La grande catastrophe est entĂ©rinĂ©e sous les applaudissements du pouvoir d’occupation mĂ©diatique, serviteur toujours zĂ©lĂ© de la Finance et de la Banque. RĂ©uni Ă  Lima au PĂ©rou le 13 septembre dernier, le CIO (ComitĂ© international olympique) a attribuĂ© l’organisation des XXXIIIe Olympiades de 2024 Ă  Paris et les XXXIVe en 2028 Ă  Los Angeles.

Toute la clique politico-Ă©conomico-mĂ©diatico-sportivo-dopĂ©e de l’Hexagone exulte ! Trente-deux ans aprĂšs les Jeux d’hiver d’Albertville en Savoie, le grand cirque du sport-spectacle, de l’hĂ©gĂ©monie publicitaire et du fric-roi reviendra en France, et pas n’importe oĂč ! Dans le territoire – modĂšle de la « France pĂ©riphĂ©rique » dĂ©crite par Christophe Guilluy, Paris et l’Île-de-France. Une fois encore, le centralisme parisien permet Ă  la rĂ©gion-capitale de bĂ©nĂ©ficier d’investissements financiers colossaux pour les amĂ©nagements prĂ©vus et les nouveaux rĂ©seaux de transports. Certes, ces travaux d’amĂ©nagement peuvent empĂȘcher l’asphyxie, la thrombose et l’apoplexie de cette rĂ©gion obĂšse en population, en activitĂ©s Ă©conomiques et en richesses produites. Toutefois, pour quinze jours de gloriole mondio-diffusĂ©e, le rĂ©gime d’Emmanuel Macron dĂ©laisse volontiers les rĂ©gions rurales, ferme des lignes ferroviaires non rentables mais indispensables au tissu local, et favorise les aires mĂ©tropolitaines.

La France a-t-elle encore les moyens de se payer une danseuse capricieuse appelĂ©e « Jeux Olympiques » ? Vu la situation Ă©conomique dĂ©plorable, la rĂ©ponse est non. Mais les homoncules qui dirigent l’Hexagone savent ĂȘtre trĂšs gĂ©nĂ©reux avec l’argent public, cet argent extorquĂ© Ă  des contribuables Ă©puisĂ©s. Ces politiciens devraient quand mĂȘme se souvenir qu’AthĂšnes accueillait les JO en 2004. Six ans plus tard, la GrĂšce entrait dans une interminable rĂ©cession.

L’avenir hexagonal de 2024 a dĂ©jĂ  un passĂ© et c’est celui, hĂ©las !, de la patrie de Platon et d’Aristote.

Bonjour chez vous !

Cette chronique hebdomadaire du Village planétaire a été diffusée sur Radio Libertés le 15 septembre 2017.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Georges Feltin-Tracol

Georges Feltin-Tracol, écrivain et collaborateur de nombreuses revues (notamment "Réfléchir & Agir") et site internet ; chroniqueur sur "Radio Libertés". Il se désigne aussi parfois comme un traditionaliste post-moderne ou un archéo-futuriste.

Articles similaires