La France par ses caractĂ©ristiques politiques et Ă©conomiques se rapproche de plus en plus de la sorella latina, l’Italie. Une seule diffĂ©rence : la puissance (et donc la nocivitĂ©) de l’oligarchie Ă  la française. Mais ce qui frappe l’observateur Ă©conomique, c’est que les deux pays sont sur une trajectoire identique.

L’industrie victime de l’euro

Depuis 2000, l’Italie a perdu 41 % de son appareil industriel, tandis que la production industrielle allemande est montĂ©e de 11 %, et alors que la croissance des deux indices de production industrielle a Ă©tĂ© exactement la mĂȘme pour l’Allemagne et l’Italie de 1970 à 2000 (arrivĂ©e de l’euro). La gestion de l’État italien Ă©tait mĂ©diocre, mais les entreprises italiennes s’en sortaient parce que la monnaie italienne dĂ©valuait constamment contre la monnaie allemande. La variable d’ajustement pour compenser la mauvaise gestion de l’État italien Ă©tait le taux de change. Un État faible et mal gĂ©rĂ©, trĂšs heureux, jusqu’à ces derniĂšres annĂ©es, de bĂ©nĂ©ficier de la contrainte de Bruxelles que lui-mĂȘme Ă©tait incapable d’assumer. Le problĂšme de la France Ă©tant qu’avec un État fort qui se veut omnipotent mais impotent en rĂ©alitĂ©, le rĂ©sultat est le mĂȘme, les politiciens, par lĂąchetĂ©, accusant Bruxelles de les contraindre. Le poids de l’État dans l’économie française est de 57 % contre 42 % pour l’Allemagne.

On doit Ă  Charles Gave (Institut des LibertĂ©s) cette prĂ©vision pessimiste : « Un phĂ©nomĂšne nouveau va sans doute se produire en Italie dans les mois qui viennent, la disparition totale des entrepreneurs en Italie et dans l’Europe du Sud. »

L’abandon de l’outil prĂ©cieux du taux de change

Craignons que ce soit aussi le sort qui attende les entrepreneurs français. Mais pourquoi l’économie française ne cesse-t-elle de s’enfoncer, et la France avec elle ? Depuis 2007, la baisse en France a Ă©tĂ© de 10 %, elle est aujourd’hui peu ou prou au mĂȘme niveau de production industrielle qu’en 1993, elle a perdu 530 000 emplois durant les dix ans Ă©coulĂ©s.

Avant l’euro, le franc baissait rĂ©guliĂšrement, comme la lire, et pouvait ĂȘtre dĂ©valuĂ© ce qui protĂ©geait la marge brute d’autofinancement de nos entreprises et donc l’emploi et les rentrĂ©es fiscales.

Mais depuis l’arrivĂ©e de l’euro, la variable d’ajustement est la rentabilitĂ© des entreprises françaises. Il est clair que le dĂ©clin industriel des deux pays correspond Ă  l’arrivĂ©e de l’euro ; expĂ©rimentalement parlant, ce ne peut ĂȘtre une coĂŻncidence, tant la corrĂ©lation chronologique est vĂ©rifiĂ©e. Quant Ă  l’Espagne, elle a perdu 25 % de sa production industrielle. Et ne parlons pas de la GrĂšce. Bienvenue au « club MĂ©diterranĂ©e » ! Et qui en sont les « gentils organisateurs » ? Messieurs Delors et Trichet !

Article paru dans les colonnes du quotidien Présent.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Olivier Pichon

Olivier Pichon , professeur agrĂ©gĂ© de l'universitĂ©, ancien professeur en prĂ©pa Hec ( Ă©conomie et histoire), conseiller regional d'Île de France 1992-2004, ancien directeur de « Monde et Vie » ; il collabore actuellement Ă  « Nouvelles de France » et dirige l'Ă©mission « Politique et Ă©co » sur TV LibertĂ©s.

Articles similaires