« Mais de qui se moque la Pologne en achetant des hĂ©licoptĂšres amĂ©ricains ? » titre La Tribune
 Est-il besoin de prĂ©ciser ? Oui, et donc, la rĂ©ponse est : « Mais c’est
 bien sĂ»r ! de l’Union europĂ©enne ». De qui d’autre ?

C’est bel et bien un magistral bras d’honneur des Polonais qui, non seulement annulent une commande d’hĂ©licoptĂšres Ă  Airbus, mais annoncent surtout que c’est pour acheter dĂ©sormais
 du matĂ©riel amĂ©ricain !

« Cette dĂ©cision reflĂšte d’abord la dĂ©fiance de la Pologne, gouvernĂ©e depuis octobre 2015 par le Parti Droit et Justice (PiS), nationaliste et conservateur, Ă  l’égard du couple franco-allemand. Ce n’est pas le premier point de divergence : la construction du gazoduc Nord Stream II ; l’accueil des rĂ©fugiĂ©s et leur rĂ©partition entre États membres ; ou encore les garanties apportĂ©es aux contre-pouvoirs en Pologne sont autant de sujets de tension  », explique Cyrille Bret, maĂźtre de confĂ©rences à Sciences Po et cofondateur du site EurAsia Prospectives.

« Nous allons ouvrir des entretiens qui s’achĂšveront avant la fin de l’annĂ©e », a ainsi dĂ©clarĂ© le ministre polonais de la DĂ©fense Antoni Macierewicz qui enfonce le clou en ajoutant lors d’un point de presse Ă  l’issue d’une rencontre avec la direction des usines PZL Mielec (sud-est) qui appartiennent Ă  Lockheed Martin : « Cette annĂ©e encore les premiers appareils de ce type seront livrĂ©s aux forces spĂ©ciales pour leur permettre de s’exercer  »

« DĂ©cision inacceptable » pour notre ministre de la dĂ©fense, Jean-Yves Le Drian, « Choix prĂ©occupant par rapport Ă  la conception de la dĂ©fense europĂ©enne » s’étrangle Manuel Valls ou encore fureur de François Hollande qui alerte les pays europĂ©ens sur les dangers de n’acheter que des armes amĂ©ricaines


Qu’à cela ne tienne, le camouflet est rĂ©el et, malgrĂ© mauvais cƓur et mauvaise fortune, l’Union europĂ©enne est bien obligĂ©e de manger son chapeau (fabriquĂ© Ă  TaĂŻwan ?).

 Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.