19 janvier 2019

D’un prétendu racisme au quotidien

Par Jean-Pierre Brun

Au tout début des années quatre-vingt-dix, l’une de mes filles pratiquait le volley-ball en compétition. Un dimanche, alors que son équipe devait se déplacer à Colombes, je décidai de l’accompagner.

volley-ball feminin

Le gymnase, vide lors de l’échauffement des joueuses, allait se remplir dans les minutes précédant le coup d’envoi. Curieusement l’assistance n’était composée que d’hommes dont les visages hâlés évoquaient peut-être dans l’instant, une vague origine andalouse, mais dont la langue utilisée ne laissait aucun doute. Et Allah sait, qu’elle était sacrément bien pendue.

De mon passé nord-africain et d’un apprentissage péripatéticien du dialecte local, je compris très vite que, pour ce public averti, le volley-ball n’était qu’un prétexte. Une rencontre entre équipes masculines aurait vraisemblablement laissé les tribunes aussi vides que les troncs de mon église paroissiale.

Ces messieurs étaient là avant tout pour se rincer l’œil (les équipes évoluaient en minicuissettes et maillots moulants, particulièrement suggestifs pour des mâles arabes sevrés d’affection). Accessoirement ils déversaient sur ces filles dévergondées des tombereaux d’insultes racistes qui auraient abasourdi les pires « suprémacistes » du Ku Klux Klan de la grande époque. Ne détaillons pas les grossièretés pornographiques qui auraient fait rougir les charmantes hôtesses d’accueil de Dédé la Saumure. La parole n’y suffisant pas, particulièrement inspirés, ils y ajoutaient des gestes évocateurs qui, incidemment, me firent découvrir un effet collatéral du sport : ses vertus aphrodisiaques.

Le soir venu, je sombrai dans un abîme de réflexion. Pourquoi de braves et honnêtes travailleurs en arrivaient-ils à de pareilles extrémités ? D’ailleurs, en avaient-ils réellement conscience ?

Le lendemain matin, j’avais une réponse à cette lancinante question. Ces malheureux n’avaient en fait aucun autre moyen de résister à l’oppression postcoloniale qui, à l’insu de leur plein gré, en avait fait des exilés machistes et sectaires.

Désormais, lorsque l’un d’eux me traite, par exemple, de kafir, de face de craie ou de sodomite (dans sa langue imagée bien sûr), je sais que ces mots ne me visent pas personnellement. Ils participent indirectement à la rédemption salvatrice de notre malheureux pays. Or, celle-ci ne peut être que le fruit d’une repentance sincère. C’est donc ce qui me conduit à réciter mon acte de contrition, dans les minutes qui suivent ces instants difficiles.

Oui, dois-je l’avouer, j’ai parfois honte d’être français et je suis prêt à battre ma coulpe jusqu’à l’hallali.

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99