Par Charles Sannat.

Dans les mĂ©dias français ? Silence radio. Tout va bien. Le nuage radioactif s’est arrĂȘtĂ© Ă  la frontiĂšre. Vous avez, comme Ă  chaque fois, les sources tout en bas de cet article, tout Ă  la fin, pour les incrĂ©dules qui pensent encore que la presse et les mĂ©dias les « informent » pour leur « plus grand bien ». Vous avez mĂȘme trois sources Ă©trangĂšres diffĂ©rentes.

C’est un vĂ©ritable coup de tonnerre symbolique parce qu’à ce stade, Ă©videmment, rien n’est fait, mais c’est tout de mĂȘme explosif. Pour la premiĂšre fois de l’histoire qui sera vraisemblablement assez courte de l’euro, un pays du tout premier cercle et Ă  la rigueur relativement exemplaire et ayant toujours eu une « monnaie forte », les Pays-Bas, se pose le plus sĂ©rieusement du monde la question de savoir s’ils vont ou pas rester dans l’euro.

Officiellement donc, ils enquĂȘtent dĂ©sormais sur la possibilitĂ© d’abandonner l’euro !! Rien que cela mes amis.

Les autoritĂ©s nĂ©erlandaises ont approuvĂ© le lancement d’une Ă©tude sur s’il Ă©tait possible et raisonnable pour les Pays-Bas, l’un des pays phares de l’UE, de quitter la zone euro.

La crise de la Deutsche Bank révÚle les dysfonctionnements de la zone euro

Les milieux politiques des Pays-Bas ont demandé une étude sur la question de savoir si le pays devait rester membre de la zone euro ou non.

Ils ont Ă©galement l’intention de lancer un « dĂ©bat approfondi » Ă  ce sujet juste aprĂšs les Ă©lections lĂ©gislatives qui auront lieu le mois prochain.

Une motion prĂ©sentĂ©e par le principal parti d’opposition, les dĂ©mocrates-chrĂ©tiens, a Ă©tĂ© adoptĂ©e Ă  l’unanimitĂ© jeudi, autorisant le lancement de l’enquĂȘte, qui sera supervisĂ©e par le conseiller juridique du gouvernement, le Conseil d’État.

L’enquĂȘte examinera s’il est possible pour les NĂ©erlandais de quitter la zone euro, et si cela est possible comment, a dĂ©clarĂ© le dĂ©putĂ© Pieter Omtzigt membre de l’Appel chrĂ©tien-dĂ©mocrate (CDA).

Il a Ă©galement indiquĂ© que l’initiative avait Ă©tĂ© motivĂ©e par des inquiĂ©tudes sur les taux d’intĂ©rĂȘt ultra-bas de la Banque centrale europĂ©enne (BCE) dĂ©favorables aux Ă©pargnants nĂ©erlandais, en particulier aux retraitĂ©s, ainsi que par des doutes concernant la lĂ©galitĂ© de ses programmes d’achat d’obligations.

L’idĂ©e de quitter la zone euro a Ă©tĂ© soulevĂ©e dans le contexte de la vague montante d’euroscepticisme en Europe, y compris aux Pays-Bas, oĂč les partis politiques ne ratent pas une occasion de jouer cette carte en leur faveur avant les Ă©lections lĂ©gislatives qui auront lieu le 15 mars.

En France, aucun dĂ©bat possible : si vous ĂȘtes contre l’euro, vous ĂȘtes un fasciste, un raciste, un xĂ©nophobe


Je vous invite Ă  remarquer ici le pragmatisme de nos amis nĂ©erlandais. Comme je le dis et le rĂ©pĂšte en citant Churchill rĂ©guliĂšrement, l’euro c’est comme le changement et Churchill disait qu’il « valait mieux prendre le changement par la main avant qu’il ne vous prenne par le cou ».

Que se passe-t-il du cĂŽtĂ© des Pays-Bas ? Rien d’autre que du bon vieux gros bon sens, le BVGBS quoi ! À savoir, encore une fois, que comme me le disait mon pĂ©pĂ©, « un homme averti en vaut deux et mais un gars prĂ©parĂ© en vaut 4 » ! Bon, je prĂ©cise que le grand-pĂšre a repoussĂ© les Allemands Ă  lui tout seul (plus quelques gars de son 57e rĂ©giment) pendant plusieurs jours Ă  seulement 25 ans alors que tous les officiers Ă©taient soit morts, soit dĂ©serteurs.

D’accord, il n’y a pas de rapport direct, mais c’est juste pour insister sur le fait que dans la vie, on se prĂ©pare au pire mĂȘme si l’on peut espĂ©rer le meilleur.

Ce qui est valable au niveau individuel l’est tout autant au niveau collectif, et gouverner c’est prĂ©voir.

Le problĂšme qui saute aux yeux de tout observateur objectif et lucide est que notre pays est toujours, toujours dans le dĂ©ni de toutes les rĂ©alitĂ©s dĂ©rangeantes et que nos Ă©lites fantasment une rĂ©alitĂ© qui n’existe juste pas.

Ils se battent pour devenir le prĂ©sident qui devra vraisemblablement affronter la fin de l’euro, une catastrophe financiĂšre et la faillite du pays.

Franchement, de vous Ă  moi, il faut ĂȘtre totalement inconscient et inconsistant pour vouloir de ce poste-lĂ  Ă  ce moment-lĂ . C’est un sacerdoce et, pour poursuivre dans la mĂ©taphore chrĂ©tienne, ils boiront le calice jusqu’à la lie.

Oui l’euro va exploser et votre Ă©pargne avec !

Ce que cette information vous apprend, alors qu’évidemment sous nos latitudes aucun mĂ©dia dit « sĂ©rieux » ne vous en parle, c’est que oui, l’euro va sauter et exploser. Votre Ă©pargne sera prise dans la tourmente.

Alors ceux qui n’ont rien pensent naĂŻvement, et j’ai toujours des commentaires de ce type, qu’ils ne risquent rien. « Je m’inquiĂ©terai quand je ne serai plus Ă  dĂ©couvert. » Ils se pensent en plus trĂšs intelligents en sortant ce genre de sornettes !

Le problĂšme, voyez-vous, c’est que moins vous avez d’argent, plus vous ĂȘtes fragile.

Moins vous ĂȘtes prĂ©parĂ©, plus vous ĂȘtes fragile.

Avez-vous la moindre idĂ©e de ce que peut vouloir signifier une explosion de l’euro ? Avez-vous la moindre idĂ©e des consĂ©quences concrĂštes d’une sortie non prĂ©parĂ©e de l’euro et dans la panique ? Que les « pauvres » se rassurent en se disant qu’ils n’ont pas d’épargne Ă  perdre, car ce n’est Ă©videmment qu’une partie des problĂšmes incommensurables que nous devrons affronter en cas de sortie de l’euro non contrĂŽlĂ©e.

L’État français serait bien inspirĂ© de se prĂ©parer lui aussi Ă  une telle Ă©ventualitĂ©.

Pourtant, il n’en fera rien.

Il n’en fera rien comme pour le sang contaminĂ©.

Il n’en fera rien comme pour le nuage de Tchernobyl.

La seule chose que sache faire notre État, et ce qu’il a dĂ©montrĂ© Ă  travers les dĂ©cennies, c’est organiser la protection de sa petite caste de mamamouchis pour qu’ils ne risquent rien. Ils se protĂšgent et, pour le reste, mentent effrontĂ©ment Ă  la population.

Ne soyez donc pas dupes.

N’attendez rien de l’État. Il ne vous sauvera pas quand tout ira mal. Prenez vos propres responsabilitĂ©s et vos propres prĂ©cautions.

C’est justement pour vous aider Ă  y voir clair que j’ai Ă©crit, le mois dernier, mon dossier spĂ©cial « Comment survivre Ă  l’Eurocalypse », pour vous donner les clefs pour ĂȘtre non pas un homme averti uniquement, mais un homme prĂ©parĂ© ! Cela s’adresse aussi bien aux « pauvres » qu’aux « riches », car figurez-vous que lorsque les rayons des supermarchĂ©s seront vides
 votre problĂšme immĂ©diat ne sera pas celui de la valeur de votre livret A !

Article paru sur le site VoxNr.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.