19 juin 2020

Dijon : la moutarde me monte au nez !

Par Jean-Claude Rolinat

Une grande première en France – si l’on excepte les mascarades du FLNC corse lors de ses conférences de presse –, des hommes cagoulés et armés, tirant des salves d’armes automatiques en l’air, ont malmené et terrorisé les habitants d’un quartier de Dijon et sa banlieue de Chenove, le week-end dernier. Le tout sur fond de rivalités entre Tchétchènes et Maghrébins, pour la maîtrise de « territoires ». En un mot comme en cent, « touche pas à mes trafics divers et variés » !

tchetchenes France

Et qu’ont fait la police  et la gendarmerie ? Dans un premier temps, la stupeur passée, faute d’ordres précis et, probablement en sous-effectifs, rien…Une étape vient d’être franchie. Comme à Beyrouth ou dans n’importe quelle ville de Palestine, des milices viennent d’effectuer une démonstration de force sur le territoire français, en toute impunité. Les autorités ont bien dépêché des renforts, BAC, GIGN, CRS et gardes mobiles pour obtenir un maigre résultat : quatre interpellations ! Nos ducs de Bourgogne, dans leurs somptueux tombeaux dijonnais, en font encore des bonds !

Cerise sur le gâteau si je puis dire, les insurgés – comment peut-on autrement appeler ces voyous ? –, sont tous issus de la communauté tchétchène qui bénéficie, en France – on se demande bien pourquoi ? –, de l’asile politique. Voici des énergumènes, profitant de la bienveillance d’un pays, qui se permettent de le prendre pour un paillasson, et de s’essuyer les pieds dessus, sans dommages ?

Cela suffit. Alors qu’Air France vient d’annoncer qu’elle cessait d’utiliser ses Airbus A-380, à l’entretien trop coûteux, à la rentabilité difficile parait-il, il y a désormais neuf appareils de ce type disponibles pour expulser et rapatrier chez Poutine tous ces indésirables. Le président de la Fédération de Russie saura s’occuper d’eux ! Et, avant expulsion, dans un premier temps, notre trop généreuse société doit cesser de verser les aides sociales à tous ces mafieux, à tous ces profiteurs d’un système à réformer de toute urgence.

Il ne manquerait plus que des Tchétchènes viennent manger le pain de « nos » Arabes !

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99