On le sait : le prĂȘt Ă  penser occidental exige d’en remettre une couche sur l’expansionnisme russe appuyĂ© sur la dictature de Poutine. Nous sommes avec nos amis amĂ©ricains, mais aussi wahhabites saoudiens et qataris l’axe du bien ; les Russes, Iraniens et Syriens, celui du mal ! Alors, quitte Ă  ĂȘtre politiquement non conforme, creusons tout de mĂȘme un peu.

Logo Carlyle

Le 25 fĂ©vrier 1991 Ă  Budapest, le pacte de Varsovie est dissous, les États-Unis Ă©tant les vainqueurs de la guerre froide.

En face, cĂŽtĂ© OTAN, promis, jurĂ©, on remise aussi les armes. James Baker assure alors Ă  son homologue soviĂ©tique Edouard Chevardnadze que la guerre froide ayant pris fin, l’OTAN ne serait plus qu’une entitĂ© politique. Propos identiques d’Helmut Kohl : l’OTAN ne devrait pas Ă©tendre sa sphĂšre d’influence. Mitterrand, lui, est mĂȘme carrĂ©ment dĂ©favorable Ă  conserver dans l’OTAN une Allemagne rĂ©unifiĂ©e. Bref tout le monde s’embrasse.

En sous-main, le groupe militaro-industriel Carlyle, aussi efficace que discret, qui fait les prĂ©sidents rĂ©publicains, bride les prĂ©sidents dĂ©mocrates et instruit la politique Ă©trangĂšre US, va calmer rapidement ces audaces pacifistes. Entretenant la psychose des anciens pays de l’Est, jouant adroitement des principes de la guerre asymĂ©trique, Carlyle, aidĂ©e il est vrai par l’autocratisme de Poutine, va utiliser l’OTAN que le groupe a dĂ©jĂ  largement investi, pour faire un lobbying forcenĂ© auprĂšs des États europĂ©ens, intoxiquer les mĂ©dias, agiter la crainte et doper les ventes d’armes made in US au motif d’un dĂ©sengagement amĂ©ricain.

DĂšs 1997, la Pologne, la RĂ©publique tchĂšque et la Hongrie rejoignent l’Otan qui ne va pas manquer une occasion offerte sur un plateau, celle du conflit yougoslave. Exacerbant la minoritĂ© albanaise du Kosovo, vieux pays Serbe, l’Europe n’aura de cesse de lui attribuer l’indĂ©pendance, avec pour consĂ©quence d’en faire aujourd’hui un Ă©tat musulman sĂ©grĂ©gationniste, pratiquant systĂ©matiquement la purification ethnique anti-serbe et anti-chrĂ©tienne.

Pays devenu le plus corrompu d’Europe et dĂ©sormais le plus pauvre, les Albanais le quittent et sont devenus les premiers demandeurs d’asile devant les Syriens. Savamment exploitĂ©, ce conflit rendra furieux Poutine, incitera 13 États europĂ©ens Ă  rejoindre l’OTAN, encerclant aujourd’hui la Russie et lui mettant la pression militaire.

Ainsi, fin 2018 un nouveau commandement OTAN supplĂ©mentaire va ĂȘtre crĂ©Ă© Ă  Ulm, en Allemagne. tout en affirmant sans rire que l’agitĂ© du sabre, c’est Poutine !

La rĂ©ponse du berger Ă  la bergĂšre sera l’annexion de la CrimĂ©e et l’invasion du Donbass en 2014. Situation assez semblable au dĂ©part Ă  celle du Kosovo, sauf que cette fois, c’est une minoritĂ© russophone qui exige son indĂ©pendance.

Du coup, hors de question pour l’axe du Bien (Nous) de les dĂ©fendre avec le mĂȘme zĂšle. Cette fois, aucune prĂ©cipitation pour reconnaĂźtre le Donbass qui entend rester dans la sphĂšre russe et ne veut ni de l’Europe, ni de l’OTAN.

L’EuromaĂŻdan de 2014 vendu comme une manifestation pour la libertĂ© et la dĂ©mocratie en Ukraine a abouti Ă  une explosion de chaos et de terreur soigneusement occultĂ©s des mĂ©dias qui prĂ©fĂšrent le silence plutĂŽt que de devoir se dĂ©juger.

PoussĂ©e par Bruxelles et l’OTAN, l’Ukraine continue les hostilitĂ©s, au mĂ©pris des accords de Minsk 2 que Kiev a signĂ©s et que Paris a cosignĂ©s.

Dernier Ă©pisode, la prĂ©tendue mort, Ă  son domicile de Kiev, d’Arkadi Babtchenko, journaliste russe connu pour son opposition fĂ©roce au Kremlin dont la photo du corps touchĂ© de trois balles dans le dos a Ă©tĂ© diffusĂ©e. Sauf que
 c’était une mise en scĂšne ! Arkadi Babtchenko est bien vivant. Manipulation orchestrĂ©e maladroitement par les services secrets ukrainiens, forcĂ©s de la reconnaĂźtre


Elle doit une fois de plus nous inciter Ă  bien peser nos indignations.

Certes, ne soyons pas naĂŻfs, le Kremlin n’est pas le dernier Ă  bidouiller les faits, qu’il s’agisse des forces russes envoyĂ©es dans le Donbass, du vol MH17 abattu au-dessus de l’Ukraine (298 morts), de l’affaire Skripal ou des ingĂ©rences dans les Ă©lections Ă  l’étranger, mais l’affaire Babtchenko dĂ©montre que nous devons aussi prendre garde Ă  nos amis, lesquels, pas plus que les mĂ©chants, n’ont le monopole de la vertu.

Bilan de tout ceci : C’est aujourd’hui au prĂ©sident Trump fortement tutorĂ© par Carlyle qui tire les ficelles en coulisse et auquel il doit son Ă©lection, de renvoyer l’ascenseur. D’abord bien entretenir l’enlisement du conflit syrien, magnifique occasion qui dĂ©stabilise l’Europe par l’afflux de rĂ©fugiĂ©s, ensuite acculer la Russie Ă  rĂ©armer Ă  outrance, enfin entretenir en sous-main les conflits locaux pour mieux asseoir la nĂ©cessitĂ© de l’OTAN et faire de l’Europe le premier client en matiĂšre d’achat d’armes.

DerniĂšres nouvelles : le Conseil de sĂ©curitĂ© nationale et de dĂ©fense d’Ukraine (CSNDU) autorise l’importation d’armes US par des entreprises qui pourront passer des accords avec les partenaires Ă©trangers (devinez qui !) pour exporter et importer directement des armes. Bref, que du bonheur.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Philippe Joutier

Inspecteur, puis Directeur dĂ©partemental au MinistĂšre de la Jeunesse et des Sports. Titulaire d’un DEST de biologie du Conservatoire National des Arts et MĂ©tiers, il est Ă©galement ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de la DĂ©fense Nationale et a fait partie d’un groupe ministĂ©riel de lutte contre les sectes
 Il est l'auteur du livre “Les Extrafrançais” (Ă©ditions Dualpha).

Articles similaires