D’aprĂšs les autoritĂ©s de sĂ©curitĂ© allemandes, il y a 6,6 millions de migrants en Afrique du Nord, Jordanie et Turquie qui attendent de continuer leur route vers l’Europe. Depuis fin janvier, leur nombre a augmentĂ© de 7400 par jour.

En septembre 2015, A. Merkel a capitulĂ© devant 15’000 migrants parce que, pendant quelques jours, il y a eu des photos difficiles Ă  faire passer. Elle a actionnĂ© un aimant, que jusqu’aujourd’hui elle a toujours refusĂ© de dĂ©sactiver. Par son acte inconstitutionnel et insensĂ© d’ouverture des frontiĂšres, elle a demandĂ© au monde entier de venir chez nous.

6,6 millions ont entendu cet appel, et ce n’est qu’un dĂ©but.

Je n’arrive pas Ă  comprendre comment un continent entier peut se jeter dans l’abĂźme les yeux ouverts, comment une grande partie de la sociĂ©tĂ© applaudit Ă  cela, comment beaucoup trop continuent Ă  se taire. Comment les politiciens et la presse accusent de haine ceux qui tirent la sonnette d’alarme. Comment les Eglises participent Ă  ce crime moral. Oui, crime, contre notre pays, notre culture, et aussi contre ces gens qui sont incitĂ©s par de fausses promesses Ă  traverser les mers.

Ce n’est pas de l’humanitĂ© que de pousser tant de monde Ă  entreprendre un voyage dangereux en leur promettant le paradis. D’ailleurs, nous ne ponvons pas sauver le monde entier. Cette politique n’est pas « humaine », elle est mĂ©galomane.

Les Ă©lites politiques allemandes et europĂ©ennes ont perdu la raison. Un monde sans frontiĂšres, c’est une folie sans limites. La paix et la sĂ©curitĂ© en Europe vont s’effondrer si nous ne faisons pas demi-tour rapidement.

Traduction (abrégée) : Cenator

Article paru sur le site LesObservateurs.ch.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.