Dans la soirĂ©e du 2 janvier 2019, non loin de l’avenue des Champs-ÉlysĂ©es, la police arrĂȘte Éric Drouet et le place une nouvelle fois en garde Ă  vue pour le motif fallacieux d’« organisation d’une manifestation sans dĂ©claration prĂ©alable ». RelĂąchĂ© une vingtaine d’heures plus tard, l’infortunĂ© citoyen en colĂšre comparaĂźtra en fĂ©vrier prochain devant le tribunal correctionnel. Une seconde convocation l’attendra en juin prochain pour la dĂ©tention supposĂ©e d’un bĂąton (et pourquoi pas un coton-tige ?). Ce chauffeur routier de 33 ans, devenu l’une des figures des « Gilets jaunes », avait auparavant Ă©tĂ© entendu dans un commissariat pour un soi-disant dĂ©lit de « provocation Ă  la commission d’un crime ». Il avait envisagĂ© de manifester devant l’ÉlysĂ©e et, le cas Ă©chĂ©ant, d’y entrer. Quoi de plus normal pour un bĂątiment de la RĂ©publique ?

Dans la matinĂ©e du 8 novembre 2018, Julien Coupat Ă©tait victime d’une interpellation prĂ©ventive dans l’est de Paris. Les policiers dĂ©couvraient dans son vĂ©hicule un masque, un gilet jaune et des bombes
 de peinture ! AprĂšs une longue garde Ă  vue, l’une des victimes de la machination Ă©tatico-policiĂšre sarközyste de Tarnac ressortait libre avec un rappel Ă  la loi dans la poche.

Éric Drouet.

Éric Drouet.

Julien Coupat et Éric Drouet sont des proies du RĂ©gime. Tout l’arsenal rĂ©pressif votĂ© sous le calamiteux Sarközy se dĂ©ploie pour la circonstance. Le RĂ©gime se veut intraitable envers l’opposition populaire pendant qu’il laisse le dĂ©sordre s’installer dans les banlieues de l’immigration. Il paraĂźt Ă©vident qu’Emmanuel Macron ne se fera pas photographier en enlaçant dans une pause presque Ă©rotique Julien Coupat, Éric Drouet et Nicolas Dupont-Aignan ! Le 7 dĂ©cembre dernier, le ministre de l’IntĂ©rieur Christophe Castaner porta plainte contre le dĂ©putĂ© non-inscrit de l’Essonne et prĂ©sident de Debout la France. Suite aux nombreuses dĂ©gradations commises Ă  l’Arc de Triomphe, le 1er dĂ©cembre, Nicolas Dupont-Aignan dĂ©signait les « petits casseurs de Castaner », soit des agents provocateurs, pas forcĂ©ment subordonnĂ©s Ă  la place Beauvau, infiltrĂ©s parmi les manifestants. C’est donc en France qu’un ministre se permet de poursuivre un Ă©lu de l’opposition, ancien candidat Ă  l’élection prĂ©sidentielle, qui s’interroge Ă  haute voix. Si cette ignominie avait Ă©tĂ© commise Ă  Moscou ou Ă  Budapest, les sempiternelles associations humanitaires auraient hurlĂ© Ă  l’attentat contre les droits de l’homme. Or, c’est un silence assourdissant !

Ces mĂȘmes associations parasitaires grassement subventionnĂ©es par Soros et nos impĂŽts se taisent aussi au sujet des incroyables accusations portĂ©es contre BenoĂźt Quennedey. Ce haut fonctionnaire bourguignon de 42 ans a Ă©tĂ© mis en examen aprĂšs quatre jours de garde Ă  vue pour « trahison par livraison d’informations Ă  une puissance Ă©trangĂšre ». L’énarque, membre du Parti radical de gauche jusqu’en 2017, prĂ©side l’Association de l’amitiĂ© franco-corĂ©enne et est l’auteur chez Delga qui publie les Ɠuvres de Michel Clouscard, de La CorĂ©e du Nord, cette inconnue, puis, aux Ă©ditions Les Indes Savantes, L’Économie de la CorĂ©e du Nord en 2012. Naissance d’un nouveau dragon asiatique ? La DGSI s’attaque donc Ă  un haut fonctionnaire qui officie Ă  la direction de l’architecture, du patrimoine et des jardins du SĂ©nat. BenoĂźt Quennedey a peut-ĂȘtre fourni Ă  Pyongyang les plans ultrasecrets du Jardin du Luxembourg ou bien les dates confidentielles d’élagage des arbres


Le 2 octobre 2018, une vaste opĂ©ration soi-disant antiterroriste frappait Ă  Grande-Synthe le Centre Zahra, une association culturelle musulmane chiite. Deux semaines plus tard, le prĂ©fet du Nord fermait pour six mois ce lieu accusĂ© de diffuser l’islam radical chiite Ă  l’échelle europĂ©enne. Dans le mĂȘme temps, les terroristes d’Al QaĂŻda et de Daech rentrent tranquillement en France ou quittent les prisons. Le Centre Zahra est une cible facile. Certains de ses animateurs dirigent le Parti antisioniste et ont soutenu en 2009 aux Ă©lections europĂ©ennes en Île-de-France la liste de DieudonnĂ© et d’Alain Soral, deux autres persĂ©cutĂ©s politiques.

Pendant que le RĂ©gime menace d’honnĂȘtes gens, sa police avoue son impuissance face aux voyous du 9-3 et aux racailles du CAC 40. Au lieu de s’en prendre Ă  de fantasmatiques agents Ă  la solde de l’Iran, de la CorĂ©e du Nord ou de la Russie, le contre-espionnage devrait plutĂŽt dĂ©manteler les puissants rĂ©seaux d’influence en France qui Ɠuvrent pour les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Arabie Saoudite et le Qatar. Il devrait en particulier se pencher sur ces individus qui, Ă  l’instar de cet Ă©lu des Français Ă  l’étranger, servent d’abord les intĂ©rĂȘts de la seule puissance nuclĂ©aire du Proche-Orient. IntĂ©rĂȘts qui nuisent Ă  l’avenir de la vraie France europĂ©enne.

Bonjour chez vous !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99