Notre sémillant Président estime, en un 1er juillet fort orageux, que la panthéonisation du couple Veil fut une « décision de tous les Français » !

Pantheon Simone Veil

Qu’il en soit assurĂ©, c’est possible, puisque cela ne peut que lĂ©gitimer sa dĂ©cision. Que ce soit la traduction de la rĂ©alitĂ©, c’est tout autre chose.

  1. Macron a-t-il pris l’avis du bon peuple, celui des citoyens-contribuables ? Non ! M. Macron ignore donc la pensĂ©e profonde, intime, des Français et des Françaises.

Tout le monde n’est pas forcĂ©ment intĂ©ressĂ© par le culte de la Shoah. L’on peut mĂȘme dire qu’aprĂšs trois quarts de siĂšcle de battage mĂ©diatique, en rajouter une nouvelle tranche peut s’avĂ©rer quelque peu indigeste. Trop, c’est trop et pour n’importe quel sujet.

Quant Ă  sainte Simone, la madone de l’avortement libre, de convenance personnelle et remboursĂ© par la SS (SĂ©curitĂ© Sociale, bien sĂ»r !), c’est faire injure aux Français et aux Françaises de forte conscience Ă©thique de croire qu’ils peuvent approuver sereinement son entrĂ©e dans le Temple de la reconnaissance rĂ©publicaine.

Une fois de plus, l’on assiste au dĂ©rapage verbal d’un individu prĂ©sidentiel qui ne consulte que lui, prend ses dĂ©sirs pour des rĂ©alitĂ©s, en un mot se comporte comme un dictateur.

Il est possible qu’une majoritĂ© de citoyens et de citoyennes aient voulu la panthĂ©onisation de Simone Veil, voire celle de son obscur Ă©poux, mais oĂč et quand cette « volontĂ© unanime » s’est-elle exprimĂ©e ?

À la fin, il va bien falloir faire comprendre Ă  notre PrĂ©sident-Dictateur-GĂ©nĂ©ral que la France est encore une DĂ©mocratie et qu’en un tel rĂ©gime, on prend l’avis de la Nation avant de proclamer Urbi et Orbi que tel fait imposĂ© par l’ExĂ©cutif est l’expression de la volontĂ© populaire.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Bernard Plouvier

Ancien chef de service hospitalier, spĂ©cialisĂ© en MĂ©de­cine interne.Il est auteur de nombreux livres historiques (L’énigme Roosevelt, faux naĂŻf et vrai machiavel ; La tĂ©nĂ©breuse affaire Dreyfus ; Hitler, une biographie mĂ©dicale et politique ; Dictionnaire de la RĂ©volution française,
) et d'essais (RĂ©flexions sur le Pouvoir. De Nietzsche Ă  la Mondialisation ; Le XXIe siĂšcle ou la tentation cosmopolite ; Le devoir d’insurrection,
). Il a Ă©tĂ© Ă©lu membre de l’AcadĂ©mie des Sciences de New York en mai 1980.

Articles similaires