Dimanche 15 janvier dernier, deuxiĂšme round de la primaire de la gauche, Arnaud Montebourg s’offre un petit plaisir Ă  peine coupable en s’en prenant bille en tĂȘte Ă  ces mĂ©dias devenus propriĂ©tĂ© de groupes industriels. Nous sommes sur BMFTV : Ruth Elkrief accuse donc le coup, mais ne pipe mot, tandis que Laurence Ferrari d’i-TĂ©lĂ©, se sent obligĂ©e de dire sa fiertĂ© de travailler pour la chaĂźne en question, propriĂ©tĂ© de Vincent BollorĂ©.

Étrange silence, tout de mĂȘme, que celui de la premiĂšre, sachant que BFMTV fait partie, au mĂȘme titre que LibĂ©ration, RMC et i24, du holding de Patrick Drahi, Altice, Ă©galement propriĂ©taire de SFR. Tout cela est parfaitement officiel, mais plus officieux a Ă©tĂ©, en octobre 2016, le dĂ©part de Bernard Mourad, dans l’équipe d’Emmanuel Macron, en tant que « conseiller spĂ©cial des relations avec les sphĂšres Ă©conomiques » 

LĂ , ce n’est mĂȘme plus le mĂ©lange des genres, mais la consanguinitĂ© revendiquĂ©e. D’ailleurs, du temps oĂč Arnaud Montebourg Ă©tait Ă  Bercy, il s’était inquiĂ©tĂ© du rachat de SFR par Numericable, l’une des sociĂ©tĂ©s de Patrick Drahi en ces termes : « Numericable a une holding au Luxembourg, son entreprise est cotĂ©e Ă  la Bourse d’Amsterdam, sa participation personnelle est Ă  Guernesey dans un paradis fiscal de Sa MajestĂ© la reine d’Angleterre, et lui-mĂȘme est rĂ©sident suisse ! Il va falloir que M. Drahi rapatrie l’ensemble de ses possessions, biens, Ă  Paris, en France. Nous avons des questions fiscales Ă  lui poser ! » Ambiance.

À propos d’ambiance, Patrick Drahi n’a pas son pareil pour la plomber. En mai 2015, la commission des Affaires Ă©conomiques de l’AssemblĂ©e nationale l’auditionne en tant que prĂ©sident-directeur gĂ©nĂ©ral du groupe Altice. Et, Ă  propos de compĂ©titivitĂ© Ă©conomique, de salaire et de congĂ©s payĂ©s, il assure : « Les Chinois travaillent 24 heures sur 24 et les AmĂ©ricains ne prennent que deux semaines de vacances [
] C’est lĂ , le problĂšme pour nous [
] Mon modĂšle, ce n’est pas les deux semaines de congĂ©s payĂ©s, mais par rapport Ă  ceux qui travaillent plus, on avance moins vite : ce sont les lois de la gravitation, si vous le permettez  » Fibre sociale, quand tu nous tiens !

De nombreux commentateurs de la chose politique remarquent qu’Emmanuel Macron n’a pas encore de vĂ©ritable programme Ă©conomique ; Patrick Drahi, par l’intermĂ©diaire de Bernard Mourad, paraĂźt tout dĂ©signĂ© pour pallier ce dĂ©ficit. D’ailleurs, celui qui parle le mieux de cet homme, demeure celui qui le connaĂźt plus que bien, Bernard-Henri LĂ©vy qui, lors d’une allocution prononcĂ©e le mercredi 18 mars 2015, Ă  l’occasion de la remise Ă  Patrick Drahi du Prix Scopus de l’UniversitĂ© HĂ©braĂŻque de JĂ©rusalem, affirme : « Français d’ñme et de cƓur et ressortissant suisse, citoyen israĂ©lien nĂ© Ă  Casablanca, Citizen Drahi rĂ©gnant sur ce territoire sans limite ni frontiĂšre que nous assignent les technologies dont vous ĂȘtes l’industriel, vous ĂȘtes aussi l’un de ces « Gidiens » [On se demande bien ce que les lecteurs d’AndrĂ© Gide viennent faire dans ce boutre ? NDLR] que « l’idĂ©ologie française » rĂ©prouve depuis un siĂšcle, mais dont nous avons cruellement besoin en ces temps de lourdeur indigĂšne et d’étouffement chauvin – vous ĂȘtes l’un de ces citoyens du monde impossibles Ă  assigner Ă  une « souche », Ă  enfermer dans une appartenance, Ă  Ă©puiser dans l’un de ces trois « n » (le natal, le national, le naturel) dont j’ai dit, dans un texte rĂ©cent, combien ils appauvrissent cette humanitĂ© dont vous venez, vous-mĂȘme, de nous rappeler qu’elle n’exerce encore qu’une trĂšs infime partie de son infinie capacitĂ© d’intelligence et de pensĂ©e – et, pour cela aussi, je vous salue. »

Ite Missa Est et voilĂ  qui va toujours mieux en le disant.

La vĂ©ritable nature d’Emmanuel Macron, voilĂ  peut-ĂȘtre ce que voulait Ă©voquer Arnaud Montebourg, Ă  mots couverts, dans cet Ă©change pour le moment passĂ© sous silence par les mĂ©dias dominants. Mais comment exiger de ces derniers qu’ils se tirent une balle dans le pied ? Et quand on parle de pied, c’est juste histoire de demeurer poli. Il est Ă  craindre, pour cet infernal tandem Macron/Drahi, que les Ă©lecteurs le soient un peu moins en avril prochain


Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.