire Marianne, Ă  une union entre Henri Guaino (lui aussi, dĂ©putĂ© des Yvelines) et le prĂ©sident de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan. Henri Guaino ? Vous vous souvenez ? C’est le conseiller spĂ©cial de Nicolas Sarkozy, qui recevait le rĂ©dacteur en chef du journal de droite Minute Ă  l’ÉlysĂ©e pour des entretiens politiques


Toujours membre de RĂ©publique moderne, mais plus du PS depuis 2015, le petit parti de Jean-Pierre ChevĂšnement, il souhaite aujourd’hui la mort du clivage droite-gauche, au profit d’une ligne de partage entre les dĂ©fenseurs de la Nation et les mondialistes et, bien Ă©videmment, il fait partie des premiers.

Inutile de vous dire que l’ancien parlementaire MallĂ© ne votera pas Hamon pour la primaire socialiste, ni mĂȘme au-delĂ . Si BenoĂźt Hamon est mĂȘme lĂąchĂ© par son supplĂ©ant


Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.