La trÚs encensée Angela Merkel est considérée comme la « femme la plus puissante du monde ». Elle est surtout la plus obéissante. Dure avec les Grecs, douce avec Turcs. Dure avec les chrétiens, bonne avec les islamistes.

La « locomotive » allemande (qui est en fait un ralentisseur) est d’abord un vieux truc : l’Allemagne exporte certes beaucoup, mais elle exporte depuis toujours, et ce en pratiquant la technique du dumping qui Ă©tait en usage Ă  l’époque wilhelmienne. On n’attribuera pas non plus Ă  Angela le gĂ©nie des dynasties industrielles allemandes. Pour le reste, on sait que le patrimoine mĂ©dian est de 51 000 euros et que les salariĂ©s pauvres (20 % du total) pullulent sur fond d’immigration explosive, d’insĂ©curitĂ© urbaine (Berlin ou Lubeck) et de croissance zĂ©ro.

Car l’Allemagne est en rĂ©cession ou presque. Le peu « expert » que je suis se demande comment l’Allemagne peut croĂźtre moins que l’Espagne de Rajoy (2 % cette annĂ©e), alors que l’Espagne compte 24 % de chĂŽmeurs et l’Allemagne 7 % ? En rĂ©alitĂ© les Ă©carts de richesses ont explosĂ© en Allemagne oĂč l’on a rompu au dĂ©but des annĂ©es 2000 avec le modĂšle rhĂ©nan de dĂ©veloppement. Les chĂŽmeurs sont poursuivis, les jeunes bien rares, les salariĂ©s Ă  temps partiel sous-payĂ©s, les autres attendent – lire l’hebdomadaire Le Point – de prendre une retraite mĂ©ritĂ©e à
 76 ans. Ces statistiques donnĂ©es par Todd intĂ©resseront aussi nos lecteurs : « L’espĂ©rance de vie des plus pauvres – ceux qui ne disposent que des trois-quarts du revenu moyen – recule en Allemagne ; pour les personnes Ă  bas revenus, elle est tombĂ©e de 77,5 ans en 2001 Ă  75,5 ans en 2011 selon les chiffres officiels ; dans les Lander de l’Est du pays, c’est pire, l’espĂ©rance de vie est passĂ©e de 77,9 ans Ă  74,1 ans. »

Dix ans de moins qu’en France !

Et ce Schauble qui vient donner des leçons au MEDEF pour écraser nos salaires !

Sur le plan diplomatique, la trĂšs soumise Merkel a tournĂ© le dos Ă  la Russie et s’apprĂȘte comme un kapo zĂ©lĂ© Ă  lui faire la guerre pour complaire Ă  Washington et aux faucons qui vivent de nos complexes de culpabilitĂ©. Cela explique la stagnation du PNB, le dĂ©clin du climat des affaires, la baisse drastique des exportations en attendant la note de gaz de cet hiver.

L’autre scandale dans cette histoire est que l’Allemagne, qui a fait vingt-six millions de morts Ă  la Russie durant la IIe Guerre mondiale, ne trouve rien de mieux que de retrouver un rĂ©flexe impĂ©rial et mittel-europĂ©en, pour parler comme Brzezinski qui voit d’ailleurs dans son Grand Échiquier cette « rĂ©miniscence » d’un bon Ɠil !

Angela Merkel, rĂ©Ă©lue dans un contexte apocalyptique par un Ă©lecteur mĂ©dian ĂągĂ© de soixante ans, reprĂ©sente au pays de Schiller, de Goethe et de Wagner toute la grisaille crĂ©pusculaire europĂ©enne. À ses maniĂšres de maĂźtresse d’école suffisante, il faudra ajouter maintenant les qualitĂ©s de jobarde belliciste.

On citera Charles De Gaulle en 1965 (via la biographie d’Éric Roussel), Ă  propos des Allemands : « il faudra leur rentrer dans la gueule ! »

A propos de l'auteur

Nicolas Bonnal

Essayiste et chroniqueur politique, Nicolas Bonnal est l’auteur d’une quinzaine de livres sur la politique, l’identitĂ©, l’initiation et le cinĂ©ma
 Derniers livres parus aux Éditions Dualpha : Le paganisme au cinĂ©ma ; La chevalerie hyperborĂ©enne ; le Graal et Donald Trump, le candidat du chaos. Il est le correspondant d'EuroLibertĂ©s en Espagne.

Articles similaires