Union européenne. Dans le paquet hivernal du Semestre européen, la Commission a livré son évaluation annuelle de la situation économique et sociale dans les États membres Le verdict est sans appel : « La France présente des déséquilibres », estime la Commission européenne.

Pour ce qui est de la dette hexagonale, Bruxelles souligne que celle-ci « ne devrait reculer que de façon marginale », ce qui « rétrécit la marge budgétaire disponible pour réagir aux futurs chocs et pèse sur les perspectives de croissance. »

Allemagne. Le ministère allemand du Travail a indiqué que plus de 2000 personnes, dont les trois quarts en Europe, avaient touché en février des pensions versées à d’anciens collaborateurs du régime nazi ou à des personnes enrôlées de force. Cela concernerait 54 Français. Jean-Luc Mélenchon voudrait interdire ce versement.

Angleterre. Theresa May a promis au Parlement britannique qu’il pourrait décider par vote de repousser de quelques semaines la date du Brexit s’il rejetait une nouvelle fois, d’ici au 12 mars, l’accord de retrait qu’elle tente d’améliorer avec Bruxelles, après son rejet sans ambiguïté par les députés à la mi-janvier.

C’est un total changement de pied pour le Premier ministre, qui avait jusque-là toujours exclu de repousser la date du Brexit, prévue pour le 29 mars. D’autant que le leader de l’opposition, Jeremy Corbyn se dit tout disposé à exiger un nouveau scrutin populaire sur le sujet.

Grèce. Il ne se passe pas une semaine sans qu’une agence de l’ONU, un média ou une association d’aide aux migrants ou de défense des droits humains ne dénonce avec une sévérité croissante les conditions dans lesquelles les migrants sont traités en Grèce.

Dernier en date, un rapport du Conseil de l’Europe évoque des « allégations crédibles de mauvais traitements infligés par la police à des demandeurs d’asile » et des conditions de rétention « largement inférieures aux normes », notamment aux postes des garde-frontiĂšres dans le nord-est du pays, aux abords du fleuve Evros, à la frontière avec la Turquie.

Italie. Une coalition entre le parti Forza Italia de Silvio Berlusconi et la Ligue a remporté les élections régionales en Sardaigne, un scrutin marqué aussi par l’effondrement du Mouvement 5 Étoiles (M5S, antisystème), partenaire gouvernemental de la Ligue au niveau national.

Pays-Bas. La prise de participation éclair des Pays-Bas à hauteur de 14 % dans le capital d’Air France-KLM s’expliquerait, en partie, par le rachat des 6,1 % détenus par Capital Group, un très gros fonds américain.

Air France-KLM

Russie. Le pays est sorti de la récession en 2017 et a connu une croissance de 1,5 % ; le PIB est attendu en hausse de 1,7 % en 2018 et 1,7 en 2019. La croissance est freinée par la persistance des sanctions occidentales consécutives à l’annexion de la Crimée en 2014.

Slovaquie. Ján Kuciak a été assassiné avec Martina Kusnírová, sa compagne, en février 2018, à leur domicile, près de la capitale, Bratislava. Le journaliste d’investigation enquêtait sur les liens entre des membres de la mafia italienne ’Ndrangheta, des hommes d’affaires slovaques et le Premier ministre d’alors, Robert Fico, le tout sur fond de malversations aux subventions agricoles de l’UE.

Interrogé par les députés européens, le procureur général a admis être inquiet des agissements d’une « mafia agricole » dans l’Est slovaque. Ses services travaillent sur soixante cas de possibles fraudes. Mais les procédures restent trop lentes pour les agriculteurs, qui dépendent des subventions pour survivre.

La chute du communisme dans les pays de l’Est a débouché sur l’impunité des mafias, et plus précisément dans les Balkans où demeurent les pays les plus pauvres comme l’Albanie véritable plaque tournante du crime en tous genres.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99