Depuis la fin de la IIe Guerre mondiale, les dĂ©mocraties ont tout fait pour dĂ©politiser la vie des peuples afin de transformer des citoyens en consommateurs persuadĂ©s que le bonheur rĂ©sidait dans le dĂ©veloppement Ă©conomique et la sociĂ©tĂ© de consommation. La loi du marchĂ© remplaçait l’engagement citoyen.

Les deux autres volets constitutifs des « valeurs » dĂ©mocratiques postmodernes reposaient dans la sacralisation des droits de l’Homme – dĂšs 1948 date de la DUDH – et son corollaire : l’enfermement primaire de la pensĂ©e politique dans un choix unique entre les dĂ©mocraties libĂ©rales et le spectre du nazisme toujours prĂ©sent.

En bref, on adhĂšre sans rĂ©serve aux « valeurs » Ă©conomiques des dĂ©mocraties ou on est du cĂŽtĂ© d’un nĂ©o-nazisme rampant, sans aucune alternative.

Les choses avaient au moins le mĂ©rite d’ĂȘtre claires, Ă  dĂ©faut d’ĂȘtre rationnelles, et ne laissaient aucun espace Ă  toute autre considĂ©ration politique ni libertĂ© d’expression dĂ©viationniste (et donc crypto nazie) aux yeux des Ă©lites modernes.

Progressivement depuis quelques annĂ©es on assiste Ă  la mise en place d’une nouvelle arme dĂ©mocratique, les prĂ©cĂ©dentes commençant Ă  faire long feu pour des raisons d’ailleurs diverses. Arme terrifiante car porteuse d’une inquisition des cƓurs et des reins des individus et des sociĂ©tĂ©s.

Ce ne sont plus les opinions politiques qui sont ciblĂ©es – la judiciarisation moralisatrice de la pensĂ©e politique incorrecte y a dĂ©jĂ  largement pourvu – ; mais les comportements individuels et sociaux. La vie des sociĂ©tĂ©s est aujourd’hui diligentĂ©e par des donneurs de leçons de morale permanentes, donneurs de leçons accrĂ©ditĂ©s par les Ă©lites dirigeantes aux fins de culpabiliser moralement les peuples en passant par les individus.

La vitesse en voiture, fumer des cigarettes, rouler au gasoil, chasser, donner une fessĂ©e Ă  un enfant, ĂȘtre hĂ©tĂ©rosexuel, ne pas pleurer sur les migrants, rĂ©clamer la lĂ©gitime dĂ©fense, refuser la mixitĂ©, dĂ©fendre les valeurs europĂ©ennes, privilĂ©gier les valeurs d’un peuple sur celles des immigrants, se rĂ©fĂ©rer Ă  la dĂ©cence et aux bonnes mƓurs, et tant d’autres opinions devenues asociales, sont autant de clous du pilori dĂ©mocratique qui dĂ©terminent la frontiĂšre entre les « bons » et les « mauvais » individus, entre le Bien et le Mal sociĂ©taux, entre ce qui est moral et immoral, entre ce qui est lĂ©gal et illĂ©gal.

Cette espĂšce de retour aux interdits religieux d’une autre veine –interdits sociĂ©taux – s’ajoute Ă  celui de l’Index laĂŻc moderne qui a remplacĂ© celui de l’Église, pourtant abandonnĂ© en 1966 : livres et opinions interdits au nom de la morale catholique, aujourd’hui morale dĂ©mocratique. Le calage des dĂ©mocraties laĂŻques postmodernes sur les mĂ©thodes de l’Église est un phĂ©nomĂšne ancien mais qui prend aujourd’hui une tournure inquisitoriale et castratrice trĂšs inquiĂ©tante. L’« ordre moral » a quelque chose de terrifiant et de bien plus dictatorial qu’aucune dictature politique.

Sonder cƓurs et reins en permanence pour mettre au ban de la sociĂ©tĂ© tous ses dĂ©viants moraux est pourtant l’environnement dans lequel nous plongent les dĂ©mocraties postmodernes sur un ton doucereux. La politique Ă©tant toujours Ă  vouer aux gĂ©monies, on la contourne avec des « arguments » moraux de remplacement.

C’est mĂȘme devenu une arme entre politiques ! Si on se souvient des odieuses attaques intimes contre la reine Marie-Antoinette et ses amants ou son comportement incestueux, contre Claude Pompidou et sa participation Ă  des parties carrĂ©es, ces faits restaient exceptionnels et dans des contextes spĂ©cifiques et violents.

Le voyeurisme populaire le plus dĂ©gradant a toujours existĂ© lorsque les sociĂ©tĂ©s sont en dĂ©liquescence. Comme les sociĂ©tĂ©s europĂ©ennes d’aujourd’hui en proie Ă  des troubles de plus en plus graves. Les « affaires » intimes concernant des personnalitĂ©s politiques se multiplient au nom d’une prĂ©tendue « transparence » exigĂ©e par les peuples et surtout les mĂ©dias omnipotents. Transparence exhibĂ©e au nom d’une morale dont on a du mal Ă  comprendre les contours et les objectifs rĂ©els.

Ce cĂŽtĂ© « la dĂ©mocratie lave plus blanc que blanc » ne manque pas d’interroger sur les visĂ©es de nos Ă©lites. La morale a remplacĂ© la politique. Morale de la dĂ©cadence, du laxisme, contre-culturelle et mortifĂšre pour nos sociĂ©tĂ©s.

Les bĂ»chers de l’Inquisition moderne sont dĂ©jĂ  montĂ©s et le feu est allumĂ©.

La démocratie interdite de Richard Dessens, éditions Dualpha, collection « Patrimoine des Héritages », dirigée par Philippe Randa, 160 pages, 21 euros. Pour commander ce livre, cliquez ici.

"La démocratie interdite" de Richard Dessens, éditions Dualpha.

« La dĂ©mocratie interdite » de Richard Dessens, Ă©ditions Dualpha.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Il a entres autres livres publiĂ© aux Ă©ditions Dualpha "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse", "La dĂ©mocratie interdite" et "Histoire et formation de la pensĂ©e politique".

Articles similaires