Le 18 dĂ©cembre de l’annĂ©e derniĂšre, par la voix de Dimitris Avramopoulos, le Commissaire (non Ă©lu) de l’Union europĂ©enne en charge des Migrations (Ă  l’instar des cigognes), dĂ©clarait en substance que « L’Europe est trop blanche, etc. »

Ainsi, selon Bruxelles, les EuropĂ©ens doivent accepter l’immigration massive du tiers-monde comme la « nouvelle norme », les avertissant que ni les murs ni les politiques de lĂ©gitime rĂ©sistance ne permettront Ă  une partie de l’UE de rester « homogĂšne et sans migration ». Ainsi donc s’agit-il de dĂ©truire l’homogĂ©nĂ©itĂ© du continent europĂ©en.

« Il est temps de faire face Ă  la vĂ©ritĂ©. Nous ne pouvons pas et ne pourrons jamais arrĂȘter la migration », prĂ©cise Dimitris Avramopoulos, dans un article publiĂ© le lundi 18 dĂ©cembre par la revue europĂ©enne Politico et intitulĂ© « Les migrants europĂ©ens sont lĂ  pour rester. »

Afin que les choses soient encore plus claires, l’Eurocrate Ă©crit que « la mobilitĂ© humaine dĂ©finira de plus en plus le XXIe siĂšcle » et que la migration de masse est un sujet sur lequel Bruxelles a engagĂ© l’Europe « à long terme », dĂ©clarant : « La migration est Ă©troitement liĂ©e Ă  nos politiques Ă©conomiques, commerciales, d’éducation et d’emploi – pour n’en nommer que quelques-unes. »

Le Commissaire en charge de la politique de migration souligne que Bruxelles ne voit pas l’asile comme un moyen d’offrir un rĂ©pit temporaire Ă  la guerre, mais comme une autre mĂ©thode de transplantation permanente des populations du tiers-monde dans les pays de l’UE.

Le 28 novembre dernier Ă  Bruxelles, le PrĂ©sident de la Commission europĂ©enne, Jean-Claude Juncker dĂ©clarait : « Ouvrons des voies lĂ©gales pour les migrants qui veulent venir », estimant que l’Europe avait un « besoin Ă©vident » de migrations de masse en provenance d’Afrique.

Parlant du sommet UE-Afrique d’avant NoĂ«l, lors duquel les dirigeants de l’UE et des pays africains se sont rencontrĂ©s pour discuter des migrations, il a aussi dĂ©clarĂ© Ă  la radio allemande Deustche Welle que « si nous n’offrons pas de moyens lĂ©gaux d’émigrer en Europe et d’immigrer Ă  travers l’Europe, alors nous serons perdus » et de rajouter : « Si ceux qui viennent – qui sont, en gĂ©nĂ©ral, les pauvres et les nĂ©cessiteux – ne sont plus en mesure d’entrer dans la maison de l’Europe par la porte d’entrĂ©e, ils continueront Ă  entrer par les fenĂȘtres de derriĂšre. »

Affirmant que le continent « aura clairement besoin de l’immigration dans les prochaines dĂ©cennies », il a aussi prĂ©cisĂ©, Ă  cette occasion, que les pays de l’UE « doivent fournir aux Africains qui veulent venir, et qui peuvent venir, et dont la situation le leur permet, des moyens lĂ©gaux de se rendre en Europe. »

Notant que les personnes d’origine non europĂ©enne vivant en Europe sont beaucoup plus susceptibles d’ĂȘtre sans emploi ou Ă  bas salaires, la Commission souligne que des « mesures d’intĂ©gration » seraient nĂ©cessaires pour accueillir les arrivĂ©es qu’elles jugent essentielles aux Ă©conomies du continent.

*
*   *

Cette guerre civile continentale qui vient


Ainsi donc pour Bruxelles, est-il plus urgent que jamais d’accĂ©lĂ©rer l’arrivĂ©e massive de migrants de tout bord, de toutes origines, de toutes motivations, afin de « dĂ©blanchir » les peuples europĂ©ens de cette Europe « trop blanche » ; jamais racisme contre les peuples europĂ©ens n’aura Ă©tĂ© avouĂ© et promu si dĂ©libĂ©rĂ©ment, sans risque de poursuite judiciaire,

Ainsi donc pour Bruxelles, l’immigration de masse est-elle une question vitale de survie pour l’Europe, oubliant par-lĂ  mĂȘme que les pays dĂ©veloppĂ©s qui refusent l’immigration, sont ceux qui ont la robotisation la plus avancĂ©e de leur Ă©conomie,

Ainsi donc pour Bruxelles, qui laisse clairement tomber le masque, les prioritĂ©s des peuples europĂ©ens qui veulent survivre et vivre, ne peuvent en aucune maniĂšre ĂȘtre prises en considĂ©ration, car elles ne s’inscrivent pas dans la marche du monde imposĂ©e par la pensĂ©e unique et Ă©clairĂ©e de l’élite mondiale financiarisĂ©e et collaborant Ă  l’invasion gĂ©nĂ©ralisĂ©e de l’Europe par des forces hostiles,

Ainsi donc pour Bruxelles, il est vital de jouer sur les « peurs » des EuropĂ©ens, de les rabaisser en laissant entendre que le continent ne pourrait rĂ©sister, parce que l’Homme europĂ©en serait devenu historiquement et structurellement faible !

Ainsi donc ceux qui dĂ©cident pour nous, en catimini et en urgence, contre la volontĂ© des peuples d’Europe, ne veulent plus de limite et accĂ©lĂšrent Ă  n’importe quel prix le processus de dĂ©sintĂ©gration du continent europĂ©en, qu’ils mĂšnent vers la guerre civile ! Ils jouent dĂ©libĂ©rĂ©ment le consommateur mondialisĂ© contre le citoyen enracinĂ©, la mondialisation/immigration contre la nation, les valeurs.

EffrayĂ©s par la rĂ©action des peuples et les rĂ©sultats Ă©lectoraux en Europe centrale (en Hongrie, en Pologne, en TchĂ©quie, en Slovaquie et plus rĂ©cemment en Allemagne et en Autriche), « ils » accĂ©lĂšrent et mettent la vitesse double et ce sont les mĂȘmes qui plus tard, stigmatiseront la guerre civile, aprĂšs avoir attisĂ© les cendres et tout fait pour qu’elle se rĂ©pande sur le continent europĂ©en et dĂ©clameront alors : « Nous n’avons pas voulu ça ! Les responsables sont Ă  trouver du cĂŽtĂ© des peuples, qui n’ont pas voulu s’adapter au « nouveau monde ! »

*
*   *

Ainsi donc, peu Ă  peu semble se mettre en place, Ă  marche forcĂ©e, un plan europĂ©en centralisĂ©, promu par l’oligarchie financiĂšre et ses affidĂ©s, MMM (Merkel-Macron-May), visant Ă  dĂ©truire les « ethnies europĂ©ennes » supports des valeurs et de la culture europĂ©enne bimillĂ©naire et Ă  les fondre dans un magma anonyme, sans identitĂ© aucune, ce qui, en dĂ©structurant les peuples et les personnes, rĂ©duira d’autant leurs capacitĂ©s de crĂ©ativitĂ©, de spiritualitĂ©, de rĂ©sistance et de combat. De maniĂšre accĂ©lĂ©rĂ©e se dessine dĂ©sormais un plan de destruction/restructuration des nations par des moyens assez prĂ©visibles.

Il importe donc de dĂ©truire aussi les « points d’appui » des peuples, l’Histoire, la morale, la religion, la recherche d’une individualitĂ© maĂźtrisĂ©e, d’une spiritualitĂ© traditionnelle ou renouvelĂ©e.

Nous laisserons le dernier mot Ă  Victor Orban, probablement le seul homme d’État europĂ©en d’une stature Gaullienne, Ă  propos des « rĂ©fugiĂ©s » : « Ce ne sont pas des rĂ©fugiĂ©s, mais une force d’invasion musulmane » . « 2018 sera l’annĂ©e de rĂ©affirmation de la volontĂ© du peuple face Ă  l’immigration. »

L’immigration est devenue « un problĂšme pour la dĂ©mocratie » car les gouvernants de nombreux pays « ne font pas ce que les gens attendraient d’eux concernant l’immigration. Le lien entre terrorisme et immigration est Ă©vident. »

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99