21 septembre 2019

L’évidente dénonciation d’un surmenage ethnique

Par Philippe Randa

Le gouvernement fédéral suisse a décidé de cesser sous peu de verser de l’argent pour de nombreux réfugiés au prétexte que « ce n’est que maintenant que les conséquences de la vague de réfugiés de 2015 ont réellement un impact sur les cantons et les communes », rapporte le SonntagsZeitung.

« À partir de l’année prochaine, (ceux-ci) devront supporter les frais de ceux qui sont venus en Suisse à cette époque. Les coûts supplémentaires se montent à un milliard de francs. »

Puisque, comme l’indique de son côté le site Lesobservateurs.ch, « le taux d’aide sociale pour les réfugiés admis temporairement, qui résident en Suisse depuis 7 ans au maximum, est de 87 % », Renate Gautschy (PLR), présidente du conseil communal de Gontenswil AG n’a rien trouvé de plus finaud que d’assurer qu’« un délai de cinq à sept ans ne suffit pas pour les intégrer. Les Érythréens n’ont pas l’habitude de travailler huit heures par jour » et que « l’intégration demande de la patience. La pression est contre-productive. »

En 2018, 2825 Érythréens ont demandé l’asile en Suisse…

En 2018, 2825 Érythréens ont demandé l’asile en Suisse…

Aïe ! De tels propos ne pourraient-ils pas être mal interprétés par certains auto-proclamés anti-racistes professionnels ?

Rappellons-nous le scandale provoqué par Pascal Guerlain, descendant du fondateur de la maison de parfumerie, pour ses propos tenus en octobre 2010 au journal télévisé d’Elise Lucet sur France 2  à propos de la création du parfum Samsara : « Pour une fois, je me suis mis à travailler comme un nègre. Je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin… »

Le CSA (conseil supérieur de l’audiovisuel) avait aussitôt adressé une mise en demeure à France 2 « pour n’avoir pas maîtrisé son antenne » et l’« héritier indigne » avait été condamné à 6 000 euros d’amende pour injure raciale par le tribunal correctionnel de Paris.

Mais bien sûr, seul un mauvais esprit pourrait ne pas faire la différence entre une injure raciste et une évidente dénonciation d’un surmenage ethnique !

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99