13 janvier 2018

80 km/h contre la France des périphéries

Par Olivier Pichon

Emmanuel Macron et Édouard Philippe ont-ils seulement songé que la réduction de la vitesse sur les départementales frappe principalement cette France des périphéries dont ils ignorent superbement l’existence ? Cette France des périphéries majoritaire, mais divisée électoralement en deux populismes, ce qui a assuré le succès de l’oligarque Macron.

80 kmh

Qu’importe en effet à un parisien ou un habitant des grandes villes cette réduction de la vitesse alors même que, dans les bourgs, les petites villes, dont les centres se désertifient, la population pour le travail, et toute la vie sociale, doit emprunter ces mêmes routes. Il s’agit en l’occurrence d’un nième traquenard fiscal transformant les gendarmes en collecteurs d’impôts à titre supplétif pendant que racailles et migrants illégaux mineurs ou non vaquent à leurs « occupations » au double sens du mot.

Un rapport d’étude sur la vitesse à 80 km/h sur les départementales a été fait à titre expérimental. Même le président du Sénat s’est ému qu’il ne soit pas publié… A-t-il compris qu’il vit en république bananière ? Et la contradiction est flagrante avec le discours officiel sur les déserts médicaux ; on fait semblant de s’en plaindre, mais on oublie que pour trouver un médecin ou une pharmacie il faut emprunter… une route départementale !

Non décidément, dans cette affaire où la morale a bon dos – épargner des vies, nous martèle-t-on – l’hypocrisie est reine : l’alcool, le cannabis, l’absence de civisme, ceux qui roulent sans permis et sans assurance sont exactement comme Macron : ils n’ont que faire des routes départementales et la vitesse à 80 km/heure ne changera rien à leurs comportements déviants.

Quant au contrôle technique obligatoire, il se durcit et son coût augmente en 2018 ; devinez qui sera pénalisé ? Ceux qui entretiennent une voiture, certes ancienne, pour se déplacer sur… les routes départementales !

La vérité tient en ceci, qu’impuissant sur les grandes décisions (le déficit et la dette publique, le commerce extérieur et le chômage sans compter le problème migratoire), le Pouvoir accentue la répression sur ceux qui l’acceptent et courbent l’échine (quousque tandem ?)… Sur les Français solvables, avec une législation sur les prétendues fausses nouvelles, par des atteintes à nos libertés et à notre patrimoine tant il est vrai qu’aujourd’hui les rigueurs de la loi ne s’appliquent qu’à ceux qui la respectent.

Il y a bien la solution Jean Yanne : n’aller jamais sur les routes départementales !

Ce sketch des années soixante illustre bien cet esprit frondeur des Français aujourd’hui perdu sous la pression du politiquement correct et, il faut bien le dire, l’arsenal des lois « comportementales » qui prétendent vous juger sur vos intentions et vos « péchés » contre la loi « républicaine ».

À cette aune, l’auteur de ces lignes reconnaît qu’il est un grand, très grand pécheur. Et si d’aventure il était pris à 84 km/h au lieu de 80, il aura droit à la leçon de morale à deux sous de l’administration d’État qui lui dira qu’il est un méchant conducteur…

Or, en 40 ans de permis, pas un seul accident : le secteur privé lui dit au contraire qu’il est un bon conducteur (50 % de bonus) cherchez l’erreur !

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99