Une partie de l’Europe – l’Allemagne hĂ©bĂ©tĂ©e et les pays nordiques – veut dĂ©truire la Russie et pour cela utilise l’Otan Ă  la dĂ©rive, tenue en laisse par les restes de l’État profond amĂ©ricain, État profond amĂ©ricain qui est Ă  deux doigts de liquider Donald Trump pour garder le Pouvoir. Trump est bien brouillon pour le moment.

On ne peut que souhaiter que Donald Trump liquide l’Otan, mais sera-ce possible ? Et que fera une Europe vieillie et bien dĂ©bile ? Une armĂ©e internationale pour faire venir plus de rĂ©fugiĂ©s et envahir la sainte Russie, obsession numĂ©ro un de la chanceliĂšre Merkel, des agents baltes et des humanitaires Scandinaves ?

On croit rĂȘver


L’effondrement financier non plus ne fait aucun doute, mais on sent qu’il sera provoquĂ© pour en finir avec le populisme et avec les peuples, comme ces pseudo-guerres mondiales, guerres cabalistiques conçues et agencĂ©es par les oligarchies anglo-saxonnes et leurs marionnettistes finalement.

La cible indienne avec une population martyrisĂ©e par un pouvoir fou et sacripant nous montre ce qui va nous arriver : la privation d’argent, qui lĂ -bas se marque par une explosion du chĂŽmage et une vie encore plus cauchemardesque pour la partie la plus pauvre de la population, soit quelques centaines de millions de personnes.

L’Inde est le laboratoire du cauchemar à venir.

Dans un bel article de Norbert Haering traduit par nos amis de lesakerfrancophone.fr, on lit ceci : « Le prĂ©sident amĂ©ricain Barack Obama a dĂ©clarĂ© que le partenariat stratĂ©gique avec l’Inde Ă©tait une prioritĂ© de sa politique Ă©trangĂšre. La Chine doit ĂȘtre maĂźtrisĂ©e. Dans le cadre de ce partenariat, l’agence amĂ©ricaine de dĂ©veloppement USAID a nĂ©gociĂ© des accords de coopĂ©ration avec le ministĂšre indien des Finances. L’un d’eux a pour objectif dĂ©clarĂ© de repousser l’utilisation de l’argent liquide en faveur des paiements numĂ©riques, en Inde, mais aussi dans le monde entier. »

« Barack Obama sera clairement le leader le plus fasciste des États-Unis », nous prĂ©venait Webster Tarpley.

Le projet va plus loin ; car on va implanter quelque chose aux pauvres en Inde : « Le directeur de projets de Catalyst est Alok Gupta, qui occupait le poste de chef d’exploitation du World Resources Institute à Washington, dont l’USAID est l’un des principaux commanditaires. Il Ă©tait Ă©galement un membre original de l’équipe qui a dĂ©veloppĂ© Aadhaar, le systĂšme d’identification biomĂ©trique Ă  la Big Brother. »

Les banques mondiales s’initient au techno-fascisme, au cyber-nazisme, et on se rapproche ici du texte de l’Apocalypse de Saint-Jean (XIII, 16-17) : « Et elle fait qu’à tous, petits et grands, et riches et pauvres, et libres et esclaves, on leur donne une marque sur leur main droite ou sur leur front ; et que personne ne peut acheter ou vendre, sinon celui qui a la marque, le nom de la bĂȘte, ou le nombre de son nom. »

Haering s’explique sur le responsable de cet exercice : « Le partenariat pour prĂ©parer l’interdiction temporaire de la plupart des liquiditĂ©s en Inde coĂŻncide approximativement avec le mandat de Raghuram Rajan Ă  la tĂȘte de la Banque centrale indienne
 Raghuram Rajan a de nombreuses raisons de s’attendre Ă  grimper aux Ă©chelons les plus Ă©levĂ©s de la finance internationale et donc de bonnes raisons de jouer le jeu de Washington. Il Ă©tait dĂ©jĂ  prĂ©sident de l’American Finance Association et rĂ©cipiendaire inaugural du prix Fisher-Black en recherche financiĂšre. Il a remportĂ© les prix gĂ©nĂ©reusement dotĂ©s d’Infosys pour la recherche Ă©conomique et de la Deutsche Bank pour l’économie financiĂšre ainsi que le prix Financial Times/Goldman Sachs pour le meilleur livre d’économie. »

C’est cet agent US qui affame son pays. On peut le rĂ©compenser en le mettant au FMI d’aprĂšs Haering : « Il est considĂ©rĂ© comme un successeur possible de Christine Lagarde Ă  la barre du FMI, mais peut certainement aussi s’attendre Ă  ĂȘtre considĂ©rĂ© pour d’autres emplois de premier plan dans la finance internationale. »

Attendez-vous Ă  en subir autant. La crise amĂ©ricaine masquĂ©e a normalement attendu son Trump pour se dĂ©voiler, et on ignore comment ce dernier tiendra. Trump arrive en tout cas Ă  point nommĂ© pour incriminer les populismes, sport favori des oligarques de Davos (La Montagne magique de Thomas Mann), qui fĂȘtent le triomphe de leur politique : les huit les plus riches (les noms d’oiseaux Zuckerberg, Bezos, Bloomberg, Ellison, Gates, etc.) sont plus riches que les quatre milliards les plus pauvres. On peut ajouter Omidyar, patron d’eBay, issu d’une famille proche de la CIA sous la dictature du shah d’Iran qui tire aussi les ficelles dans ce jeu sadique de la dĂ©monĂ©tisation.

La domination amĂ©ricaine-apocalyptique est la clĂ© de ce contrĂŽle planĂ©taire du cash (il en sera de mĂȘme de l’or, quand on vous ordonnera de le remettre Ă  un certain prix) : Chaque banque internationalement active peut ĂȘtre soumise au chantage par le gouvernement des États-Unis afin qu’elle suive leurs ordres, puisque la rĂ©vocation de sa licence pour faire des affaires aux États-Unis ou en dollar Ă©quivaut essentiellement Ă  les mettre en faillite. Il suffit de penser Ă  la Deutsche Bank, qui a dĂ» nĂ©gocier avec le TrĂ©sor amĂ©ricain pendant des mois entre payer une amende de 14 milliards de dollars et trĂšs probablement faire faillite, ou s’en tirer avec sept milliards et survivre. Si vous avez le pouvoir de mettre en faillite les plus grandes banques mĂȘme des grands pays, vous avez aussi le pouvoir sur leurs gouvernements. Ce pouvoir par la domination sur le systĂšme financier et les donnĂ©es associĂ©es est dĂ©jĂ  lĂ . Moins il y a de liquide, plus ce pouvoir est important et sĂ©curisĂ©, car l’utilisation d’espĂšces est un moyen important de se soustraire Ă  ce pouvoir.

OĂč veulent-ils aboutir ? À une liquidation-mise au pas (on vivrait comme des zombies, avec un peu de monnaie numĂ©rique) ? Ou Ă  notre liquidation-extermination ? J’avais recensĂ© dans mon livre sur Internet (il va reparaĂźtre), traduit et commentĂ© surtout en AmĂ©rique du Sud, la logique eschatologique de tout cela, bien dĂ©crite dans des essais futuristes : 70 millions de survivants aprĂšs une apocalypse subtile, qui permettrait aux oligarques de se mettre Ă  l’abri dans des haciendas, servis par des robots.

Un peu trop de parano ? Un peu trop de thĂ©orie de la conspiration ? Mais c’est vous qui annoncez que les hackers russes tiennent le systĂšme Ă©lectoral US ! Allez en Inde et faites la queue pour voir. Rappelez-vous que la dictature des oligarques avait coĂ»tĂ© dix millions de vies sous Boris Eltsine. Ce n’est pas pour rien que l’ouest hait Vladimir Poutine, qui fit revivre son pays.

Clint Eastwood expliqua que, dans la vie, il y a ceux qui creusent et ceux qui tiennent le pistolet. Il y a surtout ceux qui impriment les billets, ceux qui maintenant ne veulent plus faire bonne impression.

Et puis, il y a nous. Gare Ă  nous ! Car nos Ă©lites considĂšrent, disait dĂ©jĂ  Debord, qu’elles n’ont Ă©tĂ© que trop patientes jusque-lĂ .

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.