par Dominique Schwander.

Lobbying Ă  Bruxelles, Soros, ONU et ISESCO, PĂšres fondateurs de l’UE, que de malfaisances que cachent nos journaux quotidiens alors que tous dĂ©truisent les Etats-nations de l’Europe !

Bruxelles est devenue la capitale mondiale du lobbying. Quelque douze mille lobbyistes officiels, vingt cinq mille selon des enquĂȘtes. La moitiĂ© sont d’anciens Commissaires europĂ©ens, un tiers d’anciens Parlementaires et un quart d’anciens fonctionnaires ou militaires. Ensemble ils dĂ©pensent annuellement plusieurs milliards d’euros en lobbying. L’étude de Kumquat Consult en est une triste illustration: Reliable allies in the European Parliament, 2014-2019 (cliquez ici).

Des intĂ©rĂȘts privĂ©s mondialisĂ©s commandent Ă  Bruxelles et Ă  Strasbourg, gouvernent l’UE. C’est devenu bien pire qu’à Washington du temps d’Obama. Et voilĂ  que nos Ă©lus bruxellisĂ©s s’activent Ă  en faire de mĂȘme Ă  Berne.

George Soros le bien nommé puppet master et sa machine de guerre l’Open Society Foundation,soit sa fondation pour la sociĂ©tĂ© ouverte, ne sont pas seulement les plus riches et importants des lobbyistes oligarques Ă  Bruxelles. L’Open Society de Soros estime avoir plus de deux cents « alliĂ©s fiables » parmi les dĂ©putĂ©s au Parlement europĂ©en. Ce doit ĂȘtre bien d’avantage puisque Soros a conquis la Commission europĂ©enne. Il est chez lui au siĂšge de l’UE qui l’an passĂ© l’a mĂȘme subventionnĂ© lui et ses « ONG » avec 1,8 milliard d’euros! Combien d’élus et de juges en Europe sont acquis Ă  ce Soros qui n’est qu’un de ces progressistes libĂ©raux sans aucune morale tout comme les Clinton et Obama pour lesquels ce qui est techniquement possible est moralement souhaitable? Pourquoi tant de juges de la CEDH de Strasbourg sont des anciens de chez Soros? Parce que le lobbyisme de Soros est riche, puissant, immoral et que le rĂšglement de cette Cour de l’UE permet d’y nommer, comme dans toute dictature latino-amĂ©ricaine, un juge qui n’a jamais exercĂ© une fonction de magistrat mais qui aurait « l’expĂ©rience de la vie » comme l’affirmait Ă  Panama son dictateur le gĂ©nĂ©ral Omar Torrijos quand il nommait des juges et des enseignants n’ayant pas fait d’études. Combien d’élus en Suisse font partie, comme Micheline Calmy-Rey, de l’Open Society Foundation? Depuis une gĂ©nĂ©ration avec ses milliards Soros dĂ©stabilise les peuples et les sociĂ©tĂ©s dĂ©mocratiques et milite pour sa post-modernitĂ© mercantile, relativiste, amorale, mondialiste et libre-Ă©changiste. Il est fort instructif et Ă©difiant de comparer la vidĂ©o d’Euronews de la visite Ă  Bruxelles de Soros et de son embrassade avec son camarade Juncker le 27 avril 2017 (cliquez ici) et la vidĂ©o de George Soros qui raconte Ă  l’état brut et sans remords ce qu’il faisait pendant l’occupation allemande nazie en Hongrie, dans l’émission 60 minutes de Leslie Cockburn à CBS News (cliquez ici).

En 2015, Georges Soros publia son pamphlet RebĂątir le systĂšme du droit d’asile. (Project Syndicate, 26 septembre 2015) dans lequel il plaide pour des solutions tant europĂ©ennes financĂ©es par les pays de l’UE, que globales et mondiales sous la haute autoritĂ© de l’ONU (cliquez ici). Fin 2018 les recommandations de Soros, pour accueillir chaque annĂ©e en UE un million d’extra-europĂ©ens, avaient Ă©tĂ© toutes suivies Ă  la lettre par l’UE et l’ONU! D’un cĂŽtĂ© la Commission europĂ©enne exigea de « remplacer les arrivĂ©es irrĂ©guliĂšres et dangereuses par des voies sĂ»res et lĂ©gales », autrement dit en langage vrai de rendre lĂ©gal ce qui est illĂ©gal! De plus une fois de plus elle affirma que l’immigration est un « enrichissement bĂ©nĂ©fique » qui va garantir Ă  long terme la « compĂ©titivité » économique de l’UE et son « modĂšle social ». A la suite de quoi en juin 2018, la Commission europĂ©enne crĂ©e un dispendieux fonds immigrationniste de plus: Asile et immigration. La triste rĂ©alitĂ© est que les si nombreux chĂŽmeurs de l’UE attendent toujours les nouvelles grandes et fortes industries productrices europĂ©ennes dont l’UE devait privilĂ©gier la naissance et soutenir la croissance sur le marchĂ© du libre-Ă©change mondial! De son cĂŽtĂ© l’ONU accueille Ă  grand frais le 10 dĂ©cembre 2018, Ă  Marrakech les pays signataires de son Pacte mondial pour des migrations sĂ»res, ordonnĂ©es et rĂ©guliĂšres,(cliquez ici).

Ce Pacte n’est pas seulement immigrationniste, il abolit la libertĂ© de s’exprimer et menace en interdisant aux journalistes, comme l’avait exigĂ© Soros dĂšs 2015, de s’exprimer librement sur les problĂšmes de l’immigration: « Les États signataires s’emploient Ă  lutter contre les rĂ©cits trompeurs qui gĂ©nĂšrent une perception nĂ©gative des migrants, et Ă  priver de subventions ou d’aides matĂ©rielles tous les mĂ©dias qui promeuvent des formes de discrimination Ă  l’égard des . » Copier-coller des recommandations de Soros et de la StratĂ©gie de l’Action Islamique Culturelle Ă  l’extĂ©rieur du Monde islamique publiĂ©e par l’Organisation islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ISESCO), ce Pacte de l’ONU affirme que « les rĂ©fugiĂ©s et les migrants ont les mĂȘmes droits de l’homme et libertĂ©s fondamentales universelles » et souligne, comme Soros, les « bĂ©nĂ©fices globaux de la migration » (cliquez ici).

L’UE a commencĂ© Ă  Cognac, dans le cognac et la contrebande d’alcool aux USA avec ce fidĂšle pĂ©tainiste Jean Monnet (1888 Ă  1979) achetĂ© par les USA et devrait se terminer avec Jean-Claude Juncker (1954- ) noyĂ© dans le whisky avec ces pasteurs de Bruxelles, tous persuadĂ©s que « La souverainetĂ© nationale est Ă  l’origine des maux les plus criants de notre Ă©poque et du perpĂ©tuel retour de l’HumanitĂ© au dĂ©sastre tragique et à la barbarie »  « Le seul remĂšde dĂ©finitif au mal suprĂȘme catastrophique de notre temps est une union fĂ©dĂ©rale de peuples » comme l’avait affirmĂ© Ă  tort l’Ambassadeur anglais Lord Marquis de Lothian, lors de la confĂ©rence internationale du traitĂ© de Versailles de 1919, donc bien avant la deuxiĂšme guerre mondiale! Pour les pĂ©tainistes Monnet et Schuman l’objectif fut la destruction des souverainetĂ©s nationales en Europe et leur transfert Ă  des autoritĂ©s supranationales technocrates et juridiques. Pour eux et les AmĂ©ricains qui les ont financĂ©s et endoctrinĂ©s comme l’avaient dĂ©jĂ  fait les nazis, l’Europe n’a jamais Ă©tĂ© leur objectif mais une Ă©tape hypocrite Ă©conomico-politico-juridique supra-nationaliste et anti-souverainiste vers la globalisation joyeuse et la mondialisation. Bien entendu, Monnet, Schuman puis Walter Hallstein cachĂšrent soigneusement tant leur soumission Ă  l’Allemagne du TroisiĂšme Reich que  leur objectif final de projet mondialiste en utilisant l’Europe comme modĂšle prĂȘt ĂȘtre pris en main par la future gouvernance mondiale des USA. Le philosophe allemand JĂŒrgen Habermas (1929- ) a bien dit que: « Le joli mot de gouvernance n’est qu’un euphĂ©misme pour dĂ©signer une forme dure de domination politique »Â et que l’UE est un « parangon d’autocratie post-dĂ©mocratique » (Le Monde. 17 novembre 2011).

Le traitĂ© de Maastricht en 1992 instaura une monnaie unique et une politique Ă©trangĂšre commune puis en 2007, le traitĂ© de Lisbonne franchit un pas supplĂ©mentaire vers le mythe de l’Europe-puissance et de l’utopie de la paix perpĂ©tuelle par le commerce mondialisĂ© et libre-Ă©changiste, UE soit-disant Ă©mancipĂ©e de toute forme de dĂ©pendance russe ou amĂ©ricaine; ce dernier traitĂ© bannit les consultations populaires puis Schengen bannit les frontiĂšres nationales. Cette succession de traitĂ©s permirent Ă  l’UE de crĂ©er des standards communs acceptĂ©s docilement par des gouvernants eurolĂątres soumis et transposĂ©s par les gouvernements bruxellisĂ©s des  pays europĂ©ens pour prendre progressivement le contrĂŽle puis la souverainetĂ© de chaque pays. Sans risquer que ces pays soumis soient attaquĂ©s de front ou envahis ouvertement. Comme Suisse, ce qui me choque le plus c’est que finalement tous ces traitĂ©s ne se rĂ©fĂšrent jamais Ă  notre passĂ© europĂ©en, Ă  notre histoire nationale, Ă  notre hĂ©ritage judĂ©o-chrĂ©tien, Ă  notre culture et Ă  notre civilisation europĂ©enne greco-romaine; bien au contraire ces traitĂ©s ont la ferme intention de nous imposer des temps nouveaux sans frontiĂšres, sans histoire, sans religion chrĂ©tienne mais avec le saint office de la cour europĂ©enne chargĂ©e d’interprĂ©ter ces traitĂ©s en les rendant de plus en plus contraignants et autoritaires, cela sans jamais consulter les peuples. Juncker puis Cohn Bendit n’ont pas cachĂ© que les engrenages juridiques de l’UE tuent la dĂ©mocratie en Europe. «Il ne peut y avoir de choix dĂ©mocratique contre les traitĂ©s europĂ©ens. » a affirmĂ© Juncker. « Il faut arrĂȘter de dire que le peuple a toujours raison »  a affirmĂ© Cohn Bendit Ă  propos du Brexit. L’UE est un tueur en sĂ©rie de la dĂ©mocratie en Europe et les habitants du continent europĂ©en caractĂ©risĂ© par la plus forte densitĂ© de population du monde sont les tueurs en sĂ©rie notre milieu ambiant.

Les PĂšres fondateurs de l’UE ne furent pas des opposants au nazisme et Ă  sa peste brune en Europe, tout au contraire. L’indigne Robert Schuman n’a jamais Ă©tĂ© rĂ©sistant. Schuman, aprĂšs avoir portĂ© l’uniforme allemand de 1914-18, ce pĂšre de l’UE fut ministre de PĂ©tain et participa Ă  la fondation du rĂ©gime de Vichy. Monnet fut un disciple de la pensĂ©e d’Uriage soit de Vichy. Il n’a jamais rĂ©sistĂ© non plus puis s’est vendu Ă  des AmĂ©ricains. Quant au troisiĂšme pilier de l’intĂ©gration europĂ©enne Hallstein, c’est pire encore. Dans Das Personenlexikon zum Dritten Reich: Wer war was vor und nach 1945 compilĂ© minutieusement par Ernst Klee on retrouve  un bref curriculum vitae de Walter Hallstein (1901-1982), ce diplomate et homme politique chrĂ©tien-dĂ©mocrate qui fut le premier prĂ©sident de la Commission de la CommunautĂ© Ă©conomique europĂ©enne et est considĂ©rĂ© comme l’un des PĂšres de l’Europe. Hallstein fut non seulement un fervent nazi professeur universitaire de droit mais aussi un officier du corps des Nationalsozialistischen FĂŒhrungsoffiziere (NSFO). Ce corps d’officiers crĂ©Ă© en 1943 par Hitler avait pour mission d’enseigner le socialisme national pur et dur aux militaires et accessoirement une mission de surveillance politique des troupes tout comme le faisaient  « religieusement » les Commissaires de l’ArmĂ©e rouge et tout comme le font aujourd’hui en Europe les imams salafistes et les disciples des frĂšres musulmans. C’est dans cette fonction d’officier NSFO que Schuman a pris connaissance de la grande Europe. Ce sont ces hommes, tout particuliĂšrement cet ancien professeur de droit Hallstein, qui ont voulu une UE plus juridique, marchande et amĂ©ricaine que politique. Quand un suiveur de ces PĂšres fondateurs utilise la diabolisation ad hitlĂ©rum pour nous salir et nous faire taire, n’oublions pas que leur passĂ© nazi a causĂ© 60 Ă  80 millions de morts dont quarante-cinq millions de civils dont six millions de dĂ©portĂ©s exterminĂ©s dans les camps de concentration. Il n’en reste pas moins qu’avant Monnet, Schuman et Hallstein les vrais et premiers pĂšres idĂ©ologiques de l’Europe supranationaliste du XX Ăšme siĂšcle furent Truman, Hitler et Staline, tous de gauche.

Pendant la guerre froide, les USA ont cherchĂ© Ă  constituer un bloc europĂ©en alliĂ© facilement influençable mais surtout Ă  tenir en laisse toute l’Europe, Ă  la dresser contre l’URSS, Ă  tuer dans l’Ɠuf des alliances que ne contrĂŽleraient pas les États-Unis, Ă  exporter leur modĂšle politique et Ă©conomique, Ă  coloniser idĂ©ologiquement et culturellement les pays europĂ©ens avec l’American way of life, pour qu’un jour, l’Europe converge vers une gouvernance et un marchĂ© mondiaux. Les AmĂ©ricains ont voulu l’unification de l’Europe, ont infiltrĂ© les Ă©lus europĂ©ens, ont choisi des fondateurs europĂ©ens, les ont dirigĂ©s et les ont financĂ©s. AprĂšs la deuxiĂšme guerre mondiale les USA ont dĂ©radicalisĂ© Ă  l’école de Fort Getty aux USA, des officiers et des dirigeants nazis allemands faits prisonniers, en particulier l’officier nazi NSFO Walter Hallstein. C’est ainsi qu’ils formĂšrent une future Ă©lite qui aida les USA dans leur tĂąche d’occupant militaire de l’Allemagne et dans leurs futures ingĂ©rences en Europe et ailleurs. La dite construction europĂ©enne fut en rĂ©alitĂ© une opĂ©ration de despotisme doux et Ă©clairĂ© menĂ©e et financĂ©e par des politiques, des industriels, des oligarques, la Fondation Ford qui est de gauche et des hauts fonctionnaires amĂ©ricains, regroupĂ©s en particulier dans l’American Committee on United Europe). John Foster Dulles, ce protestant amĂ©ricain SecrĂ©taire d’État des États-Unis entre 1953 et 1959 dans le gouvernement du prĂ©sident Dwight D. Eisenhower, fait partie  des PĂšres de l’UE, Ă  l’égal de Schuman et du chancelier allemand Adenauer, Ă©galement un ex-nazi. C’est ainsi que, par exemple dĂ©jĂ  le pool europĂ©en charbon-acier fut conçu Ă  la Maison blanche  par Roosevelt et non Ă  Paris, Bruxelles ou Berlin. Ainsi l’Europe supranationale trahie par des PĂšres fondateurs puis des gouvernants prĂȘts Ă  renoncer Ă  la souverainetĂ© de leur patrie est devenue une Europe sous commandement et dĂ©fense militaire amĂ©ricains. Les PĂšres fondateurs de l’UE Monnet, Schuman et Hallstein ont tellement bien travaillĂ© avec l’argent reçu des USA pendant la guerre froide que les États unis au sein de l’UE sont les États-Unis en Europe.

De tant voir Henry Kissinger Ă  Bruxelles je l’avais soupçonnĂ© de faire partie de ces AmĂ©ricains (American Committee on United Europe) qui ont voulu pour l’Europe l’unification soit une premiĂšre Ă©tape vers la mondialisation, ont infiltrĂ© les Ă©lus europĂ©ens, ont choisi des Fondateurs europĂ©ens ex-nazis, les ont dirigĂ©s et les ont financĂ©s. Ce n’est pas le cas. Kissinger  souhaite des Etats nations souverains organisĂ©s sur le modĂšle du systĂšme westphalien modernisĂ© et adaptĂ© au XXI Ăšme siĂšcle. Ce fut la diplomatie française qui crĂ©a le traitĂ© de Westphalie qui pacifia l’Europe en 1648 et apporta de longues pĂ©riode de paix aprĂšs la guerre de Trente Ans. Kissinger estime que les USA devraient prendre la place de l’Europe et de la diplomatie française en perdition pour reprendre et actualiser ce que fut la diplomatie Ă  la recherche d’équilibres mondiaux avant l’UE. Kissinger a dĂ©noncĂ© la folie de l’UE qui « Ă©rode elle-mĂȘme ses propres États ». Pour lui comme comme pour tant d’autres Ă©lus et citoyens patriotiques la cause principale de la crise politico-Ă©conomique de l’UE est l’affaiblissement des Etats-nations europĂ©ens dont l’UE est elle-mĂȘme responsable. Supra-nationalisme impĂ©rialiste, affaiblissement et marginalisation des dĂ©mocraties europĂ©ennes ayant perdu leur souverainetĂ©, reniement de la culture, de la civilisation et des religions chrĂ©tiennes europĂ©ennes, absence de combativitĂ© Ă  l’égard des nos colonisateurs extra-europĂ©ens, croyance en l’utopie mondialiste libre-Ă©changiste ont mis en danger mortel l’UE et ses propres Etats-membres souverainistes et patriotiques comme le sont normalement tous les peuples libres du monde. C’est l’UE pas les peuples europĂ©ens souverains qui a exposĂ© toute l’Europe sans dĂ©fense Ă  la conquĂȘte chinoise, Ă  la colonisation musulmane et extra-europĂ©enne, aux ingĂ©rences impĂ©rialistes des USA, Ă  la concurrence dĂ©loyale de pays chouchoutant, financiĂšrement et socialement, beaucoup moins leurs travailleurs et l’environnement social, sanitaire, toxicologique et Ă©cologique.

La survie de l’Europe passe par la recherche d’équilibres entre des États-nations forts, non pas par la perte de la souverainetĂ© de peuples soumis et par des prises de position morales individuelles que des juges Ă©trangers exigent de tous.

Ce qu’un Etat-nation ne fait pas pour lui-mĂȘme, personne ne le fera Ă  sa place, surtout pas l’UE qui va Ă  la dĂ©rive! L’UE actuelle est telle que le premier PrĂ©sident du Conseil europĂ©en, le Belge Herman Van Rompuy l’a rĂ©sumĂ© il y a peu: « On a l’impression d’une espĂšce de locomotive folle, mais il y a une diffĂ©rence entre les institutions europĂ©ennes et les locomotives, c’est que, quand une machine dĂ©raille, elle s’arrĂȘte. L’Union, elle, continue. »

Sic fiat. Requiescat in pace (RIP).

Article publié sur le site LesObservateurs.ch.

 

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99