Le changement de nom du Front national était-il vraiment indispensable pour élargir sa base électorale ?

Ces dirigeants actuels en sont visiblement persuadĂ©s et c’est leur droit d’avoir procĂ©dĂ© Ă  cette offre auprĂšs de leurs adhĂ©rents qui approuveront ou non
 Libre Ă  chacun de penser que leur vote sera fiable, mais cette proposition venant de la prĂ©sidente du Front national pĂšsera forcĂ©ment dans le choix de ceux qui hĂ©siteraient
 De toute façon, en quoi l’appellation d’un parti politique devrait-elle ĂȘtre figĂ©e dans le marbre ? Elle doit correspondre Ă  un combat politique et plus encore Ă  ceux qui le mĂšnent
 On ne peut Ă  la fois vilipender les actuels dirigeants du Front national en rabĂąchant qu’ils auraient abandonnĂ© les fondamentaux du mouvement dĂ©veloppĂ© par Jean-Marie Le Pen quarante ans durant
 et leur reprocher de donner une autre appellation Ă  ce parti devenu, Ă  les entendre, si diffĂ©rent de ce qu’il aurait Ă©tĂ© Ă  l’origine.

XVI Congres FN

« Rassemblement » dédiabolise-t-il davantage que « Front » ?

Ce mot de « dĂ©diabolisation » est une imposture qui lĂ©gitime le fait que le FN soit ou ait Ă©tĂ© effectivement diabolique : quel adhĂ©rent, militant ou Ă©lecteur de celui-ci a-t-il jamais pensĂ© servir le Diable ou ses Ɠuvres ? En revanche, il est plus certain que le Front national a toujours pĂąti d’un dĂ©ficit de crĂ©dibilité : ce n’est pas ce que ses responsables d’antan (et Jean-Marie Le Pen en tĂȘte) disaient ou proposaient qui n’a pas convaincu une majoritĂ© de Français, c’est bien plutĂŽt leur capacitĂ© Ă  gouverner
 et trop souvent aussi Ă  sembler se complaire dans la nostalgie d’époques rĂ©volues, sorte de paradis perdu, mal dĂ©fini d’ailleurs et trop souvent fantasmé ; ses adversaires politiques ont toujours martelĂ© qu’il fallait croire en un avenir meilleur et ils ont davantage sĂ©duit
 Enfin, la derniĂšre Ă©lection prĂ©sidentielle a Ă©tĂ© particuliĂšrement rĂ©vĂ©latrice de ce dĂ©ficit de crĂ©dibilité : axer quasi exclusivement son programme sur l’abandon de l’euro en affirmant que ce serait le remĂšde miracle Ă  tous les maux des Français, puis freiner des quatre fers dans les derniers temps de la campagne parce que, Ă  l’évidence, cela ne convainquait personne, ne pouvait aboutir qu’au score dĂ©cevant de Marine Le Pen au second tour. Plus grave encore est de l’avoir vue danser et boire du champagne le soir de sa dĂ©faite ; beaucoup en auront Ă©tĂ© choquĂ©s Ă  juste titre : avait-elle vraiment conscience de l’enjeu ont pu se demander ces millions de Français qui l’avaient soutenu et avaient votĂ© pour elle ? Cela n’est sans doute pas Ă©tranger Ă  sa baisse de popularitĂ© actuelle.

Que vous inspire le scandale des insultes racistes, proférées par Davy Rodriguez, responsable frontiste, à un videur de boßte de nuit ?

Les insultes sont toujours mĂ©prisables et condamnables par la loi française, quel que soit leur caractĂšre et qui peut trouver Ă  redire Ă  cette Ă©vidence ?
 Qu’elles l’aient Ă©tĂ© sous l’emprise de l’alcool comme cela semble ĂȘtre le cas, c’est aux juges de dĂ©cider si c’est une circonstance attĂ©nuante ou non. Mais le plus terrible, au-delĂ  de la bĂȘtise, c’est tout de mĂȘme que cela soit le fait non seulement d’un responsable politique important – tout de mĂȘme numĂ©ro 2 des jeunes – et que cela ait eu lieu en plus durant le CongrĂšs du parti : cela dĂ©note, lĂ  encore, Ă  l’évidence un dĂ©ficit de crĂ©dibilitĂ© du coupable, mais Ă©galement de ceux qui lui ont donnĂ© des responsabilitĂ©s


Propos recueillis par Guirec SÚvres, publiés sur le site SynthÚse nationale.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires