13 décembre 2020

Les demandeurs d’asile algériens posent de graves problèmes, mais la Suisse ne peut pas les expulser

Par Euro Libertes

Le nombre de demandes provenant d’Algériens a augmenté, bien qu’ils n’aient pratiquement aucune chance de se voir accorder l’asile. Beaucoup deviennent des délinquants. La Confédération espère à présent que l’UE y parviendra.

Neuchâtel a été confrontée cette année à une vague de criminalité sans précédent. La police a enregistré dix fois plus de vols, de cambriolages et de braquages pendant les mois d’été que les années précédentes. La grande majorité des délinquants ou des suspects étaient des Algériens, explique Alain Ribaux (PLR), le directeur cantonal de la justice et de la sécurité. Certains étaient des demandeurs d’asile, d’autres des personnes ayant fait l’objet d’une décision négative, mais aussi des personnes originaires de France. Tout le monde n’avait pas de papiers.

Ailleurs, les demandeurs d’asile originaires de ce pays d’Afrique du Nord tiennent la police en haleine. Rien que dans le canton de Zurich, 60 Algériens déboutés vivent du système d’aide d’urgence et devraient quitter la Suisse. Selon les chiffres de la Direction de la sécurité, dont dispose la NZZ, 54 d’entre eux ont commis des infractions pénales et 22 sont en prisonLa plupart d’entre eux dépendent de l’aide d’urgence depuis longtemps – certains depuis plus de vingt ans. L’Algérie est en tête de la liste nationale des expulsions en cours avec 550 cas.

Les demandeurs d’asile algériens n’ont pratiquement aucune chance de rester légalement en Suisse. Ils sont généralement considérés comme des réfugiés économiques. Le taux de protection, c’est-à-dire la proportion de personnes qui se voient accorder l’asile ou qui sont admises temporairement, est très faible. Néanmoins, le nombre de demandes d’asile des Algériens a fortement augmenté au cours du troisième trimestre, alors qu’il a légèrement diminué en octobre. L’Algérie est l’un des cinq principaux pays d’origine.

A huis clos, les responsables de l’asile parlent d’un problème majeur. La plupart sont de jeunes hommes célibataires, dont certains voyagent depuis longtemps en Europe. Beaucoup d’entre eux font tout pour retarder la procédure, sont agressifs et ont des problèmes de drogue. En outre, les fermetures d’usines en Italie, en Espagne et en France ont aggravé la situation des migrants clandestins. Un jeune Algérien a ostensiblement défié les autorités locales dans l’émission “Mise au Point” de la RTS en Suisse romande. Si la Suisse régularise son statut, il a déclaré qu’il cesserait de voler. Sinon, il continuerait.

Un potentiel de violence accru

“De nouveau, il y a de plus en plus de cas problématiques en provenance d’Algérie, comme ce fut le cas après le printemps arabe”, déclare Marcel Suter, président de l’Association des autorités cantonales des migrations. À l’époque, les demandeurs d’asile des pays du Maghreb ont causé des problèmes à plusieurs reprises. Le Secrétariat d’État aux migrations (SEM) est plus diplomatique. Des personnes de différentes origines vivaient dans les centres d’asile, explique le porte-parole Lukas Rieder. La perspective d’une décision d’asile négative pourrait entraîner une frustration supplémentaire et accroître le potentiel de violence.

La Suisse n’est actuellement pas en mesure de renvoyer en Algérie les demandeurs d’asile déboutés. Le pays a fermé ses frontières terrestres en mars en raison de la pandémie du Covid et a suspendu le trafic aérien international. Les frontières et l’espace aérien sont toujours fermés, explique M. Rieder. Cela ne concerne pas seulement la Suisse, mais tous les pays européens.

Les rapatriements en Algérie étaient déjà difficiles avant la crise du Covid. Il est vrai que la Suisse a un accord de réadmission avec l’Algérie qui réglemente l’identification et la délivrance des documents. Toutefois, Alger n’accepte pas les vols spéciaux et ne ramène ses citoyens que sur des vols réguliers.

[…]

Critique de l’aide d’urgence

Pour la gauche, une partie du problème est générée par la Suisse. “Le concept d’aide d’urgence est une impasse”, déclare la conseillère nationale Samira Marti (parti socialiste, Bâle-Campagne), membre de la commission d’Etat. Bien qu’elle ne veuille pas faire de commentaires spécifiques sur les demandeurs d’asile algériens, elle souhaite faire une déclaration. […] “Nous savons que le manque de perspectives et surtout l’interdiction du travail peuvent conduire à la criminalité.” Samira Marti demande que les autorités examinent les cas graves de manière plus cohérente.

La Suisse n’est pas le seul pays à être gêné par les demandeurs d’asile en provenance d’Algérie. Le gouvernement suisse a donc procédé à des échanges avec la présidence allemande du Conseil de l’UE et la Commission européenne, comme le confirme le SEM. Tous les pays européens sont intéressés par la reprise du retour volontaire, a déclaré le porte-parole Rieder. Si l’Algérie rend cela possible, il y aura probablement un vol commun. La Suisse a fait savoir à l’UE qu’elle souhaitait y participer.

[…]

Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

Partager :