La Russie va commĂ©morer le centenaire de la RĂ©volution russe dont la premiĂšre Ă©tape dĂ©marre en fĂ©vrier 1917. La seconde, celle d’octobre voit la victoire des Bolcheviques et des ThĂšses d’avril de LĂ©nine.

L’Histoire a des constantes entĂȘtantes. Les siĂšcles historiques ne correspondent jamais aux siĂšcles calendaires. Leurs vingt premiĂšres annĂ©es ont toujours Ă©tĂ© dĂ©cisives. La guerre de 1914 et la RĂ©volution russe marquent la fin du XIXe siĂšcle et ouvrent la terrifiante modernitĂ© d’un XXe siĂšcle meurtrier.

Petit rappel


1117 : dĂ©but du rĂšgne des CapĂ©tiens qui durera jusqu’en 1328. La pĂ©riode du bas Moyen Âge commence avec celle de l’instauration progressive de l’État.

1217 : aprĂšs la victoire de Bouvines, Philippe Auguste devient le premier symbole d’une « nation » française en formation. Gengis Khan entame ses conquĂȘtes prodigieuses jusqu’à la Russie, dernier rempart de l’Europe du XIIIe siĂšcle.

1317 : mort de Philippe le Bel en 1314, et début de la fin des Capétiens directs avec les courts rÚgnes désastreux des « Rois maudits », puis de la guerre de Cent Ans.

1417 : fin du rĂšgne calamiteux de Charles VI le Fou et rĂ©unification de la PapautĂ© avec la fin des antipapes d’Avignon.

1517 : Martin Luther placarde ses « 95 propositions ». C’est le dĂ©but d’un siĂšcle de bouleversements religieux et politiques sans prĂ©cĂ©dents en Europe.

1617 : aprĂšs 1613 qui voit l’élection des Romanov en Russie pour trois siĂšcles, la noblesse française entame un processus de Fronde contre un pouvoir central qui la dĂ©pouille peu Ă  peu de ses pouvoirs locaux.

1717 : fin du rÚgne de Louis XIV en 1715 et commence la propagation du SiÚcle des prétendues « LumiÚres » qui aboutit à la Révolution bourgeoise de 1789.

1817 : NapolĂ©on dĂ©chu et signature du TraitĂ© de Vienne. Une nouvelle Ăšre s’ouvre sur un XIXe siĂšcle qui rĂ©volutionne l’Europe jusqu’à la dĂ©flagration de 1914 et la fin d’un monde.

Les entames des siĂšcles façonnent depuis toujours un monde nouveau avec des bouleversements majeurs. C’est ce que nos « annĂ©es 2017 » nous montrent encore une fois : rĂ©veil de la vieille Russie, Brexit, Ă©lection inouĂŻe de Donald Trump aux USA, poussĂ©es sans prĂ©cĂ©dent des « populismes » en Europe, problĂ©matiques religieuses et civilisationnelles posĂ©es par l’Islam radical notamment, puissance gigantesque d’une Chine inquiĂ©tante, bref, tous les ingrĂ©dients d’un changement fondamental politique, sociologique, religieux, sont rassemblĂ©s en cette annĂ©e 2017 symbolique. AnnĂ©e de tous les dangers, annĂ©e de tous les espoirs.

Il faut ĂȘtre un doux rĂȘveur ou un dangereux idĂ©ologue humaniste pour ne pas voir la rĂ©alitĂ© qui nous entoure et continuer Ă  faire avec les logiciels de la politique issus de 1945 pour les uns, ou Ă  vouloir faire passer leur extrĂȘme humanisme pour une modernitĂ© rĂ©volutionnaire pour d’autres.

Le mot « rĂ©volution » est revenu pourtant Ă  la mode d’une maniĂšre ou d’une autre : MĂ©lenchon, Macron, Bayrou l’emploient avec leurs propres significations, banalisant le mot en le vidant de sa substance. Lorsqu’on nous dit qu’il est impossible de faire autrement que de sacrifier aux oukases de la mondialisation, de l’Europe financiĂšre de la BCE, du FMI, de l’économie libĂ©rale, de la DUDH (DĂ©claration universelle des droits de l’Homme) et autres psalmodies politiquement correctes, il faut se rappeler qu’en Russie en 1917, on a fait autrement, dans un monde ultra-capitaliste ; que les envahisseurs barbares ont fait autrement en 410 lors du saccage de Rome ; que Danton et Robespierre ont fait autrement en 1793. Toujours au prix d’un bain de sang. Mais laisser une politique de renoncement ouvrir un champ libre Ă  ceux qui veulent notre destruction, c’est choisir un autre bain de sang. Il faut garder l’initiative de la force si on ne veut pas se la faire imposer, comme des moutons menĂ©s Ă  l’abattoir en bĂȘlant.

On pourrait multiplier les exemples oĂč la force l’a emportĂ© sur un Droit pleutre et dĂ©passĂ©. Lorsque le Droit ne remplit plus son rĂŽle protecteur des valeurs d’un monde, alors une force le balaie et crĂ©e de nouveaux droits.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Son dernier livre paru est "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse" aux Ă©ditions Dualpha.

Articles similaires