La Lombardie (Milan) et la VĂ©nĂ©tie (Venise) organisaient un rĂ©fĂ©rendum dimanche 22 octobre dont la question Ă©tait : souhaitez-vous que votre rĂ©gion dispose de « formes supplĂ©mentaires et conditions particuliĂšres d’autonomie ? »

Deux rĂ©fĂ©rendums ont eu lieu dimanche 22 octobre en Lombardie et en VĂ©nĂ©tie, dans le nord de l'Italie actuelle oĂč les Ă©lecteurs


Deux rĂ©fĂ©rendums ont eu lieu dimanche 22 octobre en Lombardie et en VĂ©nĂ©tie, dans le nord de l’Italie actuelle


RĂ©fĂ©rendums seulement consultatifs, ils n’ont pas de valeur immĂ©diate et concrĂšte, mais donnent un pouvoir politique important aux deux PrĂ©sidents de rĂ©gion de la Ligue du Nord, Roberto Maroni et Luca Zaia, pour nĂ©gocier avec le pouvoir central romain une plus large autonomie de leurs rĂ©gions. L’inconnue de cette Ă©lection Ă©tait le taux de participation.

Pour la Lombardie on estimait qu’à moins de 35 % le rĂ©sultat aurait peu d’impact. La participation fut de 40 %. Pour la VĂ©nĂ©tie, il existe un quorum de 50 % pour valider le rĂ©fĂ©rendum : il y eut 57 % de participation. Le succĂšs est donc large d’autant que le « oui » l’emporte respectivement avec 95 et 98 % des voix.

Avec 15 millions d’habitants, 550 milliards d’euros de PIB (plus de 30 % du PIB italien), ces deux rĂ©gions pĂšsent trĂšs lourd dans l’économie italienne et l’autonomie plus large rĂ©clamĂ©e par la Ligue du Nord porte certes sur des questions financiĂšres, ces deux rĂ©gions dĂ©gageant un excĂ©dent de 70 milliards dont elles souhaitent rĂ©cupĂ©rer 50 % pour investir chez elles, mais aussi sur une volontĂ© d’autonomie politique que leur poids Ă©conomique leur confĂšre en Italie et Ă  l’échelle europĂ©enne.

La Lombardie pĂšse 380 milliards d’euros et la VĂ©nĂ©tie 170 milliards. À titre de comparaison, la Catalogne a un PIB de 230 milliards, la plaçant entre les deux grandes rĂ©gions italiennes et loin derriĂšre la Lombardie.

Les commentateurs s’efforcent de minimiser ces succĂšs de la Ligue du Nord en dissociant ces rĂ©fĂ©rendums de celui – illĂ©gal – de la Catalogne. Ici, c’est l’indĂ©pendance qui est en jeu et lĂ  un supplĂ©ment d’autonomie. Querelle de mots. « Autonomie » signifie littĂ©ralement « se donner sa propre loi ». Il ne s’agit pas en effet d’indĂ©pendance politique souveraine, mais d’un degrĂ© immĂ©diatement infĂ©rieur. D’autre part, les rĂ©fĂ©rendums lombard et vĂ©nĂ©tien ne porteraient que sur des questions financiĂšres. C’est ici nier qu’une autonomie Ă©conomique et financiĂšre est toujours intimement liĂ©e Ă  une autonomie politique.

On peut noter en revanche la diffĂ©rence de sĂ©rĂ©nitĂ© entre les deux situations. La Catalogne possĂšde une longue tradition rĂ©volutionnaire largement marquĂ©e Ă  gauche ou Ă  l’extrĂȘme gauche, alors que la Lombardie et la VĂ©nĂ©tie, si elles ont aussi une tradition identitaire forte, situĂ©e dans une zone gĂ©opolitique longtemps troublĂ©e et incertaine, entre France, Autriche et Italie, sont loin des orientations politiques de la Catalogne. Enfin, leurs situations gĂ©ographiques, Ă  l’un des grands carrefours de l’Europe, en font des EurorĂ©gions potentielles autour desquelles un vaste mouvement autonomiste peut se dĂ©velopper.

D’ailleurs, la presse aborde Ă  nouveau, avec dĂ©goĂ»t et railleries, la question des EurorĂ©gions qui serait « un retour mĂ©diĂ©val » (sic) de l’Europe ! L’Histoire n’étant qu’un Ă©ternel recommencement, on peut donc espĂ©rer, contre l’opinion dominante de nos Ă©lites, non pas un « retour » mĂ©prisable car passĂ©iste, mais une rĂ©organisation naturelle de la gĂ©ographie et des peuples europĂ©ens sur des fondements Ă©videmment diffĂ©rents de ceux du Moyen-Âge !

L’Europe est en pleine dĂ©liquescence : Groupe de VisĂ©grad, Brexit, Écosse, Autriche, Catalogne, Lombardie, VĂ©nĂ©tie, autant de manifestations de natures par ailleurs trĂšs diffĂ©rentes, mais qui ont en point commun une remise en cause fondamentale d’une Europe dĂ©gradĂ©e, ainsi, et surtout, qu’une volontĂ© de rĂ©organisation positive et nouvelle de l’Europe.

Un rĂ©veil de l’Europe ?

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Son dernier livre paru est "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse" aux Ă©ditions Dualpha.

Articles similaires