6 novembre 2016

Le machinisme intensif va faire augmenter le chômage d’année en année

Par Alexis Arette

La surpopulation « économiquement inutile » découle nécessairement de la capacité industrielle des sociétés. Voyons seulement ce que va produire l’extension des « imprimantes en 3D » : sauf les concepteurs, la machine y remplacera tous les ouvriers. Je dis bien TOUS.

La machine supprime le travail de l’homme. Même dans le domaine de la production agricole un palier vient d’être franchi en Chine avec la « fabrication » des légumes : des feuilles de pâtes alimentaires à qui l’on a donné chimiquement le goût des crucifères, sont chiffonnées et roulées en boule de telle façon qu’à la coupe, l’objet présente la structure du chou pommé.

Les « formes » légumières adoptées permettent la transition entre le légume « naturel » que les gens ont en tête, et les futures tablettes nutritives. Quand Monsieur Pisani traçait la voie aux agriculteurs « imbécilisés » par le syndicalisme « officiel » en décrétant « La ville et l’usine imposent la loi », il était le prophète de ce futur alimentaire où toutes les productions, y compris la viande, seront obtenues à partir du traitement direct de la biomasse. L’agroville doit être le terme ultime de cette évolution. Et ensuite ?

Laissons aux futurologues le soin d’imaginer la future colonisation des habitats de la galaxie. Nous avons à nous occuper des prochaines années qui posent le problème suivant : sur la planète, les superficies en cultures vivrières se restreignent et la population augmente : en France, on a dit que les dix dernières années, le bétonnage a fait disparaître en terres agricoles l’étendue d’un département !

Et le machinisme intensif va faire augmenter le chômage d’année en année. On peut certes imaginer une société festive où les loisirs prendront une place prépondérante au fur et à mesure que les besoins en main-d’œuvre diminueront. Mais le financement d’une telle société exigerait la réforme totale du régime financier actuel !

Or, la critique parlait il y a un siècle des « 300 familles » possédantes qui régissaient en grande partie la planète. On parle aujourd’hui de 80 : ces familles représentées par la Synarchie, font vivre un personnel hautement appointé qui contrôle tous les grands secteurs économiques, et qui donc, pour aboutir à un progrès sélectif, concentrera davantage les entreprises, et réduira d’autant les emplois.

Et le pire c’est que le pouvoir synarchique se sentait tellement sûr de lui-même, qu’au cours de sa venue en Allemagne présider une réunion de cette obédience, David Rockefeller pouvait se permettre d’affirmer qu’après avoir dû cacher longtemps son projet, l’opinion (fabriquée par la presse aux ordres) était désormais prête à accepter le gouvernement de l’élite financière, au lieu de recourir à un suffrage désuet !

À ces propos monstrueux, qui évoquaient la fin de la démocratie, Il n’y eut pas en Europe, la moindre réaction de dignité !

Pire que cela, pour ne pas subir quelque disgrâce du fonds monétaire international, François Mitterrand envoya Giscard d’Estaing remettre au monstre yankee, une promotion dans l’ordre de la Légion d’honneur !

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Partager :