Ce matin 5 fĂ©vrier, les bonimenteurs de la tĂ©lĂ© nous ont annoncĂ© avec un soupçon d’étonnement dans le ton qu’un sondage venait de dĂ©montrer que 50 % des Français se dĂ©claraient hostiles au « droit au BlasphĂšme » qui avait semblĂ© une victoire remportĂ©e par tous les insulteurs du christianisme. Il faut dire qu’à ce sujet, les autoritĂ©s macronistes n’avaient pas consultĂ© les citoyens pour que les insultes soient sacralisĂ©es par la loi. Mais la cochonnerie des sectes laĂŻcistes avait paru s’imposer comme une Ă©vidence des progrĂšs rĂ©publicains.

La rĂ©cente affaire sur ce dĂ©bat aurait dĂ©butĂ© parce qu’une jeune fille homosexuelle, dit-on – ce qui n’a rien Ă  voir avec l’affaire – nommĂ©e Mila, importunĂ©e par de jeunes maghrĂ©bins en mal de braguette, leur aurait jetĂ© Ă  la face : « Le Coran est une religion de haine. L’Islam c’est de la merde. Votre Dieu, je lui mets un doigt dans le trou du cul ! »

Évidemment, la menace aussi particuliĂšre que culiĂšre Ă©tait grave, et l’on comprend que les jeunes coraniques aient vu rouge et se soient indignĂ©s du doigt profanateur. Ils auraient donc, soutenus par quelques aĂźnĂ©s mahomĂ©tans, profĂ©rĂ© des menaces de mort, ce qui a obligĂ© la police Ă  intervenir pour protĂ©ger celle qui avait usĂ© de son droit au blasphĂšme, encore que ce « droit » n’est pas encore lĂ©galisĂ©. Ce qui fait qu’il n’est pas un droit !

En fait, il y a confusion dans la dĂ©finition du blasphĂšme. Le blasphĂšme est tenu pour une insulte, alors qu’il est trĂšs souvent une calomnie, c’est-Ă -dire un mensonge dans l’invective.

Par exemple, lorsqu’un « chansonnier » de France Inter, qualifiĂ© d’« humoriste » par les mĂ©dias du rĂ©gime, chante « JĂ©sus est pĂ©dé  pourquoi l’avoir pas enculé ? », il ne blasphĂšme pas seulement, mais il calomnie, car il n’est pas une seule ligne dans les Ă©critures qui puisse faire supposer cette abomination, et en principe, le mensonge Ă  ce degrĂ© de saloperie tombe sous le coup de la loi. Bien sĂ»r, devant la levĂ©e de boucliers, l’humoriste qui est un enfant du rĂ©gime, s’est excusĂ©, mais si sa petite saletĂ© avait eu quelque succĂšs, il en aurait fait de l’argent !

L’écoliĂšre Mila n’a fait qu’exprimer son sentiment sur la religion coranique qui tue par haine celui qui n’est pas conforme aux ordres du Coran. AprĂšs avoir vu les prisonniers de Daech Ă©gorgĂ©s et dĂ©capitĂ©s, ou bien mis en broche pour prolonger leur supplice, les femmes vitriolĂ©es et lapidĂ©es aprĂšs avoir Ă©tĂ© tenues pour des crĂ©atures de second ordre, que des hommes puissent affirmer que l’Islam est une religion de paix et d’amour, mesure la parole du Christ sur « un monde qui gĂźt au pouvoir du Mauvais ! »

Et qu’un Pape puisse contredire ainsi la tradition de l’Église et rejoindre la racaille qui s’avance sous la dĂ©froque de l’humanisme de CaĂŻn, mĂ©riterait d’une nation chrĂ©tienne la rupture des relations diplomatiques avec Rome, car on ne peut Ă©chapper au sentiment que les temps soient venus, ou, selon notre Dame de la Salette, « Rome perdra la foi et deviendra le siĂšge de l’AntĂ©christ ! ».

Il est des religions non chrĂ©tiennes qui ont plus ou moins gardĂ© la certitude d’un Dieu crĂ©ateur et sauveur. Il en est, comme le Bouddhisme, le MazdĂ©isme ou mĂȘme le ShintoĂŻsme qui ne projettent pas le crime, comme le fait l’islamisme, car le Coran ignore totalement le mot Amour.

En gĂ©nĂ©ral, les cultes sanglants de l’antiquitĂ©, dĂ©diĂ©s aux Baals, Tanit, Molok, Dagon, au Moyen-Orient, et aux Huitzipotchli amĂ©rindiens, ont disparu avec le christianisme.

Huitzilopochtli, Mexico...

Huitzilopochtli, Mexico…

Jusqu’à nos jours, la secte hindouiste des « Thugs » Ă©trangleurs Ă  peut-ĂȘtre subsistĂ©. Mais aujourd’hui, c’est l’Islam qui a conservĂ© la pratique du meurtre religieux, comme l’hĂ©ritage du « Vieux de la montagne » dont les fidĂšles meurtriers du XIe au XIIIe siĂšcle furent nommĂ©s « Haschischins », d’oĂč nous avons tirĂ© le mot « assassins » !

Et quelle que soit la croyance ou l’incroyance de l’écoliĂšre Mila, c’est justement qu’elle a traitĂ© cette religion, ennemie de toute autre. Et tout rĂ©gime qui n’en rĂ©prime pas la violence et le racisme gĂ©nĂ©tique envers les femmes, en devient complice. Ainsi, l’indulgence dont font preuve certains tribunaux face aux djihadistes encourage le crime qui peut ĂȘtre tolĂ©rĂ©, hĂ©las !, par la dĂ©mocratie laĂŻciste, car dans cette institution, la loi du nombre prĂ©vaut sur la morale, et 10 assassins peuvent faire la loi sur 9 pacifistes !

Je crois avoir dĂ©jĂ  dit qu’un haut personnage du Consistoire juif de France, m’avait exposĂ© ce Ă  quoi j’adhĂšre pleinement, soit : « La dĂ©mocratie ne peut s’exercer que dans le cadre du dĂ©calogue ! »

C’est-Ă -dire que si la dĂ©mocratie n’est pas morale, elle n’est pas !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99