Le maire dĂ©mocrate de New-York Bill de Blasio aurait peut-ĂȘtre bien fait de tourner quatre fois– soit autant que d’expĂ©ditions effectuĂ©es par Christophe Colomb en AmĂ©rique – sa langue dans sa bouche avant d’annoncer qu’il envisagerait de dĂ©boulonner sa statue.

La statue de Christophe Colomb Ă  New York.

La statue de Christophe Colomb Ă  New York.

Que reproche-t-il prĂ©cisĂ©ment au navigateur gĂȘnois ? Juste d’ĂȘtre un esclavagiste et Ă  l’origine du gĂ©nocide des populations natives d’AmĂ©rique ; soit des facĂ©ties assez Ă  la mode au XVe siĂšcle, mais qui ne sont guĂšre apprĂ©ciĂ©es de nos jours
 Le tsunami de la bien-pensance historique menace dĂ©sormais, surtout depuis les rĂ©centes Ă©meutes de Charlottesville ayant Ă©chauffĂ©s des esprits qui n’en demandaient pas tant.

Un comitĂ© d’experts et d’élus va ainsi examiner les « objets porteurs de haine » pour qu’ils soient supprimĂ©s.

Les Ă©lecteurs d’origine italienne s’en Ă©tranglent de rage
 et les New-Yorkais Ă©tant en peine campagne Ă©lectorale, les esprits s’échauffent
 Nicole Malliotakis – opposante rĂ©publicaine Ă  Bill de Blasio – s’est aussitĂŽt positionnĂ©e pour la dĂ©fense de la cĂ©lĂšbre statue, financĂ©e en 1892 grĂące Ă  une souscription lancĂ©e par un journal italien local.

Il n’est pas certain que de rappeler aux New-Yorkais que Christophe Colomb n’a pas Ă©tĂ© le premier Ă  « dĂ©couvrir » les États-Unis soit vraiment utiles : des Vikings, des pĂȘcheurs basques et bretons l’avaient effectivement devancĂ©s, comme des fouilles archĂ©ologiques l’ont dĂ©sormais Ă©tablis.

Mais ceux-lĂ  avaient eu la sagesse, toutefois, de ne pas trop s’en vanter, ayant, paraĂźt-il, jugĂ©s bien avant que Bill de Blasio en apporte la preuve : « Ils sont fous, ces AmĂ©ricains ! »

S’il n’y avait qu’eux, hĂ©las !

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires