On connait Emmanuel Todd ; il est souvent repris par les mĂ©dias alternatifs et les rĂ©seaux sociaux un peu naĂŻfs qui se croient plus Ă©clairĂ©s que les mĂ©dias-systĂšme. On ne comprend toujours pas qu’un systĂšme malin comme le nĂŽtre aime s’entourer de faux rebelles !

La derniĂšre interview de Todd par Aude Lancelin fait frĂ©mir ; il insulte la France, ses classes moyennes, encense l’Allemagne promue pays d’immigration Ă©ternelle. Il y a deux ans, il encensait la Russie, son Ă©galitarisme et s’en prenait au nouvel impĂ©rialisme allemand – qui se faisait obĂ©ir de Washington ! Il y a douze ans, il annonçait la fin de l’empire amĂ©ricain qui a entretemps sauvĂ© le dollar, fracassĂ© les Brics et qui menace avec son Otan notre survie europĂ©enne


Todd a aussi annoncĂ© (un expert est une pythie pitoyable) la fin du Front National vers 1989. Le seul domaine dans lequel notre Trissotin numĂ©rique ne faiblisse pas, c’est dans la cĂ©lĂ©bration tous azimuts de notre noble islam et de son Ă©migration collatĂ©rale. Le nigaud ferait mieux de s’occuper de l’Ă©migration des Français vers Miami, Sydney ou Tel Aviv


La prude Aude Lancelin ne l’a mĂȘme pas tancĂ© sur les viols de Cologne. Il aurait rĂ©pondu que le machisme allemand, marquĂ© par telle statistique dĂ©mographique explique l’incident – sans compter les tares de la classe moyenne vieillissante prompte Ă  se rĂ©clamer de Charlie – ou islamophobie ! On ne lui a pas parlĂ© non plus de l’explosion des prix immobiliers dans les villes allemandes martyrisĂ©es par les invasions imposĂ©es par Merkel et Goldman Sachs (Ă©tudiez Ă  ce propos le cas de Peter Sutherland).

Todd permet de souligner le vrai problĂšme de nos sociĂ©tĂ©s : celui des experts. Plusieurs Ă©tudes ont Ă©tĂ© publiĂ©es en AmĂ©rique sur ce problĂšme, alors que la montĂ©e de Donald Trump dĂ©fie l’ordre mondial des experts qui ont rĂ©pandu sur lui tous les anathĂšmes possibles parce qu’il a parlĂ© d’immigration.

Sur cette question, on rappellera les classiques comme Madison Grant, Lothrop Stoddard ou bien le prestigieux (le monde Ă©tait encore jeune et libre) sociologue Edward Alsworth Ross qui rĂ©vĂ©la en 1914 les consĂ©quences sociales et culturelles de l’invasion dĂ©mographique du continent anglo-saxon, consĂ©quences jugĂ©es aussi dĂ©sastreuses tant sur les plans moral, Ă©conomique et intellectuel que physique.

Ce sociologue ne serait pas considéré comme un expert par nos télés


Personne n’a mieux parlĂ© de nos experts (en armes de destruction massive et en fiscalitĂ© panamĂ©enne ?) que Guy Debord : « Tous les experts sont mĂ©diatiques-Ă©tatiques, et ne sont reconnus experts que par lĂ . Tout expert sert son maĂźtre, car chacune des anciennes possibilitĂ©s d’indĂ©pendance a Ă©tĂ© Ă  peu prĂšs rĂ©duite Ă  rien par les conditions d’organisation de la sociĂ©tĂ© prĂ©sente. L’expert qui sert le mieux, c’est, bien sĂ»r, l’expert qui ment. »

L’expert en armes de destruction massive est une arme de destruction massive


A propos de l'auteur

Nicolas Bonnal

Essayiste et chroniqueur politique, Nicolas Bonnal est l’auteur d’une quinzaine de livres sur la politique, l’identitĂ©, l’initiation et le cinĂ©ma
 Derniers livres parus aux Éditions Dualpha : Le paganisme au cinĂ©ma ; La chevalerie hyperborĂ©enne ; le Graal et Donald Trump, le candidat du chaos. Il est le correspondant d'EuroLibertĂ©s en Espagne.

Articles similaires