Union europĂ©enne. ÉchaudĂ©s par des sanctions qui n’ont pas entamĂ© l’intransigeance de Vladimir Poutine en Ukraine, les 28 ministres des Affaires Ă©trangĂšres de l’UE ont fait peser lundi 17 octobre 2016 la menace d’un isolement diplomatique de la Russie, plutĂŽt que celle d’un tour de vis Ă©conomique. Objet de la discussion : la reprise d’Alep par les forces de Bachar al-Assad avec l’appui des Russes.

Les EuropĂ©ens sont comme toujours partagĂ©s Ă  l’idĂ©e de braver le Kremlin, en fonction de leurs intĂ©rĂȘts Ă©conomiques, de leurs besoins Ă©nergĂ©tiques ou de leur proximitĂ© de la Russie. Enfin, L’Europe, absente de Syrie, n’a guĂšre d’autre choix que de s’en remettre au dialogue russo-amĂ©ricain Ă  Ă©clipses.

La Commission europĂ©enne lance un ultimatum Ă  la Belgique pour qu’elle donne son feu vert au CETA (accord commercial liant les 27 au Canada) bloquĂ© par le vĂ©to du Parlement de Wallonie (3,6 M d’habitants).

Autriche. La maison natale d’Adolf Hitler dans le nord de l’Autriche va ĂȘtre rasĂ©e pour laisser place Ă  « un nouveau bĂątiment » et mettre fin Ă  des annĂ©es de bataille judiciaire sur son sort, a annoncĂ© le ministre autrichien de l’IntĂ©rieur.

Suisse. Un village du nord-est du pays a Ă©tĂ© l’hĂŽte, bien malgrĂ© lui, d’un rassemblement skinhead d’ampleur : prĂšs de 5 000 participants se sont rĂ©unis pour une soirĂ©e lors de laquelle se sont produits des groupes de la mouvance skinhead.

Les organisateurs sont liĂ©s au rĂ©seau skinhead Blood & Honour, connu pour sa radicalitĂ©. Ses membres sont des durs de chez durs, connus pour ĂȘtre haineux et violents. « On ne met pas un pied dans leurs concerts par hasard ».

Belgique. Le dĂ©mantĂšlement de la jungle de Calais amĂšne le gouvernement belge Ă  prendre des mesures pour Ă©viter un tel flĂ©au sur son territoire. La police fĂ©dĂ©rale dĂ©ploiera 120 hommes pour deux mois minimum. Ils viendront s’ajouter aux effectifs de police locaux, dĂ©jĂ  mobilisĂ©s depuis le printemps dernier.

MĂȘme si les Belges ont allĂ©gĂ© leurs contrĂŽles environ 500 migrants sont interceptĂ©s dans la province frontaliĂšre de Flandre Occidentale et, le plus souvent, sont ramenĂ©s vers la France. Les accords bilatĂ©raux dits de Tournai prĂ©voient une remise de la main Ă  la main entre policiers des deux pays. La rĂ©alitĂ© semble plus nĂ©buleuse

Allemagne. Ce n’est qu’un frĂ©missement, mais en 2015, et pour la troisiĂšme annĂ©e consĂ©cutive, l’Allemagne a eu une augmentation de son taux de fĂ©conditĂ©. Le taux est passĂ© de 1,47 enfant par femme Ă  1,5 en 2015. L’an passĂ© ce sont 715 000 bĂ©bĂ©s qui sont nĂ©s soit 33 000 de plus qu’en 2014. Les Allemands se remettent au boulot.

Depuis janvier de cette annĂ©e, plus de 17 000 Ă©trangers ont portĂ© plainte contre les autoritĂ©s allemandes au motif que celles-ci ne leur ont pas accordĂ© le statut plĂ©nier de « rĂ©fugiĂ©s ». Dans l’immense majoritĂ© des cas, rapporte le SĂŒddeutsche Zeitung, ils ont obtenu satisfaction aprĂšs avoir assignĂ© l’État. Nul doute qu’ils ont Ă©tĂ© aiguillĂ©s et soutenus dans leur dĂ©marche par des officines immigrationnistes.

Lituanie. ArrivĂ©s devant les sociaux-dĂ©mocrates au pouvoir au premier tour, les centristes et les conservateurs ont pris une option sur le gouvernement qui sera formĂ© Ă  l’issue du second tour des lĂ©gislatives, le 23 octobre. ÂgĂ© de 34 ans, le chef des conservateurs, Gabrielius Landsbergis, veut devenir le plus jeune Premier ministre de l’UE.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.