3 novembre 2019

Charlotte Gainsbourg contre le politiquement correct

Par Philippe Randa

La vérité sort de la bouche des enfants, dit-on… et même si l’enfant est désormais, à 48 ans, mère de famille. Ainsi les récentes déclarations de Charlotte Gainsbourg, « fille de » feu Serge Gainsbourg dans The Guardian qui ne manquent pas d’être reprises, tout de même ! par plusieurs sites internet et titres de la presse française, notamment Le Figaro qui titre – qui l’eût crû ? – « Mon père serait censuré aujourd’hui »… comme le premier Zemmour venu, finalement !

Charlotte Gainsbourg.

Charlotte Gainsbourg.

« Mon père serait censuré à chacun de ses choix, déclare-t-elle. Tout est si ennuyant, si prévisible. Chacun est terrifié de ce qui pourrait arriver s’il va trop loin », estime-t-elle, ajoutant « qu’en quelques tweets une carrière peut être réduite à néant à l’heure actuelle. »

Coluche et Pierre Desproges qui, même pour nombre de zélés donneurs de leçons de bien-pensance, ne pourraient plus faire rire avec certains de leurs sketchs, seraient donc désormais rejoint par l’icône des « provocateurs devant l’éternel » s’il en est !

Il est certain qu’on peut apprécier ou non le talent déployé par l’artiste pour réinterpréter à sa manière La Marseillaise – c’est-à-dire, pour les moins de 20 ans qui l’ignoreraient, sur un rythme reggae, ce qui n’avait guère été du goût de tous à l’époque – ou pour jouer de façon douteuse sur les mots (zeste de citron et inceste) – dans sa chanson « Lemon Incest », interprétée justement avec Charlotte, alors juvénile adolescente… mais c’était peut-être aussi le prix payer pour une liberté d’expression qui se réduit à notre époque de façon dramatique.

Si les artistes commencent aujourd’hui à ne plus supporter la pensée unique, – car Charlotte Gainsbourg n’est pas la première et sans doute pas la dernière – et même s’ils ont mis du temps à réagir, c’est aussi inespéré que revigorant, non ? Qui s’en plaindrait ?

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99