23 juin 2020

Le « Plan de relance pour l’Europe » 

Par Paul Tormenen

À quelques jours d’intervalle, la Commission européenne a rendu public deux documents importants pour l’avenir de la population européenne. Le premier concerne un rapport sur les conséquences de l’évolution démographique de l’Europe. Le second précise les sommes que la Commission européenne va allouer à la politique migratoire qu’elle entend impulser dans les années à venir.

Le rapport sur les conséquences de l’évolution démographique de l’Europe

La population européenne vieillit, le taux de natalité des Européennes ne permet pas d’assurer la stabilité de la population, les conséquences de ces phénomènes seront nombreuses pour les Européens et il y a lieu de s’y préparer.(1)

Ce diagnostic qui repose sur de nombreux éléments chiffrés doit permettre à la Commission européenne de « déterminer comment les personnes, les communautés et les régions les plus touchées peuvent être soutenues », peut-on lire dans la présentation du rapport.

Le « Plan de relance pour l’Europe » 

La publication du rapport sur l’évolution démographique de l’Europe n’est intervenue que quelques jours après l’annonce par la Commission européenne des principales mesures du « Plan de relance pour l’Europe. »(2)

Qu’apprend-on dans le document qui le présente ? Les institutions européennes s’apprêtent à injecter via les États nationaux de très importantes quantités de liquidités pour soutenir l’activité économique, mise à mal par le confinement instauré dans les pays européens. On y apprend également que la Commission européenne va allouer la bagatelle de 22 milliards d’euros au fond « asile et migration » et au fond pour la gestion intégrée des frontières.

Ces énormes quantités d’argent seront autant de moyens au service de l’objectif du prochain « Pacte sur les migrations et l’asile » que la Commission européenne espère voir adopté prochainement. L’objectif phare de ce programme est d’accroître le nombre de migrants extra-européens arrivant en Europe, notamment par des voies légales. La commissaire aux affaires intérieures Ylva Johansson qui en a présenté les grandes lignes semble animée par une foi inébranlable : les migrants « font partie de nous et nous faisons partie d’eux. »(3)

Ylva Johansson.

Ylva Johansson.

Que ceux qui pensent que l’Europe a une culture à préserver passent leur chemin ! Idem pour ceux qui pensent que l’aide aux Européens passe avant l’accueil de populations allogènes, a fortiori en pleine crise économique.

Non seulement la Commission européenne ne tire aucune conséquence des tensions communautaires, de l’explosion du chômage, des faillites d’entreprise et de la paupérisation des peuples européens en raison de l’arrêt forcé de l’économie. Elle entend également amplifier la submersion migratoire qui est en cours depuis plusieurs années. Si dans aucun des documents, le terme d’immigration de peuplement n’est utilisé, c’est bien de cela qu’il s’agit.

Notes

(1) « The impact of demographic change ». Commission européenne. 17 juin 2020

(2) « Instruments clés à l’appui du plan de relance pour l’Europe ». 27 mai 2020

(3) « New EU migration pact set for start of summer ». EU observer. 19 mai 2020

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99