Par Jean Paul Baquiast.
Il n’est pas certain que les militaires amĂ©ricains envisagent sĂ©rieusement une guerre contre la Russie, fut-elle engagĂ©e sous le couvert de l’Otan. Une telle guerre dĂ©gĂ©nĂ©rait inĂ©vitablement en guerre nuclĂ©aire, tactique (locale) voire Ă©ventuellement stratĂ©gique (mondiale). Ils savent qu’ils n’auraient aucune chance de la gagner.

NĂ©anmoins tout se passe comme si le Pentagone, appuyĂ© au sein de l’Otan par les membres europĂ©ens les plus fĂ©rocement anti-Poutine, se prĂ©parerait Ă  une telle guerre. Dans cette perspective l’Estonie vient de s’auto-promouvoir aux avants-postes de l’invasion de la Russie.

Aujourd’hui, le New-York Times, un des appuis les plus constants de la guerre contre la Russie, met en valeur les efforts que fait l’Estonie pour ĂȘtre reconnue comme telle par l’Otan (cliquez ici).

Cet article met en valeur la formation par l’Estonie de forces para-militaires (Estonian Defense League) destinĂ©es Ă  soutenir, sinon Ă  dĂ©clencher une offensive contre la Russie, dont elle est proche de quelques cent km. Cet article n’est pas le seul. Depuis plusieurs jours le NYT en a publiĂ© d’autres sur le mĂȘme ton s’efforçant de dĂ©montrer le danger grandissant pour l’Europe et l’AmĂ©rique d’un Poutine auquel personne ne s’opposerait.

Mais l’Estonie n’est pas isolĂ©e dans ce rĂŽle hĂ©roĂŻque visant Ă  dĂ©fendre l’Occident contre un Poutine prĂ©sentĂ© comme de plus en plus agressif. Elle est accompagnĂ©e par la Lituanie et par la Lettonie. C’est en s’appuyant sur les 3 Etats Baltes que l’Otan vient de finaliser un plan visant Ă  y dĂ©ployer 4 000 hommes, appuyĂ©s par une force de rĂ©action rapide de 40.000 hommes, des armements lourds et en arriĂšre plan par les bases de missiles Ă©ventuellement nuclĂ©aires mises en place par le Pentagone en Europe de l’Est.
RĂ©cemment, lord d’une visite en Estonie, Obama a rappelĂ© le rĂŽle « hĂ©roĂŻque » de ce pays dans la lutte contre l’armĂ©e soviĂ©tique durant la IIe Guerre mondiale, lutte qui en a fait de facto des alliĂ©s de la Wermacht pourtant combattue par ailleurs. L’Estonie sous l’invasion allemande avait activement participĂ© Ă  l’internement des Juifs puis Ă  la Schoa. C’est sans doute ce rĂŽle qu’Obama avait aussi exhaltĂ©, dans un discours repris en choeur aujourd’hui au sein de l’Otan.

Ainsi, manifestement, les AmĂ©ricains prĂ©parent-ils activement une possible guerre anti-russe, en ressuscitant ce passĂ© « hĂ©roĂŻque », partant possiblement de l’Estonie. On attendrait que les autres membres europĂ©ens de l’Otan, notamment l’Allemagne et la France, tempĂšrent les ardeurs belliqueuses des Baltes mais rien ne vient jusqu’Ă  prĂ©sent.

Article paru sur le site Katehon.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.