Aux annĂ©es de tous les dangers succĂšde la revanche du peuple – français comme amĂ©ricain.

François Fillon a Ă©tĂ© Premier ministre du peu regrettĂ© Sarkozy, mais ce n’est pas le problĂšme. Il peut mentir et nous manipuler, mais ce n’est pas le problĂšme. Il peut arriver au pouvoir et se dĂ©gonfler, mais ce n’est pas le problĂšme. Il peut s’aplatir dans le futur face aux lobbies et au totalitarisme mĂ©diatique, mais ce n’est pas le problĂšme. Il peut se soumettre aux minoritĂ©s malveillantes et aux oligarques planĂ©taires, mais ce n’est pas le problĂšme.

François Fillon a gagnĂ© et triomphĂ© aujourd’hui, et c’est la vĂ©ritĂ© du jour. Comme l’a dit Jean-Marie Le Pen, le candidat du systĂšme a AUSSI Ă©tĂ© culbuté 

Alain JuppĂ©, l’homme des lobbies, des mĂ©dias, des islamistes et du Bilderberg, de la guerre Ă  mort contre la Russie !

Les Français sont moins nuls qu’on ne croyait. Ils votent pour un modĂ©rĂ© rĂ©volutionnaire – excusez l’oxymore ! – et crĂ©ent le dĂ©sarroi chez les sondeurs et dans les salles de rĂ©daction.

François Fillon n’a cessĂ© de montrer une image raisonnable, plutĂŽt russophile et anti-islamiste depuis plusieurs annĂ©es. Il n’a cessĂ© de nous montrer que l’on pouvait prĂ©fĂ©rer le souverainisme europĂ©en Ă  la clique totalitaire mondialiste.

De ce point de vue, il est des nĂŽtres et nous le saluons comme tel. Il nous dĂ©barrasse enfin de l’indĂ©logeable Sarkozy et vraisemblablement du dangereux agent JuppĂ©. Ce n’est pas un vilain cadeau, vous en conviendrez !

Moi, de toute maniĂšre, j’ai Fillon Ă  la bonne, parce qu’il est raisonnĂ©, mariĂ© Ă  une Galloise, ancien giscardien (je l’ai Ă©tĂ©, plus que chiraquien, et je ne m’en repens certainement pas) et surtout parce que, arrivĂ© Ă  Monaco il y a quelques annĂ©es, il avait voulu piloter une F1 (ou une F3, je ne sais plus, Ă  vĂ©rifier) avec son fils dans les bras.

Cela montre que notre homme a de l’habiletĂ© technique, manuelle, sportive, ce qui nous change des Ă©narques soumis qui, comme Le surfait Le Maire, mĂšnent ce pays Ă  la nursery fasciste façon Merkel (lisez Chesterton, encore et toujours, What I saw in America). Cela montre qu’il n’a pas peur de la vitesse, des embarras bureaucratiques, et qu’il aime le dernier sport digne de ce nom, dirigĂ© d’ailleurs par des leaders comme Mosley ou Bernie Ecclestone qui aiment et qui votent Poutine.

Peuple de France, n’aie donc pas peur de ton choix anti-guerre nuclĂ©aire et n’hĂ©site pas Ă  revoter Fillon pour renvoyer JuppĂ© Ă  ses chĂšres Ă©tudes quĂ©bĂ©coises, le pantalon et surtout le casier judiciaire au niveau des chevilles.

On arrivera peut-ĂȘtre au bout de nos peines avec un trio Fillon-Le Pen-Villiers, des Français russophiles et rĂ©publicains
 indĂ©pendants ; car bizarrement ceux qui aiment la France aiment aussi la Russie. On le savait depuis De Gaulle et Chateaubriand. Souriez, vous allez voter !

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.