2 juillet 2020

Les citrouilles ou la terrible maladie

Par Joël Zaremba

Il a suffi d’un instant, d’une fraction de seconde d’inattention due aux conditions propices à la rêverie que nous offrait en ce beau matin ce magnifique soleil campagnard pour qu’une abominable maladie contagieuse s’empare de ma pauvre personne prise dans la toile de la mauvaise pensée la plus épouvantable en l’absence d’une vigilance sans faille.

Alors que je m’apprêtais, comme chaque jour de l’été, à m’acquitter de cette noble tâche qui consiste à arroser le potager, mon regard fut surpris par deux pieds de citrouilles plantés en même temps à quelque distance négligeable l’un de l’autre et pourtant devenus fort différents.

L’un était déjà vigoureux et prêt à offrir ses premières fleurs quand l’autre semblait frêle et encore fragile. C’est là que je fus terrassé par la bête abominable !

L’idée, bien que chassée immédiatement de mon esprit, me vint de donner plus d’eau à la plante faible aux dépens de la plante vivace au risque de voir la seconde s’étioler sans garantir le succès de la première.

Je fus pris d’épouvante, allais-je me diluer dans le bouillon caustique de la pensée unique, de la bien-pensance ? Ne venais-je point de traduire une idée socialisante ?

Devant l’horreur de la situation et la peur panique des souffrances intolérables qui ne tarderaient pas à m’envahir, je fus tenté d’arracher le pied moribond avant de me raviser de nouveau. C’était là pire encore, cela s’apparentait à quelque chose dans le genre sioniste ou spartiate selon l’origine postmoderne ou antique des plants.

Ayant repris mes esprits, épongé mon front, je finis par prendre la décision de faire ce pour quoi j’étais venu, partager équitablement l’eau entre ces deux cucurbitacées.

La leçon à tirer de cette terrible histoire qui dieu merci ! grâce à une hygiène de vie parfaite et de tous les instants finit somme toute bien pour votre serviteur, est qu’il faut en tout moment entretenir son corps et son esprit afin de les garder suffisamment alertes et aiguisés, de sorte à échapper à l’endoctrinement sournois et indicible que nous perfusent en continu les ennemis de nos consciences et de notre libre arbitre.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99