Union européenne. C’est sans surprise que l’Allemand Manfred Weber a été élu chef de file de la droite européenne – le PPE – pour les élections de mai 2019. Il bat le candidat finlandais Alexander Stubb. Weber a reçu le soutien, entre autres, de Wauquiez, Merkel, Kurz et Orban. Si le PPE demeure majoritaire, Weber devrait postuler à la tête de la Commission en remplacement de Jean-Claude Juncker.

Manfred Weber.

Manfred Weber.

Allemagne. L’ancien ministre des Finances devenu président du Bundestag, Wolfgang Schäuble, est l’éminence grise qui aurait planifié la candidature fracassante de Friedrich Merz – l’homme qui doit « putscher » Merkel dès cet hiver.

Friedrich Merz, ex-petit prince de la CDU, écarté par « Mutti » en 2002, est actuellement favori pour décrocher la présidence du parti le 7 décembre, avant de s’en servir de tremplin pour la Chancellerie. Mais, Annegret Kramp-Karrenbauer, une fidèle de Merkel, pourrait bien finir par s’imposer et rafler le parti au nez des ambitieux.

Belgique. La justice belge a ordonné fin octobre à l’ex-roi Albert II, 84 ans, de se soumettre à un test génétique, offrant une victoire à Delphine Boël dans son long combat judiciaire pour faire reconnaître qu’il est son père biologique. Elle affirme être née de la longue liaison qu’il a eue dans les années 1960 et 1970 avec sa mère, Sibylle de Sélys Longchamps.

Espagne. La date du procès des responsables indépendantistes catalans n’est pas encore fixée, mais on connaît en revanche les peines qui seront requises par le parquet espagnol : 11 ans pour l’ancien chef de la police, 17 ans pour les deux chefs associatifs « les Jordis », 17 ans pour Carme Forcadelli, 25 ans pour Oriol Junqueras, n° 2 de l’exécutif indépendantiste. Carl Puigdemont n’est pas mentionné, car il est fugitif.

Grande-Bretagne. Plus de 70 personnalités du monde des affaires ont signé, dans le Sunday Times, une lettre pour réclamer une consultation des électeurs sur les termes définitifs de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE). Les entreprises sont préoccupées par la perspective d’un Brexit sans accord ou avec un accord qui limiterait leur accès au marché de l’UE.

Grèce. Le gouvernement d’Alexis Tsípras a fait un premier pas pour assurer des rôles « distincts » à l’État et à la toute-puissante Église orthodoxe, en annonçant des mesures accordant l’autonomie financière à cette dernière. L’Église orthodoxe dispose notamment d’un clergé fonctionnaire, rémunéré par l’État.

Russie. Le ministère russe de la Culture a annulé, la veille de sa sortie, prévue le 1er novembre dans 850 salles, le film américain Hunter Killer, dans lequel des soldats américains sauvent le président russe et empêchent une nouvelle guerre mondiale.

L’unique porte-avions de la marine russe, l’Amiral Kouznetsov, a été endommagé lorsque le gigantesque dock flottant auquel il était amarré près de Mourmansk (nord-ouest de la Russie) a coulé. L’accident a eu lieu alors que l’Amiral Kouznetsov venait de subir une série de réparations et allait être remis à l’eau.

Le Kremlin a affirmé ne voir « aucune perspective radieuse de normalisation » dans ses relations avec Washington, à l’issue des élections de mi-mandat de Donald Trump. « Mais cela ne signifie pas que nous ne voulons pas de dialogue », a précisé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Poutine s’entretiendra brièvement et de manière informelle avec Trump lors des commémorations, en France, de l’armistice de 1918. Une « longue » rencontre entre les deux hommes est en revanche prévue en marge du sommet du G20 à Buenos Aires, les 30 novembre et 1er décembre.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99