par Etienne Defay.

La guerre des Donald aura bien lieu. A la suite de l’annonce de Donald Trump relative Ă  sa volontĂ© de dĂ©chirer l’accord nuclĂ©aire iranien et le rĂ©tablissement des sanctions Ă©conomiques Ă  l’encontre du rĂ©gime des ayatollahs, les 28 membres de l’UE se sont rassemblĂ©s Ă  Sofia (Bulgarie) pour coordonner une riposte.

Donald Tusk, le prĂ©sident du Conseil europĂ©en a souhaitĂ© que le « dĂ©bat reconfirme sans aucune ambiguĂŻtĂ© qu’aussi longtemps que l’Iran respecte les dispositions de l’accord, l’UE le respectera aussi ».

Une prise de position qui fait Ă©cho Ă  l’échange tĂ©lĂ©phonique entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron. Echange qui a confirmĂ© un engagement commun sur le nuclĂ©aire iranien. Pour rappel, l’adjoint au ministre russe des Affaires Ă©trangĂšres SergueĂŻ Riabkov avait qualifiĂ© la dĂ©cision amĂ©ricaine d’« imprudente » alors qu’on assistait Ă  un rĂ©chauffement diplomatique quant au dossier sur le nuclĂ©aire nord-corĂ©en (propos rapportĂ©s par RT France). Kim Jong-Un a par ailleurs menacĂ© d’annuler sa confĂ©rence au sommet avec le volcanique prĂ©sident amĂ©ricain.

La valse des diplomates a donc commencĂ© autour de cette Ă©pineuse question. Si Donald Trump avait pour ambition de rappeler qui Ă©tait le patron, cette suppression des accords nuclĂ©aires iraniens constitue une occasion sans prĂ©cĂ©dent. Mais, et c’est suffisamment rare pour ĂȘtre soulignĂ©, cet acte aura remis la Russie et l’UE dans le mĂȘme camp. On en viendrait presque Ă  se demander si le prĂ©sident Trump n’aurait pas incidemment rĂ©veillĂ© une sorte de souverainetĂ© europĂ©enne ?

Si Ă  Sofia, on assistait Ă  une valse diplomatique, on donnait Ă  Bercy une valse du CAC 40. En effet, que ce soit Renault, Peugeot ou encore Airbus, les entreprises françaises ont jusqu’au 6 aoĂ»t pour se retirer d’Iran. Cela alors mĂȘme que le marchĂ© iranien s’ouvrait Ă  eux. Par exemple, Airbus et TĂ©hĂ©ran avaient signĂ© un contrat mettant en jeu 120 appareils. Quant au groupe Total, son PDG a reconnu le 30 mars dernier que ses affaires iraniennes Ă©taient suspendues Ă  la dĂ©cision amĂ©ricaine. Un coup de force amĂ©ricain qui intervient quelques semaines aprĂšs le sommet rĂ©unissant Poutine, Erdogan et Rohani. Un coup de force amĂ©ricain qui va achever d’entraĂźner le rapprochement de l’Iran vers PĂ©kin et Moscou. Un coup de force amĂ©ricain qui s’acharne dans le maintien des blocs est et ouest. Quoiqu’il en soit, l’Europe s’est engagĂ©e Ă  sauver ce texte mĂȘme si les EuropĂ©ens restent lucides. Comme Ă  chaque nĂ©gociation transatlantique, ce sont toujours les AmĂ©ricains qui gagnent Ă  la fin et la dĂ©testation mĂ©diatique envers Donald Trump risque de ne pas suffire (mĂȘme si pour une fois, on ne serait pas contre). Le chef de la diplomatie russe Serguei Lavrov avait d’ailleurs appelĂ© les EuropĂ©ens Ă  « dĂ©fendre de concert les intĂ©rĂȘts communs. »

Article paru dans les colonnes du quotidien Présent.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99