La stratĂ©gie visant Ă  saper les fondements de la culture et de la civilisation europĂ©enne touche aussi les Pays-Bas et son fabuleux passĂ© maritime. L’autoflagellation historique conduit dĂ©sormais une institution amstellodamoise Ă  s’attaquer Ă  la dĂ©nomination « SiĂšcle d’or ».

En effet, le MusĂ©e d’Amsterdam a dĂ©cidĂ© de supprimer, avec effet immĂ©diat, l’utilisation du terme « SiĂšcle d’or » (Gouden Eeuw) en son sein, alors que ce dernier caractĂ©rise la florissante pĂ©riode du XVIIe siĂšcle qui a vu la RĂ©publique des Pays-Bas unis ĂȘtre une puissance Ă©conomique et maritime de premier ordre.

Cette institution est le musée historique de la cité dont il porte le nom. Ce lieu présente au public divers objets tels que des maquettes, tableaux, traces archéologiques, photographies et autres artefacts ayant trait au passé de la ville.

Le conservateur du musĂ©e Tom van der Molen communique que l’utilisation du terme « SiĂšcle d’or » occupe au sein du rĂ©cit historique occidental une place importante et est fortement liĂ©e Ă  la fiertĂ© nationale nĂ©erlandaise tout en Ă©tant associĂ©e positivement Ă  des idĂ©es de prospĂ©ritĂ©, de paix, de richesse et de non-culpabilitĂ© qui couvrent le fardeau de la rĂ©alitĂ© historique en niant les cĂŽtĂ©s nĂ©gatifs de cette pĂ©riode tels que la pauvretĂ©, la guerre, le travail forcĂ© et la traite des ĂȘtres humains.

De plus, van der Molen affirme que le « SiĂšcle d’or » a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© trop longtemps depuis la seule perspective des tenants du Pouvoir et que l’utilisation de ce terme limite l’espace de dialogue Ă  propos de cette Ă©poque alors que « chaque gĂ©nĂ©ration et chaque personne doivent ĂȘtre en Ă©tat de se former, par elle-mĂȘme, leur propre conception de l’histoire. Le dialogue Ă  ce propos a besoin d’espace, le nom “SiĂšcle d’or” limite cet espace ».

Il estime que le fait de parler d’« or » ne peut venir que des bĂ©nĂ©ficiaires du systĂšme de l’époque, assoiffĂ©s de pouvoir et de richesse, car de nombreux ancĂȘtres des NĂ©erlandais actuels n’ont pas vu Ă  cette Ă©poque la couleur de l’or.

Ce changement de ligne est concrĂ©tisĂ©, par exemple, par le fait que l’exposition « Hollandais du SiĂšcle d’or » est renommĂ©e « Portraits de groupe du XVIIe siĂšcle ».

L’utilisation d’autres termes est Ă©galement visĂ©e et l’expression « fait esclave » remplace dĂ©sormais le mot « esclave », car l’esclavage doit ĂȘtre prĂ©sentĂ© de maniĂšre Ă©vidente comme Ă©tant la consĂ©quence d’une action qui a placĂ© la personne dans cet Ă©tat.

Le musĂ©e d’Amsterdam avait dĂ©butĂ©, sous la direction du conservateur Imara Limon, il y a trois ans, le programme intitulĂ© en anglais « New Narratives » (Nouveaux rĂ©cits) afin de rendre, en collaboration avec le public, le musĂ©e conforme aux divers avis et Ă©galement plus inclusif. Les collections, histoires et prĂ©sentations ont Ă©tĂ© passĂ©es Ă  la loupe de maniĂšre critique via des expositions, tours guidĂ©s, rĂ©unions d’experts, collaborations avec des crĂ©ateurs et enquĂȘtes scientifiques.

De plus, cette institution musĂ©ale est active dans des quartiers de la citĂ© avec des projets participatifs tels que « Femmes de Nieuw-West » et collabore avec la communautĂ© « LGBTI » – en anglais, LGBTI dĂ©signe les lesbiennes, homosexuels, bisexuels, transgenres et intersexes, donc tous ceux qui n’ont pas uniquement des relations hĂ©tĂ©rosexuelles – pour les conversations historiques mensuelles « Queer » – mot anglais qui dĂ©signe l’ensemble des minoritĂ©s sexuelles et de genres – ainsi que pour une programmation annuelle durant la Gay Pride.

Alors que l’ethnomasochisme a pour consĂ©quence de saper l’existence du peuple nĂ©erlandais et des autres populations d’Europe occidentale, le droit des femmes et des minoritĂ©s est utilisĂ© afin de dĂ©truire la famille pendant que les relations humaines au sein du monde du travail sont dĂ©gradĂ©es par la prĂ©carisation et la flexibilisation de l’emploi et l’interchangeabilitĂ© des travailleurs. DĂ©sormais, les idĂ©es ultralibĂ©rales mondialistes de la haute-finance internationale, empruntant la voie mĂ©tapolitique, pĂ©nĂštrent le monde des musĂ©es.

Hendrick van Anthonissen : attaque surprise hollandaise contre trois galions portugais dans la baie de Goa en 1639. Tableau de 1653.Hendrick van Anthonissen : attaque surprise hollandaise contre trois galions portugais dans la baie de Goa en 1639 (Tableau de 1653).

Hendrick van Anthonissen : attaque surprise hollandaise contre trois galions portugais dans la baie de Goa en 1639. Tableau de 1653.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

 

A propos de l'auteur

Lionel Baland

Écrivain et journaliste belge francophone (http://lionelbaland.hautetfort.com). Il parle le nĂ©erlandais (flamand), l’allemand et l’anglais. Il a travaillĂ© dans les parties francophone, nĂ©erlandophone et germanophone de la Belgique, ainsi qu’aux Pays-Bas, et a vĂ©cu en Allemagne. Il est l’auteur de quatre livres : LĂ©on Degrelle et la presse rexiste, DĂ©terna, Paris, 2009 ; Jörg Haider, le phĂ©nix. Histoire de la famille politique libĂ©rale et nationale en Autriche, Éditions des Cimes, Paris, 2012 ; Xavier de Grunne. De Rex Ă  la RĂ©sistance, Godefroy de Bouillon, Paris, 2017 et Pierre Nothomb, collection Qui suis-je ?, PardĂšs, Paris, 2019.

Articles similaires