19 juillet 2016

Le Q.I. moyen des Français baisse depuis 60 ans

Par admin

1-Allemagne : 107 2-Pays-Bas : 107 3-Pologne : 106
4-Suède : 104
5-Italie : 102 6-Autriche : 101 7-Suisse : 101
8-Iles britanniques : 100
9-Norvège : 100 10-Belgique : 99
11-Danemark : 99 12-Finlande : 99
13-République Tchèque : 98
14-Hongrie : 98 15-Espagne : 98
16-Irlande : 97 17-Russie : 96
18-Grèce : 95 19-France : 94
20-Bulgarie : 94
21-Roumanie : 94 22-Turquie : 90 Serbie : 89

Rien sur le niveau du Portugal ! Si c’est comme l’Espagne, c’est du 98 ! Je ne ferai aucun commentaire sur l’équipe de France, mais il est vrai qu’elle a battu l’Allemagne avec 107 de QI. La France figure au 19e rang européen selon les uns, le 20e pour d’autres ! Que faut-il en penser ? Que faut-il en déduire ?

Une équipe internationale a publié en mai dans la revue Intelligence un article qui affirme que les hommes étaient plus intelligents à l’époque victorienne qu’ils ne le sont aujourd’hui. La fin du XIXe siècle en Occident a correspondu avec une explosion de l’innovation et du génie humain, écrivent les chercheurs, qualités qui semblent avoir depuis décliné. Si l’on se base sur la qualité du personnel politique et le niveau de raisonnement de certains journalistes, personne ne peut s’en étonner.

Ils ont même mesuré cette perte, qu’ils estiment être de 1,23 point de QI par décennie, soit 14 points au total. Mazette ! Mon grand-père cheminot était plus calé que moi. Mes ancêtres paysans avaient un QI plus important que le mien ! Cela vous rend tout modeste. Il est vrai que je ne voudrais pas vivre à leur époque. Je vais donc profiter égoïstement de mon pauvre QI. Quand même, cela devrait permettre à certains prétentieux de se souvenir qu’ils ne sont que des héritiers dans la chaîne de leur famille, et que peut-être leurs enfants sont plus idiots. Il est vrai que lorsque je regarde et écoute des supporters de foot, je me dis qu’il faudrait peut-être se pencher véritablement sur la question. On frise le plus souvent des arguments dignes du bonobo et la réflexion d’un gallinacé… Je ne vous parle pas des cris d’orfraie en finale de certains commentateurs. Effarant…

En poursuivant ma recherche, je tombe innocemment sur une possibilité : l’immigration massive d’individus appartenant à des populations dont le QI moyen est moins élevé qu’en Europe est une explication plausible ! Lorsque l’on sait que depuis le quinquennat de Sarkozy, c’est au minimum 200 000 immigrés par an avec le regroupement familial, 50 000 ou 80 000 de plus comme clandestins, on peut se poser la question. Rien que pour les regroupements, c’est 1 800 000 immigrés en 9 ans. Mais rassurez-vous, il paraît qu’il n’y a pas plus d’immigrés qu’autrefois, avant-guerre ! Cependant, il est évident que l’immigration n’est pas la seule responsable, tout au moins aux dires de certains. Voici l’ensemble des causes :

1/ La baisse de qualité de la nourriture ;

2/ La baisse de qualité de l’éducation et du goût pour la lecture ;

3/ Les familles les plus nombreuses ne seraient pas les plus favorables au développement de l’intelligence ;

4/ L’immigration massive. Source Breizh.

Les quatre explications envisagées par Edward Dutton et Richard Lynn jouent sans doute, chacune à leur niveau, un rôle dans cette diminution inquiétante.

Je ne vais pas m’attarder sur la nourriture quoique le ramadan, par les excès de bouffe le soir, la privation d’eau et de nourriture en journée, et ce pendant 28 jours, n’a pas rendu un coup de pouce au QI général des pratiquants.

Pas plus sur les familles nombreuses qui ne sont plus, et depuis longtemps, le choix de la classe moyenne. Celle ci préfère être sûre de pouvoir éduquer correctement un seul enfant, voire un deuxième, compte tenu des charges de famille et surtout de la misère de l’éducation nationale qui l’incite à dépenser dans des écoles hors contrats ou confessionnelles pour être certaine que ses enfants aient une chance d’avoir la possibilité de savoir lire, écrire et compter avant d’arriver en sixième et d’avoir un minimum de culture générale qui dépasse le sabir des banlieues ou règne (sévit ?) la richesse de la France.

L’immigration n’est pas reprise par nos médias bien-pensants qui ne souhaitent pas faire des émissions sur les capacités intellectuelles des peuples et des territoires. Cela fait 40 ans que cela dure et nous sommes habitués à être des salauds de Blancs, des objets d’opprobre permanente, la lie de l’humanité, les auteurs de tous les crimes de l’humanité dont l’esclavage et la colonisation. (Inutile de polémiquer en disant que les Noirs avaient des esclaves, ainsi que les Arabes, les Chinois, et les Amérindiens). Alors, démontrer que notre QI n’est pas le pire, c’est démontrer que nous ne serions pas si mauvais que ça quelque part…

Affirmer que tous les progrès scientifiques, les avancées technologiques, sont l’œuvre de peuples au QI plus élevé, c’est dire tout simplement que nous n’avons pas de quoi en rougir. Impossible pour cette bien-pensance qui ne supporterait pas elle-même la comparaison, si l’on pouvait relever le coefficient de leurs dirigeants.

Heureusement, un fait qui n’a pas été pris en compte par les chercheurs est mis en avant. Nous serions comme les abeilles et, donc, sujet à des perturbations endocriniennes. Ouf, nous l’avons échappé belle…

Écoutons Barbara Demeneix : « L’un des principaux facteurs de cette baisse de QI est l’exposition dès la vie fœtale à une pollution chimique diffuse et notamment à des mélanges de perturbateurs endocriniens. Certains de ces perturbateurs endocriniens interfèrent avec le fonctionnement de la glande thyroïde. Ils agissent sur les voies endocriniennes qui sont essentielles pour le développement du cerveau. Or, les hormones thyroïdiennes sont connues pour moduler l’expression des gènes pilotant la formation de structures cérébrales complexes comme l’hippocampe ou le cortex cérébelleux. »

Moi je n’ai rien compris, mais il est vrai que j’ai un tout petit QI qui ne m’interdit pas de penser que c’est cette dernière excuse qui sera mise en avant… Vive les abeilles sur les terrains de foot !

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.