Depuis dĂ©cembre 2017, la Pologne est accusĂ©e d’un « Risque clair de violation grave de l’état de droit » et l’UE diligente une procĂ©dure dans ce sens avec menaces financiĂšres, voire d’exclusion, Ă  la clĂ©.

Europe

Ce mois-ci, nouvelle offensive contre la Pologne au nom des « valeurs » europĂ©ennes, Ă  propos d’une loi votĂ©e par le parlement polonais posant une sorte de blanchiment de la Pologne dans les crimes commis contre les Juifs pendant la IIe Guerre mondiale, en affirmant qu’il y a eu des crimes commis par des Polonais, comme par des Juifs, des Ukrainiens, des Russes ou des Allemands.

En outre cette loi rejette l’appellation traditionnelle de « camps de la mort polonais » pour dĂ©signer les camps d’extermination allemands basĂ©s en Pologne, et pouvant suggĂ©rer que les Polonais ont Ă©tĂ© particuliĂšrement impliquĂ©s dans ces camps. Une loi pour faire l’Histoire ne devrait pas Ă©tonner la France qui ne cesse d’en voter pour judiciariser une vĂ©ritĂ© historique unique et non discutable. Pourquoi la Pologne ne pourrait-elle pas en faire de mĂȘme
 pour d’autres vĂ©ritĂ©s peut-ĂȘtre ? Inadmissible.

Lors de la récente Conférence de Munich sur la Sécurité, le journaliste israélien Ronen Bergman a déclaré à ce sujet face au Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki : « Il y a eu des Polonais qui ont trahi des Juifs en fournissant aux Nazis des détails sur eux. »

Le Premier ministre polonais a rĂ©pliqué : « Il n’est pas question que vous soyez perçu comme un criminel, si vous dites qu’il y avait des meurtriers polonais, comme il y a eu des complices Juifs d’atrocitĂ©s, comme il y a eu des criminels russes, autant que des meurtriers ukrainiens (milices auxiliaires), et pas seulement des criminels allemands. »

Le Premier Ministre israĂ©lien, Binyamin Netanyahu a rĂ©torqué : « Les dĂ©clarations du Premier ministre Polonais, ici, Ă  Munich, sont scandaleuses. Il se manifeste, ici, un problĂšme d’inaptitude Ă  comprendre l’histoire et d’insensibilitĂ© Ă  la tragĂ©die mĂȘme de notre peuple ». « Inaptitude Ă  comprendre l’histoire »  qu’on se le dise.

La page de la IIe Guerre mondiale, loin d’ĂȘtre tournĂ©e, revient sans cesse dans l’actualitĂ© et sert de nouvelles (ou anciennes ?) lignes de fracture intra-europĂ©ennes au son des incantations des « valeurs » europĂ©ennes.

D’ailleurs, toujours en position de leadership europĂ©en et de gardien des « valeurs », Emmanuel Macron a fortement condamnĂ© les choix politiques du gouvernement polonais, allant jusqu’à évoquer des sanctions : « Il serait de bon sens de suspendre le versement de fonds quand les gens ne respectent pas les valeurs europĂ©ennes. »

Mais ce n’est pas tout ! La Hongrie est à son tour dans le collimateur.

Emmanuel Macron a réservé à Viktor Orban ses propos les plus durs. Si les différends entre Bruxelles et Budapest font réguliÚrement surface dans le débat politique, Emmanuel Macron a élargi encore sa critique sur la question des quotas de migrants de la Hongrie, à la question économique.

«  Quand on dĂ©tricote l’Europe, quand on utilise les fonds europĂ©ens pour faire du dumping social et fiscal, on prend les contributeurs nets un peu pour des imbĂ©ciles : la solidaritĂ© se justifie parce que nous avons des valeurs et des projets communs. Ce n’est pas un self-service. »

Quelle dĂ©licatesse ! Le langage diplomatique n’est plus de mise lorsqu’il s’agit des « valeurs europĂ©ennes », valeurs incarnĂ©es bien sĂ»r par Emmanuel Macron avec la plus grande fermetĂ© de mise pour de tels sujets tabous.

Le 4 mars prochain, les Ă©lections lĂ©gislatives en Italie promettent dĂ©jĂ  de nouvelles indignations avec un bloc de deux partis (l’un d’« extrĂȘme droite » et l’autre « nĂ©ofasciste » selon les termes consacrĂ©s) estimĂ©s Ă  18 % des voix, et alliĂ©s Ă  Berlusconi dans une Ă©niĂšme alliance donnĂ©e autour de 36 % des voix.

DĂ©cidĂ©ment rien ne va plus dans l’Europe des bien-pensants. L’Europe des dĂ©viants mal-pensants avance inexorablement.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99