18 novembre 2018

L’imposture des « valeurs de la République » enfin dénoncée

Par Philippe Randa

Comme beaucoup, Bernard Gantois se demandait quelles étaient ces « valeurs de la République » que les politiciens n’aiment rien tant qu’à opposer à la droite dite extrême… mais jamais à l’extrême-gauche et encore moins à tous leurs coquins de copains : d’Alain Juppé naguère à Jérôme Cahuzac plus récemment, sans oublier les «  57 élus socialistes, maires de grandes villes, parlementaires ou présidents de conseils généraux, qui ont été mis en examen ou condamnés et qui continuent à occuper d’éminentes fonctions », dénoncés en 2017 par Jean-Noël Guérini, alors Conseiller général PS des Bouches du Rhône, lui-même mis en examen à la même époque (relaxé depuis)… ni davantage les protagonistes de l’affaire Bygmalion dont l’instruction a tout de même renvoyé en correctionnelle 14 personnes, dont l’ancien président Nicolas Sarkozy.

Après avoir décortiqué sous toutes ses coutures, la fameuse Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen de 1789, épluché les très nombreux dictionnaire et encyclopédies sensés rendre plus intelligent, étudié les libertés « de penser », « d’expression », sans oublier les « libertés secondaires » (déplacement, enseignement, etc.), ou encore la « liberté de propriété » ou « d’être soi-même » et après avoir cherché du côté de notre devise nationale « liberté, égalité, fraternité », sa conclusion est on ne peut plus lapidaire : « Les “valeurs de la république” ne sont qu’une foutaise sémantique, objet d’infinies répétitions politiques et médiatiques afin que personne n’en demande plus le sens. Heureusement, car l’expression n’en a pas… » comme l’auteur le démontre amplement !

On s’en doutait un peu, mais c’est aussi bien d’en être persuadé… et de pouvoir désormais rembarrer comme il se doit les auto-proclamés donneurs de leçons grâce à ce petit brûlot de première nécessité politique.

Bernard Gantois, Le mirage des valeurs de la République, Via Romana, 236 pages, 13 euros.

Bernard Gantois, Le mirage des valeurs de la République, Via Romana, 236 pages, 13 euros.

Bernard Gantois, Le mirage des valeurs de la République, Via Romana, 236 pages, 13 euros.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99