Le PrĂ©sident Macron s’est engagĂ© Ă  moraliser la vie politique française ainsi qu’à promouvoir, partout sur la planĂšte, ces valeurs dĂ©mocratiques, indissociables de l’État français depuis l’annĂ©e faste 1789 – comme nul n’en ignore, aprĂšs avoir bĂ©nĂ©ficiĂ© de l’enseignement d’une histoire-propagande ou grĂące Ă  cet incomparable outil de culture que sont les chaĂźnes de tĂ©lĂ©vision mondialistes.

L’engagement, ferme et puissant, du nouveau PrĂ©sident va-t-il l’amener Ă  rompre les relations politico-financiĂšres avec l’un des rĂ©gimes les plus pourris et les plus immondes de la planĂšte : l’émirat richissime du Qatar, oĂč l’on nage dans l’islamo-pĂ©trodollar (et l’islamo-gazo-dollar, car la politique y est surtout financĂ©e par la commercialisation du gaz liquĂ©fiĂ©) ?

Le Qatar, il est bon de le rappeler, est rĂ©gi officiellement par la charü’a. De ce fait, si l’alcool y est (en principe) prohibĂ©, l’esclavage reste pratiquĂ© ostensiblement. C’est sĂ»r : les valeurs de l’Occident n’ont rien de commun avec celles de l’islam et sont mĂȘme strictement antagonistes.

Le Qatar est un petit État fort avancĂ© dans la manipulation des images numĂ©riques, au point que la chaĂźne d’information al-Jazeera fabrique et diffuse de fausses actualitĂ©s, noyĂ©es dans une masse de faits approximativement exacts. LĂ  encore, la « dĂ©ontologie » de la presse en prend un sacrĂ© coup
 mais rapprocher les mots dĂ©ontologie et information a toujours eu un petit cĂŽtĂ© naĂŻf, voire « bĂȘbĂȘte ».

Quand un État ose Ă©mettre une loi codifiant l’écriture d’une partie de l’histoire de la IIe Guerre mondiale, ses dirigeants au moins apparents peuvent difficilement reprocher Ă  autrui de faire dans la dĂ©sinformation. La loi Gayssot (du nom de son promoteur communiste) du 13 juillet 1990 – plusieurs fois revue en ce nouveau siĂšcle, pour en aggraver les consĂ©quences pĂ©nales – est un chef-d’Ɠuvre de totalitarisme. Nul doute que le nouveau PrĂ©sident, parangon de dĂ©mocratie et de moralisation, l’abolisse bientĂŽt.

Le Qatar offre un soutien financier et logistique, en plus d’un refuge territorial, aux salafistes, aux ultras du Hamas et aux partisans du nouveau calife (si l’on prĂ©fĂšre : les chefs de l’État islamique, qui ont renouvelĂ© le terrorisme sunnite).

Les dirigeants du Qatar ont servi de relais aux ordres du crypto-islamiste Obama lorsque ce titulaire du Prix Nobel de la Paix fit dĂ©clencher les insurrections mahomĂ©tanes en Tunisie, Libye, Égypte, Syrie, au YĂ©men, dans divers pays du Sahel et au NigĂ©ria.

Pour ces nobles actions, le Qatar fut soutenu par la France de Sarkozy, puis de Hollande et par la Turquie d’Erdogan, l’anti-AtatĂŒrk. Les relations sont excellentes entre l’émir du Qatar et le Gardien suprĂȘme de la rĂ©volution iranienne : sunnites et chiites exploitent en commun les Ă©normes rĂ©serves de gaz naturel des fonds du Golfe Persique. En contrepartie, les investissements qataris sont Ă©normes en France.

Comment dĂ©fendre l’humanisme occidental, lutter contre le terrorisme mahomĂ©tan, vouloir moraliser la vie politico-mĂ©diatique et continuer Ă  sourire Ă  l’émir du Qatar ? Nous ne partageons aucune des valeurs soutenues par l’islamo-pĂ©trodollar : esclavage, loi coranique, terrorisme, dĂ©sinformation et pratique du totalitarisme.

C’est sĂ»r, le nouveau PrĂ©sident va rĂ©agir contre ces voyous de la politique internationale qui se croient tout permis parce que la technologie occidentale leur a permis de devenir richissimes en commercialisant du pĂ©trole et du gaz qu’ils auraient Ă©tĂ© bien incapables de dĂ©couvrir et d’exploiter eux-mĂȘmes.

L’honneur ou le fric : le choix est cornĂ©lien. Il paraĂźt que notre nouveau grand homme aurait fait du thĂ©Ăątre dans ses jeunes annĂ©es
 reste Ă  savoir s’il jouait du Jean Genet ou du Pierre Corneille.

PS : informations en partie puisées sur le site Breizh Info du 8 juin 2017.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Bernard Plouvier

Ancien chef de service hospitalier, spĂ©cialisĂ© en MĂ©de­cine interne.Il est auteur de nombreux livres historiques (L’énigme Roosevelt, faux naĂŻf et vrai machiavel ; La tĂ©nĂ©breuse affaire Dreyfus ; Hitler, une biographie mĂ©dicale et politique ; Dictionnaire de la RĂ©volution française,
) et d'essais (RĂ©flexions sur le Pouvoir. De Nietzsche Ă  la Mondialisation ; Le XXIe siĂšcle ou la tentation cosmopolite ; Le devoir d’insurrection,
). Il a Ă©tĂ© Ă©lu membre de l’AcadĂ©mie des Sciences de New York en mai 1980.

Articles similaires