28 février 2020

Brèves d’Europe

Par Patrick Parment

Union européenne. Emmanuel Macron n’a pas tort sur tous les fronts. À l’Élysée on est agacé par le manque de pensée géostratégique d’Angela Merkel, ce qui rend impossible toute « nouvelle dynamique pour l’aventure européenne », notamment en transférant au niveau de l’UE des « éléments de souveraineté » comme le souhaiterait Macron.

À l’heure où les États-Unis se désengagent de la marche du monde et où la Chine affirme sa brutale puissance, cette Allemagne vieillissante et conservatrice affirme que l’Union européenne telle qu’elle est, c’est-à-dire une grande Suisse, lui convient.

Le marathon budgétaire qui se profile à Bruxelles va voir s’affronter ceux qui veulent limiter son budget à 1 % du PIB additionné des 27 – Autriche, Pays-Bas, Suède, Danemark – et ceux qui veulent au contraire qu’il soit augmenté. À savoir ceux qui bénéficient le plus des subventions, Grèce, Portugal, Espagne et 17 pays d’Europe centrale et orientale. La France appartient à la deuxième catégorie.

Allemagne. Face aux attaques de Donald Trump contre, notamment, l’industrie automobile allemande et sa faible participation à l’Otan, Angela Merkel a profité lors d’un déplacement en Bavière pour mettre les choses au point.

« Les temps où nous pouvions nous reposer sur d’autres sont en partie révolus. Nous, les Européens, nous devons prendre en main notre propre destin », a-t-elle déclaré. Claire Demesmay, politologue au Conseil allemand des relations extérieures décrit un pays paralysé par le retrait américain.

Autre point de friction, le gazoduc Nord Stream 2. « L’Allemagne paye des milliards de dollars à la Russie alors que nous devons payer pour la protéger contre la Russie », a dénoncé le président américain. Lors du choix entre l’avion F16 américain ou l’Eurofighter, nous verrons de quel côté penche l’Allemagne.

L’économie allemande a stagné sur les trois derniers mois de 2019, un chiffre ravivant les craintes de récession. Sur l’ensemble de l’année, son PIB n’a progressé que de 0,6 %.

Friedrich Merz, avocat d’affaires, s’est déclaré candidat à la présidence de la CDU et se voit bien remplacer Angela Merkel à la chancellerie au plus tôt, avant 2021 si possible. Rappelons qu’il avait été battu par Annegret Kramp-Karenbauer, démissionnaire.

Neuf personnes ont été tuées mercredi soir dans deux fusillades à Hanau, près de Francfort, dans le centre de l’Allemagne. Ces fusillades ont visé des bars à chicha (donc d’immigrés) et fait plusieurs blessés graves. Une personne soupçonnée d’être l’auteur de la tuerie a été retrouvée morte à côté du cadavre de sa mère. Crime raciste clament les médias. Mais c’est bien Angela Merkel la grande (ir)responsable

Angleterre. Selon une étude de la Fondation Joseph-Rowntree (JRF), la pauvreté touche 14 millions de personnes au Royaume-Uni. Au total, 56% des individus touchés par la pauvreté vivent dans une famille de travailleurs, contre 39% il y a 20 ans. Géographiquement, les taux de pauvreté les plus élevés se trouvent à Londres, dans le nord et le centre de l’Angleterre, ainsi qu’au Pays de Galles.

Andrew Sabisky, conseiller de Boris Johnson, est un personnage intéressant. Il déclarait en 2014 sur des blogs que les Noirs américains avaient plus de chances de développer des « handicaps intellectuels ». Ce que confirment des études réalisées sur le QI aux États-Unis. « Il y a d’excellentes raisons de penser que les différences raciales très réelles en matière d’intelligence sont d’origine génétique ».

Grèce. Depuis son élection, en juillet 2019, le Premier ministre conservateur, Kyriakos Mitsotakis, a durci la politique migratoire grecque : 400 patrouilleurs supplémentaires ont été déployés au large des îles voisines avec la Turquie.

Une nouvelle loi sur le droit d’asile a été votée, permettant notamment d’augmenter les durées de détention permises pour les demandeurs d’asile et d’accélérer les renvois vers la Turquie des candidats déboutés, tandis que l’accès à la santé des réfugiés a été rendu plus difficile…

Afin de mettre fin aux exactions des ONG sur son territoire, le gouvernement grec vient de promulguer une loi soumettant les centaines d’associations internationales présentes dans l’Égée, où elles terrorisent les populations locales, à un strict contrôle de l’État.

Pour obtenir l’autorisation d’exercer leur mission, les ONG devront désormais fournir la liste de leur personnel et l’état civil de celui-ci, et révéler aussi leurs sources de financement.

Italie. Matteo Salvini a dénoncé un recours fréquent de femmes étrangères aux urgences médicales pour des avortements, en raison d’un « style de vie non civilisé ». « Nous avons eu des signalements selon lesquels certaines femmes, qui ne sont ni de Rome ni de Milan, se sont présentées pour la sixième fois aux urgences de Milan pour une interruption de grossesse », a déclaré Matteo Salvini en se basant sur le témoignage d’infirmières aux urgences.

Irlande. Le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, a annoncé sa démission, mais assurera l’intérim jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement, après des élections législatives sans véritable vainqueur.

Russie. Vladimir Poutine, faisant fi des dérives occidentales, a bien l’intention d’inscrire dans la Constitution le mariage hétérosexuel entre un homme et une femme. « Un mariage, c’est une union entre un homme et une femme. En ce qui concerne “parent numéro un”, “parent numéro deux”, tant que je serai président, nous ne l’aurons pas. Nous aurons “papa” et “maman” ».

Le bon sens même.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99