25 octobre 2016

2006 : L’autre révolution hongroise

Par Nicolas de Lamberterie

 

À l’automne 2006, la Hongrie a connu des émeutes inédites depuis la chute du rideau de fer en 1989, suite à la révélation des mensonges électoraux du Premier Ministre de gauche de l’époque, Ferenc Gyurcsány.

Les émeutes et la période de troubles qui ont suivi ces révélations constituent un acte fondateur dans la vie politique contemporaine de la Hongrie. Sans connaître ces événements, il n’est pas possible de comprendre la domination actuelle du Fidesz de Viktor Orbán dans la vie publique hongroise.

Nicolas de Lamberterie a interrogé acteurs et témoins de l’époque à l’occasion du dixième anniversaire de ces événements. Ont été interrogés pour ce documentaire (par ordre d’apparition) :

– György Budaházy, activiste nationaliste

– Adrián Magvasi, “Magi”, rédacteur en chef de Alfahír

– Tamás Polgár, “Tomcat”, bloggeur

– Márton Gyöngyösi, député (Jobbik)

– László Toroczkai, fondateur du HVIM, maire de Ásotthalom

– István Lovas, journaliste (Magyar Hírlap)

– Máriusz Révész, député (Fidesz)

– Ferenc Almássy, journaliste franco-hongrois (Visegrád Post)

– Tamás Gaudi-Nagy, avocat, fondateur du Service de Protection Juridique Patriote (NJSz), ancien député (Jobbik)

– András Schiffer, avocat, ancien député (LMP)

– Mariann Őry, journaliste (Magyar Hírlap)

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Partager :