Explication et petit rappel : en 1991, aprĂšs la chute de l’URSS, la CrimĂ©e devient RĂ©publique autonome au sein de l’Ukraine indĂ©pendante, capitale Kiev. Mais la CrimĂ©e souhaite rester dans le giron russe contre l’avis des autres populations de la pĂ©ninsule, plutĂŽt pro-europĂ©ennes. Le gouvernement ukrainien du moment et son prĂ©sident Viktor Ianoukovytch tranchent et refusent l’Union europĂ©enne. DĂ©cision qui provoque des manifestations pro-europĂ©ennes soutenues par les États-Unis. Les Ă©meutes aboutissent Ă  la destitution de Viktor Ianoukovytch et Ă  son remplacement par le pro-europĂ©en Oleksandr Tourtchynov. La rĂ©action ne se fait pas attendre et le 18 mars 2014, par rĂ©fĂ©rendum, les deux rĂ©publiques de CrimĂ©e, celles de Donetsk et de Lougansk (RPD et RPL), font sĂ©cession, et rĂ©clament leur rĂ©intĂ©gration Ă  la fĂ©dĂ©ration de Russie.

L’occident se dĂ©chaĂźne.

L’Ukraine ne reconnaĂźt pas ce rĂ©fĂ©rendum. Pas davantage l’Union EuropĂ©enne, au contraire de la promptitude avec laquelle elle avait reconnu l’indĂ©pendance du Kosovo, aujourd’hui entre les mains de la mafia albanaise. Idem pour la France. Nonobstant sa reconnaissance immĂ©diate du rĂ©fĂ©rendum de Mayotte, contre l’ONU et les Comores, situation pourtant en tout point semblable, elle se veut cette fois le hĂ©raut de la souverainetĂ© de l’Ukraine. Magnifique opportunitĂ© dont Carlyle et l’OTAN vont encore tirer prĂ©texte pour persuader l’Europe qu’il faut se surarmer contre la menace russe. Et accessoirement continuer son encerclement dans le viol rĂ©itĂ©rĂ© par les États-Unis des accords du 10 fĂ©vrier 1990 entre Kohl, chancelier d’Allemagne de l’Ouest et Gorbatchev qui s’engageaient alors Ă  ne jamais Ă©largir l’OTAN aux pays de l’ex-union soviĂ©tique.

L’EuromaĂŻdan de 2014 en Ukraine a abouti aujourd’hui Ă  une explosion de chaos et de terreur. Et malgrĂ© des aides en majeure partie amĂ©ricaines (Ă©videmment !) estimĂ©es Ă  plus de 5 milliards de dollars en dix ans, l’Ukraine rĂ©gresse partout sauf en matiĂšre de corruption gĂ©nĂ©ralisĂ©e et d’hostilitĂ©s, au mĂ©pris des accords de Minsk 2 que Kiev a signĂ©s et que Paris a cosignĂ©s. L’accord de statut spĂ©cial au Donbass constitue la base du rĂšglement politique du conflit. Mais Kiev refuse de nĂ©gocier avec les reprĂ©sentants de la RPD et de la RPL, comme le prĂ©voient pourtant ces accords.

Donbass

Et la situation s’envenime le 22 mai. Sur une chaĂźne de tĂ©lĂ©vision ukrainienne, lors de l’émission politique « Paroles libres » de Savik Chouster, qui a durĂ© prĂšs de trois heures, participait le vice-premier ministre ukrainien AlexeĂŻ Reznikov, qui est Ă©galement le chef adjoint de la dĂ©lĂ©gation ukrainienne Ă  Minsk. Celui-ci dĂ©clare froidement que l’Ukraine ne va pas mettre en Ɠuvre les accords de Minsk tels qu’ils sont Ă©crits. L’accord dans son neuviĂšme point prĂ©voit d’abord des Ă©lections dans les deux rĂ©publiques de CrimĂ©e, celles de Donetsk et de Lougansk (RPD et RPL), puis la dĂ©finition des frontiĂšres entre Ukraine et Russie. Or AlexeĂŻ Reznikov n’en veut Ă  aucun prix. Pour lui, le prĂ©alable n’est pas le rĂ©fĂ©rendum, mais le contrĂŽle de la frontiĂšre. Bref, il le dit trĂšs clairement : le gouvernement ukrainien n’appliquera pas les accords !

« Ce sont des conditions inacceptables, et que nous n’appliquerons pas. D’abord le contrĂŽle de la frontiĂšre entre l’Ukraine et la Russie au gouvernement ukrainien, et aprĂšs cela, le rĂšglement politique final, sous la forme d’élections. »

Rupture unilatĂ©rale et risque inacceptable pour la CrimĂ©e qui ne doute pas de l’épuration ethnique qui s’ensuivrait. Mais ça ne s’arrĂȘte pas là : Lors de cette Ă©mission participait aux cĂŽtĂ©s du ministre AndreĂŻ Biletski, l’ancien chef d’Azov, formation ukrainienne paramilitaire dont l’emblĂšme s’inspire de la SS, soutenue par l’Europe et les États-Unis. Il a appelĂ© Ă  couper l’eau et l’électricitĂ© au Donbass. Dans le collimateur la ville de Marioupol, situĂ©e en RPD, mais derniĂšre grande ville de l’Est encore contrĂŽlĂ©e par Kiev.

Andreï Biletski, l’ancien chef d’Azov,

Andreï Biletski, l’ancien chef d’Azov,

« Nous pouvons mettre en place un vĂ©ritable blocus efficace. Couper l’électricitĂ©, l’eau, tout ce que l’Ukraine fournit Ă  ce territoire. Nous devons construire un mur et les obliger Ă  capituler. »

Reznikov explique alors que si cela n’est pas possible aujourd’hui, cela le sera demain, grĂące Ă  une aide financiĂšre que la France va fournir Ă  l’Ukraine. Et d’annoncer que l’Ukraine est en train de signer un contrat avec la France, qui va investir 60 millions d’euros dans la construction d’un systĂšme d’alimentation en eau de Marioupol qui contournera la partie du Donbass et permettra de couper l’eau de la partie du Donbass contrĂŽlĂ©e par la RPD et la RPL.

Mais au fond, pourquoi pas ? Aprùs tout, on avait bien vendu une centrale à enrichissement d’uranium à Saddam Hussein. Alors


EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99