10 juin 2020

Racisme : la malhonnêteté du discours dominant

Par Philippe Randa

« Les médias mainstream avaient besoin de trouver
un autre sujet d’intérêt pour les populations
et sauvegarder des audiences
qui avaient été saturées par la crise sanitaire… »

 

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres pour le site Synthèse nationale)

 

Suite à la mort d’un Noir aux États-Unis lors de son interpellation par la police, les manifestations se succèdent de chaque côté de l’Atlantique pour dénoncer le racisme supposé des policiers ; sont-elles justifiées ?

Ce qui me surprend, c’est le discours unique des médias et des politiques, à part, on s’en doute, certains médias de la réinformation… À peine si l’on entend quelques rares représentants de syndicats de police tenter de défendre leur corporation en expliquant qu’il ne fallait pas faire de cas particuliers – inévitables et évidemment condamnables – une généralité. Il semble qu’on ne les laisse s’exprimer que pour donner le change, pour paraître honnête, alors que la malhonnêteté du discours dominant, exclusivement à charge anti-Blancs, est flagrante.

C’est-à-dire ?

Les États-Unis d’Amérique sont connus pour leur esprit procédurier. Pour un oui ou pour un non, on intente un procès. C’est quand même le pays où l’on n’a pas attendu le mouvement de délation #metoo pour qu’un homme hésite à emprunter un ascenseur où il pourrait se retrouver seul avec une femme, de peur d’être accusé ensuite par celle-ci d’agression sexuelle… À qui peut-on alors faire croire que les policiers yankees puissent agir avec violences en toute impunité contre les personnes qu’ils appréhendent, oublieux des caméras de surveillance qui pullulent à chaque coin et recoin des rues et à une époque où tout le monde de 7 à 77 ans possède un smartphone lui permettant de filmer en direct tout ce qui se passe… Chaque fois qu’un fait divers met en cause un policier filmé à son insu, les médias le répercutent : il faudrait être particulièrement abruti pour imaginer qu’on puisse agir en toute impunité… La police américaine ne recrute-t-elle que des demeurés ? De même les polices européennes ?

L’interpellation de George Floyd semble néanmoins d’une brutalité évidente ; c’est son maintien au sol par un policier le genou sur sa gorge qui a entraîné sa mort, cela a été confirmé.

Confirmé avant même les conclusions de l’enquête de police… On se demande alors s’il est vraiment utile que des enquêteurs vérifient ce qu’il s’est passé et que la Justice s’en mêle. De l’énergie, du temps et de l’argent perdu que tout cela, non ? Le verdict ayant été rendu par les médias, c’est bien suffisant. Quant à la peine pour les coupables – forcément coupables – médiatiquement désignés à la vindicte publique, certains seraient même satisfaits, n’en doutons pas ! , d’institutionnaliser leur lynchage en place publique.

Manifestation suite à la mort de George Floyd.

Manifestation suite à la mort de George Floyd.

Vous semblez en vouloir davantage aux médias que vous dénoncez et aux mouvements politiques qui instrumentalisent désormais cet événement qu’aux policiers incriminés si leur culpabilité était établie ?

On écarte sciemment l’action de la Justice qui est seule habilitée à rendre une sentence, du moins dans un pays de droit, et on finit par trouver normal, et même juste qu’on utilise ce fait divers – car c’en est un, même si la mort de l’interpellé le rend tragique – pour déclencher des deux côtés de l’Atlantique, des manifestations dont certaines, aux USA, ont dégénéré en émeutes… Et ces fauteurs de troubles ont porté en quelques heures Georges Floyd aux nues, faisant de lui un « héros » – alors qu’il n’est éventuellement qu’une victime – avant sans doute de le faire « rentrer dans la légende »… en oubliant tout de même de rappeler que ce « brave homme » avait été condamné à cinq ans de prison pour un cambriolage à main armée à Houston, en 2009. Ou si mention en est faite, c’est pour ajouter aussitôt qu’il « voulait changer de vie » ; peut-être oui… Mais il serait aussi intéressant de savoir pourquoi les policiers ont décidé de l’interpeller… Uniquement parce qu’il était noir de peau ? Si les policiers, en général ou ceux-là précisément, n’ont comme obsession que d’interpeller toute personne de couleurs qu’ils croisent dans les rues, on leur reconnaîtra au moins de ne pas chômer durant leurs heures de service…

Le racisme, ça existe, tout de même…

Bien sûr, qui peut le nier ? Ce qui est insupportable, c’est l’exploitation qui en est faite et toujours à sens unique… Seuls des Blancs peuvent s’en prendre aux autres races par haine, intolérance ou mépris. Jamais aucun Afro-Américain ne s’en prendrait à d’autres races – blanche, asiatique, juive ou arabe –, n’est-ce pas ? À qui le fera-t-on croire ? He bien ! À tous les Blancs et uniquement à eux, bien, sûr ! Il suffit de se rapporter à la définition qu’en fait l’incontournable, désormais, encyclopédie Wikipedia où on lit : « Les expressions “racisme antiblanc” et “racisme inversé” sont contestées par la majorité des chercheurs en sociologie (…) Ces auteurs considèrent que la notion de racisme anti-blancs n’est pas pertinente dans des sociétés où les Blancs sont en position de domination… ».

Wikipedia indique également que cette expression est surtout utilisée par l’extrême droite ; est-ce pour la discréditer ?

On peut le penser… Rappelons-nous le journaliste sportif Pierre Ménès qui s’en prenait au joueur noir Lilian Thuram après sa déclaration sur « les Blancs (qui) pensent être supérieurs » : « Lilian Thuram ne parle que du racisme contre les Noirs. En France, le vrai problème dans le football, c’est le racisme anti-Blanc ! »… À ce que je sache, Pierre Ménès n’est pas connu pour être un extrémiste de droite.

La crise du Covid-19 à peine (presque) terminée, ne fallait-il pas qu’un nouveau scandale à grande échelle occupe les esprits pour éviter aux gouvernements qui ont plongé leurs pays dans le marasme économique suite au confinement qu’ils ont imposé, d’avoir à rendre des comptes sur leur gestion ?

Ça ne l’empêchera sans doute pas, même s’ils peuvent espérer que cela le retarde… J’aurais plutôt tendance à croire que les médias mainstream avaient besoin de trouver un autre sujet d’intérêt pour les populations et sauvegarder des audiences qui avaient été saturées par la crise sanitaire… Certains mauvais esprits – dont je dois faire partie – ne peuvent s’empêcher de songer au film Demain ne meurt jamais qui oppose James Bond, le célèbre agent 007, à un puissant magnat de la presse qui déclenche des tragédies planétaires uniquement pour que ses propres médias les annoncent avant tous leurs concurrents… et parfois même seulement pour le besoin de créer l’information ! 

Donc, pour vous, le racisme des uns plus que des autres n’aurait pas l’importance qu’on lui donne ?

C’est même pire que cela : on a l’habitude, lorsqu’on traite de l’esclavage, de ne considérer que celui pratiqué par les Occidentaux et d’occulter, voire de nier, celui, qui fut bien plus important en durée comme en pratiques inhumaines, des pays Arabes contre les Européens et les Africains et même des Africains entre eux… Mais désormais, certains stigmatisent des paroles, écrits, déclarations qui passaient, dans un passé encore proche, comme anti-racistes !!! Par exemple, la chanson de Nino Ferrer Je veux être noir, qui rend hommage aux grands artistes noirs et à leurs qualités de musicien, chanteur ou danseur devrait désormais être considérée comme une réduction des Noirs à leur seule qualité de « saltimbanques ». Et donc, à un racisme inconscient ; tout comme l’hommage que Claude Nougaro rendait à Louis Armstrong dans sa chanson éponyme… De même, comme on l’a vu récemment dans une vidéo sur Facebook, lorsqu’un CRS d’origine africaine se fait insulter, traiter de traître, de vendu, de salaud par des manifestants de mêmes origines… qui dénonçaient par ailleurs le racisme dont elles étaient victimes, forcément victimes, lorsqu’elles cherchaient des emplois ! Lui en avait pourtant trouvé un !

Pour vous, il n’y aurait pas, ou pas exagérément, de discrimination à l’emploi en raison de l’origine ethnique ?

Dans toutes les professions de notre société, je vois des employés de toutes origines et à tous les échelons professionnels, pas uniquement au bas de l’échelle… Suis-je le seul à le constater ? C’est donc que ces employés-là, malgré leurs origines, ont réussi à décrocher les jobs… quand jobs il y a, bien sûr, et il y en a de moins en moins, informatisation et automatisation des moyens de productions obligent, mais c’est un autre débat… En revanche, je veux bien croire que toute une frange de la population (soit clandestine, soit naturalisée ou non) actuellement sur le territoire français soit discriminée, non par ses origines, mais par son inaptitude au travail ou sa mentalité d’assistés ou de prédateurs. Celle-là, étrangement, me semble très largement majoritaire… dans toutes les manifestations contre le racisme !

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99