Pour la premiĂšre fois dans l’histoire de notre pays, une certaine gauche, composĂ©e d’élus et de syndicats a manifestĂ© en faveur de la religion. Pour le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), inventeur du concept d’islamophobie et initiateur de la marche, c’est une magnifique victoire contre la laĂŻcitĂ©. Les socialistes s’en sont exclus, rendons-leur cette justice.

manifestation contre islamophobie

Depuis les attentats de Paris, le noyautage de la police et le retour annoncĂ© des djihadistes, mĂȘme les milieux les plus politiquement tiers-mondistes commencent Ă  douter que l’islam soit vĂ©ritablement une chance pour notre enrichissement culturel. Il Ă©tait donc urgent de ressortir l’islamophobie.

Se mĂȘlant de religion au nom de la laĂŻcitĂ© (comprenne qui peut !) Philippe Martinez de la CGT, Europe Écologie Les Verts, GĂ©nĂ©ration-s et BenoĂźt Hamon, Ian Brossat porte-parole du Parti Communiste et la totalitĂ© des dĂ©putĂ©s de La France Insoumise ont donc manifestĂ© le 10 novembre Ă  Paris tous unis aux cĂŽtĂ©s du CCIF pour dĂ©fendre une religion qui dĂ©nonce comme liberticides toutes les lois qui imposent le principe de laĂŻcitĂ©.

Les musulmans se plaignent d’ĂȘtre stigmatisĂ©s par des gens qui ne connaissent pas leur religion.

« On parle Ă  notre place ! ». Mais alors qu’attendent-ils, eux, pour parler ? Car enfin, dĂ©capitations mises en scĂšne, attentats suicides, condamnations Ă  mort des apostats, condamnation de l’hĂ©liocentrisme, condamnation de la laĂŻcitĂ©, condamnation de l’homosexualitĂ©, condamnation de l’égalitĂ© des sexes, condamnation des droits de l’homme, condamnation de toute contradiction, revendication de la discrimination religieuse et sexuelle, prosĂ©lytisme par la guerre, collusions avec le nazisme, appel Ă  la haine contre les autres religions, persĂ©cution des Coptes, refus de la laĂŻcité  Finalement ce rejet de l’islam, qui en est responsable ?

Il Ă©tait admis depuis plus de cent ans que dans la vie sociale les religions se fassent oublier, mais l’Islam n’entend pas s’en tenir lĂ  lui qui n’hĂ©site pas Ă  pratiquer, par attentats ou grignotage un prosĂ©lytisme agressif. DĂšs lors, dĂ©signer l’islam est impossible au nom de la laĂŻcitĂ©, prĂ©tendre le banaliser avec les autres religions, c’est nier la rĂ©alitĂ©.

L’Islam ne se cantonne pas au seul message spirituel, car toute l’organisation sociale en est partie intĂ©grante et il revendique haut et fort de la rĂ©genter dans le moindre dĂ©tail. Si l’on considĂšre que l’une des exigences de la laĂŻcitĂ© est prĂ©cisĂ©ment cette dissociation voulue et clairement affichĂ©e entre le spirituel et le profane, on conçoit alors la difficultĂ© pour le musulman d’y souscrire.

Pour l’Islam, prĂ©tendre dĂ©tacher la vie sociale de la religion revient Ă  la renier. La laĂŻcitĂ© est trĂšs clairement dĂ©noncĂ©e. Elle est identifiĂ©e Ă  l’athĂ©isme. L’accepter est une apostasie passible comme toujours en islam de la peine de mort. S’affirmer, comme peuvent le faire les chrĂ©tiens, tout Ă  la fois croyants et laĂŻques est inconcevable. Soudan, Pakistan, Qatar, sultanats de BruneĂŻ et d’Oman, Iran KoweĂŻt, Maldives , Émirats arabes unis, Yemen, Malaisie, Nigeria, IndonĂ©sie : autant de pays qui sont revenus Ă  la charia. Quant aux Saoudiens, ils embauchent des bourreaux formĂ©s Ă  la dĂ©capitation au sabre. OĂč est l’évolution de cette religion ?

La France a accueilli leurs grands-parents et nous pouvions penser que la troisiĂšme gĂ©nĂ©ration de ces populations musulmanes Ă©duquĂ©e Ă  l’école rĂ©publicaine aurait pu du moins composer avec la laĂŻcitĂ©. Non. Pas la moindre concession. Tout au contraire, aujourd’hui ce sont plutĂŽt les natifs qui sont invitĂ©s Ă  s’adapter. AprĂšs les lois mĂ©morielles, les lois sur la PensĂ©e : Nul doute que le prochain objectif du CCIF soit de convaincre quelques idiots utiles d’en proposer une interdisant la critique de l’Islam. Avec la fin de la laĂŻcitĂ©, il ne restera plus qu’à nous convertir, au mĂȘme motif que l’argument dĂ©jĂ  avancĂ© pour nous faire manger hallal : finalement, en quoi ça nous dĂ©range ?

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99