L’Europe, en terme protohistorique, c’est le continent qu’habitent les Celtes, peuple indo-europĂ©en. En tant que tel, les EuropĂ©ens appartiennent dĂšs l’origine, Ă  la race blanche. Farouchement opposĂ©s Ă  toute forme de centralisme – on constate lĂ  que les Gaulois Ă©taient vraiment celtes – les Celtes vivaient en peuplades diffĂ©renciĂ©es.

Vint la GrĂšce antique. Vers le VIe siĂšcle, vit le jour dans cette contrĂ©e, la pensĂ©e que l’on peut qualifier de conceptuelle. Ainsi furent les sept sages dont ThalĂšs nĂ© dans l’actuelle Turquie. Cette rationalitĂ©, avec passage Ă  l’abstraction, fut donc le fait des EuropĂ©ens. A contrario, pour prendre un exemple, le Bouddha, sage asiatique du mĂȘme siĂšcle, niait toute forme de transcendance et/ou de mĂ©taphysique.

Cette pensĂ©e europĂ©enne, que l’on peut qualifier de pure, fut donc considĂ©rĂ©e comme finalitĂ© et non comme simple moyen. Elle perdure aujourd’hui, aprĂšs un XXe siĂšcle marquĂ© par exemple par les fulgurances de penseurs tels Husserl, Heidegger et Wittgenstein.

L’apport des Romains, dont l’Ɠuvre est autrement plus concrĂšte, rĂ©side notamment dans l’apparition du Droit et de la LĂ©gislation qui furent particuliĂšrement Ă©laborĂ©s.

Par la suite, les Peuple européens connurent deux transformations majeures qui furent sur le long terme décisives. Par ordre chronologique :

1/ La christianisation qui transforma les esprits, la France devenue fille aĂźnĂ©e de l’Église ;

2/ La germanisation des peuplades, avec, pour prendre un exemple concernant encore la France, l’arrivĂ©e des Francs, peuple germain venu du Nord.

Rappelons aussi que lorsqu’on Ă©voque les anglo-saxons, on fait rĂ©fĂ©rence implicitement aux deux peuples germaniques que furent les Angles et les Saxons, accompagnĂ©s de Frisons, qui envahirent outre-Manche, le territoire celte des Pictes.

Les EuropĂ©ens sont donc majoritairement, d’un point de vue historique, des Celtes germanisĂ©s, de religion chrĂ©tienne, dont la pensĂ©e conceptuelle est la plus riche Ă  l’échelle de la planĂšte.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.