16 mars 2020

Ce que nous rappelle une saine campagne électorale

Par Jean-Pierre Brun

Pour peu qu’on y prête une attention décomplexée, les campagnes électorales ouvrent toujours quelque perspective inattendue à un esprit curieux.

Bien sûr l’atmosphère sera toujours polluée par ces vieux chevaux de retour qui se pressent autour de râteliers généreusement garnis par les palefreniers de l’audiovisuel. De même de laborieux entomologistes se pencheront indéfiniment sur la fourmilière politicienne pour étudier les déplacements frénétiques d’êtres minuscules qui ambitionnent un destin majuscule. Ce sont là les effets secondaires bien connus d’une saine démocratie.

vote electoral

Pour les esthètes de l’art politique dont je suis, c’est l’occasion rêvée de plonger dans ce microcosme qui, tel un kaléidoscope, offre des combinaisons infinies aux teintes dignes de la palette des plus grands coloristes.

À l’occasion de la mi-temps d’une rencontre de rugby (le Roussillon reste encore une terre d’Ovalie, mais pour combien de temps ?), j’apprends de la bouche même de mes voisins de tribune, à la fibre démocratique particulièrement véhémente, que le monde politique se décompose équitablement en deux camps : les « Tous pourris » et les « Tous des cons ».

Et c’est cette seconde catégorie qui mérite incontestablement réflexion car être con ce n’est pas aussi simple qu’on peut le penser et surtout ce n’est pas donné à tout le monde. Georges Brassens, un émérite pédicure de l’âme humaine, en était convaincu, lui qui avait déjà évoqué l’amplitude du nuancier que justifie ce qualificatif trop souvent galvaudé.

Imaginez un maire se prévalant de cinq mandats, découvrant que le fils de sa femme de ménage brigue sa succession. Il ne peut s’agir à ses yeux que d’un « p’tit con ».

Poussons le bouchon plus loin en nous glissant dans le vaste bureau du premier magistrat d’une métropole régionale. Il vient d’apprendre la candidature d’un énarque de 29 ans qui, comble de la cuistrerie, prétend tondre son crâne chenu. Un « jeune con », c’est évident.

Comment cet édile confirmé pourrait qualifier son premier adjoint qui décide soudain la constitution d’une équipe dissidente ? Une sombre réflexion va dès lors meubler ses nuits d’insomnie. S’agit-il d’un « sale con » ou d’un « méchant con » ? Les subtilités de la langue française sont indéniables, certes, mais en la circonstance…

Et l’autre « bobo du Marais » parachuté « blind » sur une circonscription des Bouches-du-Rhône, comment pourrait-il être autre chose qu’un « pôvre con » ?

Que dire de cet entêté qui, après trois campagnes désastreuses soldées par des résultats catastrophiques, tente de nouveau sa chance auprès d’un électorat presque ému par tant d’opiniâtreté ? S’agit-il d’un « brave con » ? (« À enfiler pareilles vestes et prendre de telles déculottées, il y a laissé sa chemise ») ou tout simplement d’un « vieux con » (« À son âge, il aurait dû comprendre »).

Sur les rivages du Grand Sud, à l’ombre bienfaisante de l’une de ces innombrables Madones qui protègent les villages, que pourrait être autre chose qu’un « con béni », l’édile au comportement douteux, qui a survécu quatre mandatures successives aux traquenards du cloaque politicien ?

Ce qui tendrait à prouver qu’il ne suffit pas d’être con pour faire valoir pleinement ses droits à une reconnaissance populaire unanime.

Pour ma part, ayant pu bénéficier, au gré d’une existence chahutée, de l’ensemble du nuancier évoqué plus haut, j’ai décidé de fonder une communauté dont personne aujourd’hui ne pourra me disputer la paternité : celle des « Cons X. O. » Extra old comme un cognac de grande maison, et pour tout dire, au-delà même du « con hors d’âge »

On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même et j’avoue, tel Cyrano, me délecter de ce rare privilège car, comme le reformulerait aujourd’hui Georges Courteline, « passer pour un con aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet ».

Si le cœur vous en dit, vous trouverez toujours une place dans cet aréopage encore méconnu parce qu’injustement discriminé. J’attends votre appel con-fraternel.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99